Termes utilisés

Carre

Désigne une partie de la lame du patin ou le tracé visible de la lame d’un patin sur un pied qui exécute une courbe. Une carre peut être intérieure (se rapprochant du corps) ou extérieure (s’éloignant du corps) et avant ou arrière, ce qui représente quatre carres différentes. Une « carre profonde » est une forte inclinaison sur le bord de la lame. Les carres profondes sont récompensées, tandis que le patinage sur le « plat » (sur les deux carres en même temps) est découragé.

Chute

Une chute est définie comme la perte de maîtrise par le patineur de sorte que la plus grande partie du poids de son corps se trouve sur la glace, soutenue par une partie autre que la lame, p. ex., par la main ou les mains, le genou ou les genoux, le dos, une fesse ou les fesses, ou une partie du bras.

Contre-trois

Virage exécuté sur un pied, d’une carre extérieure à une carre extérieure ou d’une carre intérieure à une carre intérieure. La courbe de sortie du virage n’est pas exécutée sur le même lobe que la courbe d’entrée. Le patineur tourne dans la direction opposée à la courbe d’entrée (p. ex., dans la direction de la courbe de sortie).

Mesure

Unité de musique définie par la répétition régulière de l’accent. Les mesures ont un nombre égal de temps.

Pas

Tracé visible sur la glace exécuté sur un pied. Un pas est compté à chaque changement de pied.

Passé

En danse sur glace, un mouvement pour lequel le pied libre est maintenu à côté de la jambe du pied traceur, la hanche en position fermée, de manière à ce que le pied libre se trouve parallèle à la jambe du pied traceur.

Position Debout

Patinage en simple et en couple : n’importe quelle position, la jambe porteuse en extension ou légèrement fléchie, mais qui n’est pas une position arabesque.

Danse sur glace : position de pirouette de base exécutée sur un pied, la jambe traceuse droite ou légèrement fléchie et le haut du corps droit (sur un axe presque vertical, en position cambrée ou penchée de côté).

Rythme

Répétition régulière de temps accentués et de temps non accentués qui donne à la musique son caractère propre.

Temps

Note définissant la répétition régulière des divisions d’une pièce musicale.

Marche à suivre pour l’organisation d’une séance d’apprentissage intensif

L’organisation d’une séance d’apprentissage intensif durant une compétition exige à la fois planification préliminaire et organisation étant donné que de nombreux éléments doivent être pris en considération.

Bien qu’une partie de l’organisation puisse être effectuée bien avant que la compétition n’ait lieu, la majeure partie de la logistique ne peut être planifiée qu’une fois que les X et O sont connus.

Il faut tout d’abord contacter le représentant ou la représentante technique pour obtenir l’autorisation d’offrir cette initiative de formation continue aux juges.

Avant de connaître les X et O

  1. Sélectionnez le sujet du jour (p. ex. habiletés de patinage, transitions, performance, composition, interprétation, pointage de l’exécution, niveaux).
  2. Préparez une lettre d’invitation à la séance d’apprentissage intensif avec le nom et date de la compétition, et le sujet de discussion.
  3. Précisez quelle ou quelles épreuves de l’horaire de la compétition serviront pour la séance d’apprentissage intensif.
  4. Préparez la méthod d’inscription (pax exemple un Google Docs).

Dès que les X et O sont connus

  1. Dès que les X et O sont connus, identifiez les modérateurs éventuels pour les séances visées d’apprentissage intensif. Idéalement, les modérateurs devraient être des officiels au niveau Défi ou des Championnats canadiens.
  2. Vérifiez combien de juges seraient disponibles pour assister aux séances visées, en fonction des X et O.
  3. Envoyez un courriel aux modérateurs éventuels pour les inviter à diriger la discussion durant les séances d’apprentissage intensif.
  4. Dès que le ou les modérateurs confirment leur présence, modifiez l’inscription, indiquant la partie de l’événement, la date, l’heure, le modérateur, etc.
  5. Par diffusion massive de courriels, envoyez la lettre d’invitation aux juges. N’oubliez pas d’inclure le lien pour l’inscription, la date limite d’inscription et d’autres renseignements pertinents, dont l’heure et le lieu de rencontre pour les séances d’apprentissage intensif.
  6. Faites parvenir par courriel les ressources documentaires aux modérateurs pour les discussions durant les séances d’apprentissage intensif ainsi qu’une liste des participants confirmés.

Récapitulation après la compétition

Après la compétition, envoyez un courriel aux modérateurs pour les remercier et obtenir leurs rétroactions sur le déroulement des séances d’apprentissage intensif, tout problème auquel ils pourraient avoir fait face, des suggestions d’améliorations, etc.

Exemple de lettre d'invitation pour les juges 

Date 

Chers juges et arbitres,

 Le (insérer le nom de le comité) a le plaisir de vous donner l’occasion de participer à une excitante initiative de formation continue qui aura lieu à/aux (insérer le nom de la compétition), cette saison. Ces séances ont pour but de permettre aux officiels d’approfondir leurs connaissances et de partager des idées tout en apprenant de l’expertise de chacun. Les séances d’apprentissage intensif sont un outil utile pour mieux comprendre et trouver de nouvelles façons de voir les éléments et les composantes de programmes de nos pairs. Ces discussions se dérouleront dans les estrades durant des événements déterminés d’avance. Il y aura un animateur pour chaque séance et les discussions de cette année porteront sur les (insérer le sujet).

Dans le but de respecter le Code de déontologie Patinage Canada de  et de maintenir l’intégrité des événements, il est essentiel que les discussions tenues durant ces séances d’apprentissage intensif demeurent strictement confidentielles. En tant qu’officiels chevronnés, votre conduite positive et éthique est la clé du maintien de la plus grande discrétion et de la confidentialité en ce qui concerne ces discussions. Nous sommes persuadés que chacun d’entre vous respectera cette attente pour assurer le succès de cette activité et que vous vous conduirez en tout temps d’une façon qui met en valeur le privilège de la nomination à titre d’officiel de Patinage Canada.

L’occasion de prendre part à un dialogue confidentiel et significatif s’est avérée extrêmement utile pour tout niveau de perfectionnement des officiels. Nous espérons que durant votre participation dans ce milieu favorable de collaboration, vous trouverez stimulantes les discussions avec vos pairs, qui seront une autre occasion de perfectionner vos habiletés d’officiel.

Cordialement

(insérer nom)

Exemple de lettre d'invitation pour un modérateur

Date 

Madame, Monsieur,

Des activités d’apprentissage intensif permettre aux officiels d’approfondir leurs connaissances et de partager des idées tout en apprenant de l’expertise de chacun. J’espère que vous aurez l’obligeance de songer à offrir votre expertise pour une discussion en acceptant d’agir comme modérateur pour une des séances d’apprentissage intensif à/aux (insérer le nom de la compétition).

Dans le but d’aider les modérateurs dans la préparation de séances d’apprentissage intensif et de cerner un sujet de discussion, des ressources pour la discussion, des points de discussion et des activités peuvent être fournis ou les modérateurs peuvent aussi structurer leur discussion comme ils le souhaitent.

Les juges seront incités à s’inscrire d’avance pour les séances d’apprentissage intensif et nous vous communiquerons, avant la compétition, le nombre de participants qui seront présents.

En fonction de l’horaire de la compétition, nous espérons que vous accepterez de modérer les épreuves suivantes :

Date

Heure

Épreuve

Nous vous serions reconnaissants de répondre promptement compte tenu des délais serrés pour l’organisation de l’inscription électronique. Vos connaissances et votre expérience sont très appréciées!

Veuillez agréer l’expression de nos sentiments les meilleurs,

 (insérer nom)

CP menu des activités

Habiletés de patinage (équilibre)

  • Équilibre, mouvements rythmiques du genou et précision du placement des pieds Mettez l’accent sur l’inclinaison du corps et la profondeur des courbes – notez comment les patineurs déplacent leurs corps pour se déplacer de façon rapide et puissante sur la glace (ou non). Y a-t-il seulement une ligne verticale du corps ou uniquement des fléchissements du corps vers l’avant ou intègrent-ils une gamme complète de mouvements à partir de l’axe vertical – et comment est-ce que la puissance, la vitesse et l’évolution diffèrent entre les patineurs possédant ces qualités?
  • Netteté et assurance d’exécution, le contrôle des courbes et l'évolution : Déterminez la profondeur du vocabulaire du patinage de chaque patineur... combien de contre-accolades, de contre-trois, de changements de carres voyez-vous en comparaison des mohawks et des virages trois? Comment cela se compare-t-il avec la vitesse et l’évolution des patineurs?
  • Puissance, vitesse et accélération : Déterminez où le patineur varie sa puissance et sa vitesse comme le dicte la musique. Comment génère-t-il de la puissance – à partir des virages, des mohawks, des trois intensifs ou des poussées-élans? Demandez aux participants de déterminer où dans le programme ils voient des changements dans la qualité du patinage ou la difficulté du patinage ou la vitesse et la puissance. Demandez-leur d’identifier, d’après eux, ce qui produit ces changements.
  • Maîtrise du patinage sur un pied Déterminez la profondeur du vocabulaire du patinage de chaque patineur... combien de virages sur un pied sont exécutés, comme des contre-accolades, des contre-trois, etc.
  • Maîtrise égale de la technique par les deux partenaires montrée par leur unisson (patinage en couple et danse) : Pour les équipes de patinage en couple et de danse, étudiez attentivement les différences entre les deux patineurs. Que voyez-vous et comment est-ce que vous en tenez compte dans votre note?

Transitions (liasons)

  • Variété :
    • Nommez les diverses transitions utilisées
    • En danse : y a-t-il diverses prises de danse? Utilisation d’asymétrie et de symétrie dans les positions?
    • En danse, où sont les mises en évidence intéressantes?
  • Difficulté :
    • Quelles transitions avez-vous considéré difficiles et pourquoi?
    • En danse, étaient-elles difficiles pour les deux?
    • Identifiez uniquement les mouvements du corps qui ont une incidence sur l’équilibre du tronc du corps (suivi par une discussion sur les composantes qu’affectent ces types de mouvements du corps et pourquoi (pas seulement les transitions!)
  • Continuité du mouvement : 
    • Ont-ils utilisé une série d’outils de transition?
    • Quels éléments comptaient des transitions pour l’entrée et la sortie?
  • Qualité :
    • Quelles transitions ont été exécutées avec qualité?
    • Qu’est-ce qui en fait des transitions de qualité?
    • En danse : y a-t-il des transitions à l’unisson?
  • Est-ce que vous pensez que l’un des quatre critères est plus important que l’autre? Pourquoi ou pourquoi pas?
  • Danse courte : Y a-t-il une transition créative pour l’entrée et la sortie de la section de danse sur tracé et entre le reste de la danse courte?

Performance (presentation)

  • Implication physique, émotive et intellectuelle :
    • Engagement envers la performance et la réussite. Est-ce que les chutes et les erreurs ont rompu cet engagement et comment en tiendrez-vous compte?
    • Y avait-il une compréhension physique, émotionnelle et intellectuelle de leur musique et de son caractère dans la performance?
    • À quel(s) moment(s) du programme est-ce que le patineur l’a transmis?
    • Comment est-ce que le patineur l’a transmis?
  • Projection :
    • Est-ce que le patineur a été en mesure d’établir un lien avec le public? Avez-vous établi un lien avec l’énergie qu’il a déployée?
    • Est-ce qu’il était constant tout au long du programme?
    • Quand est-ce que le patineur était le plus à l’aise pour la projection?
  • Tenue et clarté du mouvement :
    • Quelle a été l’incidence sur sa liberté de mouvement?
    • Est-ce que le patineur avait une bonne tenue tout au long du programme?
    • Est-ce que les mouvements ont été exécutés avec précision?
    • Comment est-ce que leur clarté ou leur absence de clarté a affecté le style, la projection?
  • Individualité et personnalité :
    • Le patineur a-t-il démontré un certain style ou flair (individualité) ou y est-il parvenu?
    • Comment? L’expressivité montre l’individualité. Est-ce que ceci pouvait être clairement vu?
    • S’est-il produit dans tout le programme ou était-il plus évident dans des sections particulières (ou lors de rythmes ou de morceaux particuliers de musique?)
  • Variété et contraste du mouvement :
    • Quels exemples de variété et de contraste se trouvaient dans le programme?
    • Étaient-ils efficaces?   
  • Unisson et "unité" (patinage en couple et danse):
    • Est-ce que l’équipe l’a démontré?
    • En danse, est-ce qu’ils bougeaient en ne faisant qu’un?
    • En patinage en couple et en danse, étaient-ils égaux en ce qui concerne la projection, le style, la tenue?

Composition (conception)

  • Motif :
    • Est-ce que les mouvements et les éléments correspondent au développement de l’histoire, du thème ou à l’interprétation de l’œuvre musicale?
    • Est-ce que le ou les patineurs utilisent le mouvement comme un langage pour exprimer un concept? Est-ce que les éléments ont une fonction et une signification?
  • Tracé et couverture de la glace :
    • Faites un dessin des programmes. Y a-t-il des mouvements dans le sens des aiguilles d’une montre et dans le sens contraire des aiguilles d’une montre? Et des mouvements linéaires et circulaires?
    • Y a-t-il un tracé logique et agréable sur la glace? Est‑ce que l’entière surface de la glace est utilisée?
  • Utilisation multidimensionnelle de l'espace et conception des mouvements :
    • Moitié du groupe : prêtez attention à la conception avec le corps et la dimension. Est-ce que le corps est utilisé comme un outil pour créer la dimension? Bien droit ou pleine amplitude de mouvements?
  • Phrase et forme :
    • L’autre moitié du groupe : prêtez attention à la musique et au phrasé du mouvement, puis changez les groupes. Est-ce que les éléments correspondent au phrasé musical?
    • Est-ce que les éléments sont placés là où ils sont requis par la musique?
    • Est-ce que les mouvements tiennent compte de l’énergie de la musique? (Tension ou relâchement de la tension)

Interprétation (sentiments)

  • Mouvement musical :
    • Est-ce que le patineur a réussi à rendre compte du style, du caractère et du phrasé de la musique?
    • S’est-il fié à des mouvements répétitifs?
    • Dans l’affirmative, étaient-ils efficaces ou sans intérêt?
  • Finesse et nuances :
    • Est-ce que le patineur ou l’équipe a rendu les détails de la musique?
    • À quel point étaient-ils « détaillés »?
    • Est-ce que ces mouvements étaient sporadiques ou cohérents dans tout le programme?
    • A-t-il compris le concept d’une nuance?
  • Synchronisation et rythme (danse) :
    • En danse, en particulier, patinaient-ils au rythme de la musique?
    • En danse courte, ont-ils exprimé le caractère des rythmes de façon appropriée?
    • En danse, ont-ils pu exprimer, en ne faisant qu’un, le style et le caractère de la musique?

Séance d’apprentissage intensif – habiletés de patinage

par J. Lukasik, Novembre 2014

Introduction

Les habiletés de patinage représentent le fondement de notre sport, mais comme tout ce qui est évident, il est toujours bon d’en faire l’examen pour nous assurer que nous ne sommes pas trop simplistes dans nos évaluations et que nous ne nous mettons pas dans la position de tenir pour acquise cette composante de programme.

  • Équilibre, mouvements rythmiques du genou et précision du placement des pieds
  • Évolution et glisse sans effort apparent
  • Netteté et assurance d’exécution des courbes profondes, des pas et des virages
  • Puissance/énergie et accélération
  • Maîtrise du patinage dans toutes les directions
  • Maîtrise du patinage sur un pied
  • Maîtrise égale de la technique par les deux partenaires montrée par leur unisson (patinage en couple et danse sur glace)
  • Couverture de la glace (danse sur glace – danse sur tracé)


« Équilibre » – mot clé qui définit la qualité globale du patinage

  • Production de puissance provenant de poussées-élans, de changements de carre et de virages
  • Utilisation de mouvements et d’inclinaison du corps pour améliorer le vocabulaire du patinage (tous les pas, virages et courbes)
  • Évolution sans effort du patinage sur un pied, courbes profondes et capacité de patiner dans toutes les directions
  • Placement précis et délibéré des pieds durant le patinage dans toutes les directions

Qu’est-ce qui peut avoir une grande incidence sur cette composante de programme?

Certaines des qualités évidentes et courantes de patinage qui ont une incidence immédiate sur cette note.

  • Croisés de mauvaise qualité, mouvements bondissants, patinage bruyant et qui égratigne la glace.
  • Manque de puissance ou de variété dans la puissance. Pas de variation de vitesse ou d’intensité dans la puissance.
  • Poussées-élans pures avec ajout mineur de virages et de carres.
  • Corps bien droit et raide, avec peu de signes d’inclinaison et de flexion des jambes.
  • Utilisation évidente de patinage sur deux pieds et de glissage (habituellement accompagnée de mouvements des bras ou de la tête).

Points de discussion

  1. Différents jours, les patineurs peuvent avoir des habiletés différentes. Il arrive à tous d’avoir de mauvaises journées, lorsqu’il est impossible de remonter la pente. Ils sont fatigués, stressés, nerveux. Le corps devient tendu, la qualité de la courbe diminue, l’évolution aisée se transforme en poussées qui égratignent la glace. Le message ici est que même les bons patineurs, qui comptent une fiche de réussites, ont parfois de mauvaises journées. Nous devons évaluer ce que nous voyons en fonction de ce qui se présente devant nous.
  2. Le patinage est plus que la capacité de patiner rapidement – il s’agit de la production de puissance à partir des carres, des changements de carres et de la qualité de poussées‑élans profondes, nettes et puissantes. La maîtrise de la puissance est accrue par une inclinaison du corps hors de l’axe vertical et la profondeur de la flexion du genou. Ceci n’est pas limité aux patineurs plus âgés et plus seniors.
  3. Les patineurs qui réussissent à exécuter de gros trucs et des sauts difficiles n’ont pas nécessairement les meilleures habiletés de patinage. Traditionnellement, les patineurs qui exécutent les éléments « les meilleurs de leur catégorie » à leur niveau respectif obtiennent généralement des notes élevées pour les habiletés de patinage – et parfois sans fondement. Nous devons lutter contre cette tendance et récompenser les habiletés actuelles. Vice versa, les patineurs qui présentent d’excellentes habiletés ne sont pas nécessairement capables d’effectuer les gros éléments mieux cotés.
  4. Quel est l’aspect le plus important des habiletés de patinage que nous récompensons? Habituellement, nous évaluons rapidement la note des habiletés de patinage... mais sur quoi basons-nous exactement nos notes? Voilà des questions intéressantes à nous poser et à poser à nos collègues. Est-ce la puissance? L’évolution? La vitesse? La profondeur du vocabulaire du patinage? La production de puissance à partir de ce vocabulaire?

Quelle incidence peuvent avoir les habiletés de patinage sur les autres composantes de programme?

Lien entre les habiletés de patinage et les autres composantes de programme

Est-il possible d’avoir de faibles habiletés de patinage et d’exceller en ce qui concerne la performance, les transitions et l’interprétation?

Pas habituellement – mais l’inverse est commun. Même les patineurs qui ont une excellente qualité peuvent avoir des composantes médiocres.

Transitions – la gamme de mouvements, le placement précis et exact des pieds, la capacité de produire de la puissance à partir des courbes et des virages aideront à accroître la variété et la qualité des transitions. La difficulté des transitions peut aussi s’accroître.

Performance– la forte maîtrise du corps, l’utilisation de la ligne du corps à l’extérieur de l’axe vertical, les profondes flexions des genoux et le mouvement fluide et sûr en sont de bons éléments. La qualité de la performance est améliorée étant donné qu’il y a un plus grand engagement physique et une plus grande utilisation de l’espace possible avec les patineurs ayant de plus grandes habiletés.

Composition et interprétation – la variété de carres, de virages, la production de puissance, la maîtrise égale de la direction du patinage et la variation de la vitesse permettent un plus grand nombre de détails chorégraphiques et une plus grande expression de ce détail par le mouvement. Il est possible de posséder une grande interprétation lorsque les habiletés de patinage sont au niveau le plus élevé.

Activités possibles de séance d’apprentissage intensif – quelques suggestions

  1. Mettez l’accent sur l’inclinaison du corps et la profondeur des courbes – notez comment les patineurs déplacent leurs corps pour se déplacer de façon rapide et puissante sur la glace (ou non). Y a-t-il seulement une ligne verticale du corps ou uniquement des fléchissements du corps vers l’avant ou intègrent-ils une gamme complète de mouvements à partir de l’axe vertical – et comment est-ce que la puissance, la vitesse et l’évolution diffèrent entre les patineurs possédant ces qualités?
  2. Déterminez où le patineur varie sa puissance et sa vitesse et s’en rend compte! Comment génère-t-il de la puissance – à partir des virages, des mohawks, des trois intensifs ou des poussées-élans? Demandez aux participants de déterminer où dans le programme ils voient des changements dans la qualité du patinage ou la difficulté du patinage ou la vitesse et la puissance. Demandez-leur d’identifier, d’après eux, ce qui produit ces changements.
  3. Déterminez la profondeur du vocabulaire du patinage de chaque patineur... combien de contre-accolades, de contre-trois, de changements de carres voyez-vous en comparaison des mohawks et des virages trois? Comment cela se compare-t-il avec la vitesse et l’évolution des patineurs?
  4. Calculez le temps qu’un patineur passe sur deux pieds. Comment est-ce intégré dans le programme et « caché » dans la conception chorégraphique (de sorte que nous ne pourrions pas le remarquer sans y prêter directement attention)?
  5. Pour les équipes de patinage en couple et de danse, étudiez attentivement les différences entre les deux patineurs. Que voyez-vous et comment est-ce que vous en tenez compte dans votre note?

Mot de la fin

Amusez-vous un peu. Essayez de vous mettre au défi et de lancer un défi aux autres à propos de ce que nous récompensons avec nos notes pour cette composante de programme.

Tenons-nous cette note pour acquis? Nous ne semblons plus jamais en discuter!

Avons-nous un parti pris pour l’exécution de gros trucs?

Est-ce que nous reconnaissons vraiment et récompensons l’utilisation de l’inclinaison du corps, de l’abondance du vocabulaire du patinage, de l’utilisation du patinage sur un pied et de la maîtrise des directions des virages lorsque nous évaluons aussi tout le reste?

Séance d’apprentissage intensif – utilisation de musique vocale

Le CDO tient aussi à traiter de l’utilisation de musique vocale en patinage en simple et en couple. Il s’agit d’une nouvelle règle, mais je ne suis pas persuadé que nous sachions toujours comment la récompenser. Nous n’avons pas de lignes directrices... en théorie, elle récompense la composante de programme comme d’habitude, mais est-ce bien le cas? 

Je crois personnellement que l’utilisation de musique vocale accroît ce qui est possible avec la chorégraphie et l’interprétation, mais peut aussi le détruire ou servir à masquer les faiblesses. J’entends par là quand le patineur utilise de fortes paroles ou un fort contenu vocal pour masquer l’interprétation et la chorégraphie grâce à une manipulation de nos émotions et de nos perceptions de l’interprétation. Ainsi, nous sommes tellement absorbés par la force des paroles et la musique que nous courons le risque d’être distraits des mouvements du patineur ou de ne pas voir que les mouvements sont (peut-être) simplifiés pour correspondre à la puissance de la musique. Vous comprenez ce que je veux dire? Nous courons ensuite le risque de trop récompenser une interprétation simplifiée. Ou, inversement, ne pas récompenser suffisamment l’interprétation lyrique que nous ne comprenons simplement pas (si le patineur choisit les paroles et non la musique comme principal outil d’interprétation). En patinage en simple et en couple, nous n’avons aucune règle sur le « temps rythmique ». Les patineurs ne sont pas nécessairement tenus de patiner conformément à la musique. 

La musique vocale peut aussi servir à améliorer la qualité de la performance et l’incidence de la performance du patineur. Il s’agit d’une question beaucoup plus subjective à traiter. Si nous établissons un lien avec la musique et les paroles, nous pourrions avoir tendance à trop récompenser la performance – comme assister à un concert de son groupe préféré et penser que c’était absolument incroyable, puis regarder le concert un peu plus tard et voir vraiment ce que c’est, quelques gars ayant un bon charisme sur scène et jouant de la guitare. 

Dans le passé, nous avons utilisé la musique vocale pour les épreuves de « patinage d’interprétation » et les exhibitions. Comment traitons-nous de nos propres parti pris pour ou contre l’utilisation de programmes avec musique vocale? Si les patineurs utilisent la musique vocale comme un autre instrument ou l’utilisent pour améliorer l’exécution ou l’interprétation (je pense à l’utilisation de musique vocale durant la dernière minute du style libre de Meagan et Eric aux Internationaux Patinage Canada 2014 – patinage en couple – style libre – Meagan DUHAMEL / Eric RADFORD comme excellent exemple), c’est simple. Toutefois, si le patineur choisit d’utiliser la musique vocale comme principal outil d’interprétation (narration) et échoue lamentablement à nos yeux parce qu’il ne représente pas le personnage (que nous avons en tête) parfaitement ou « correctement », qu’est-ce que nous faisons? Ce n’est pas bien, je crois. C’est difficile. Il serait bon d’avoir une discussion avec quelques exemples. Malheureusement, dans un cadre de diffusion sur le Web, nous ne pouvons pas avoir un bon dialogue. 

Ce qui est certain, j’estime, c’est que les programmes d’exhibition, s’ils sont exécutés comme des programmes d’exhibition, ne devraient probablement pas être récompensés. Ceux-ci ont tendance à être des numéros légers, qui n’ont peut-être pas le phrasé chorégraphique, le sens des transitions formant de véritables liens ou la gamme de transitions et la difficulté chorégraphique de programme ou une gamme d’interprétation par le biais de mouvements nuancés du corps, auxquels nous pourrions autrement nous attendre. Voici un de mes exemples récents – Internationaux Patinage Canada – hommes – programme court – Max AARON. Quelle note attribuerait-on? C’est un peu ce que je veux dire en ce qui concerne la difficulté de récompenser ou non. Ses notes variaient de 5,5 à 8,25 pour l’interprétation.

En tant que juges, ce serait formidable d’avoir une discussion à ces égards! Accroître la sensibilisation et partager les expériences.

Idées de sujets pour la performance

Implication physique, émotive et intellectuelle - Y avait-il une compréhension physique, émotionnelle et intellectuelle dans la performance? À quel(s) moment(s) du programme est-ce que le patineur l’a transmis? Comment?

Tenue et clarté du mouvement - Est-ce que le patineur avait une bonne tenue tout au long du programme? Quelle a été l’incidence sur sa liberté de mouvement? Est-ce que les mouvements ont été exécutés avec précision? Comment est-ce que leur clarté ou leur absence de clarté a affecté le style, la projection?

Individualité et personnalité - Le patineur a-t-il démontré un certain style ou une certaine individualité? Comment? S’est-il produit dans tout le programme ou était-il plus évident dans des sections particulières (ou lors de rythmes ou de morceaux particuliers de musique?)

Variété et contraste du mouvement - Quels exemples de variété et de contraste se trouvaient dans le programme? Étaient-ils efficaces? 

Projection - Est-ce que le patineur a été en mesure d’établir un lien avec le public? Est-ce qu’il était constant tout au long du programme? Quand est-ce que le patineur était le plus à l’aise pour la projection?

Unisson (patinage en couple et danse) - En danse, est-ce qu’ils bougeaient en ne faisant qu’un? En danse, étaient-ils égaux en ce qui concerne la projection, le style, la tenue?

Coup d’œil sur la performance et l’exécution, selon Joe Inman :

La performance et l’exécution montrent que les patineurs comprennent leur musique et son caractère, mais l’interprétation, c’est la façon dont le patineur vous montre les détails de la musique par le mouvement. Sans mouvement, comment peuvent-ils montrer l’interprétation musicale? 

Implication physique, émotive et intellectuelle - Engagement envers la performance et la réussite. Les chutes et les erreurs rompent cet engagement et il faut en tenir compte dans cette partie. Discutez comment.

Projection - Ce que le patineur offre au public? Comment établit-il un lien avec le public? Comment peut-on établir un lien avec l’énergie qu’il déploie?

Tenue - Une force formée du corps et son contrôle pendant la performance. 

Clarté du mouvement et variété et contraste - Sans tenue et force du corps, il est difficile d’avoir un mouvement clair. Comment est-ce que ceux-ci sont liés?

Individualité et personnalité - Lorsque la force du corps du patineur, la clarté du mouvement et la projection s’allient pour créer une personnalité claire sur la glace. A-t-il atteint un certain style ou flair? L’expressivité montre l’individualité. Est-ce que ceci pouvait être vu clairement?

Unisson - Similaire non seulement pour le mouvement, mais aussi dans les habiletés de patinage, la qualité, la ligne, la force, l’espacement/le parcours, l’unité. L’équipe parvient à l’unisson lorsqu’elle sait où chaque partenaire se trouve sans regarder. Leur partenaire est toujours là avec eux. Est-ce que l’équipe l’a démontré?

Exercices possibles de performance:

  1. Combien de fois est-ce que le patineur s’est engagé ou a manifestement projeté vers l’auditoire?
  2. Précisez combien de secondes il faut pour que le patineur reprenne le programme après chaque chute ou erreur qu’il fait. Est-ce que son engagement change à mesure que le programme se déroule?
  3. Évaluez le taux de fatigue du patineur sur une échelle de 1 à 10. Notez son effet sur la clarté et la projection. 
  4. À quel moment est-ce que le programme devient robotique?
  5. Évaluez votre niveau d’excitation ou d’engagement envers cette performance sur une échelle de 1 à 10. Marquez les moments où vous vous êtes ennuyé ou que vous vous êtes efforcé de prêter attention à autre chose que les éléments. 
  6. Y a-t-il une réaction du public? Avez-vous la même réaction? Notez les trois raisons pour lesquelles il est normal d’avoir la même réaction pour justifier les notes que vous voulez donner.
  7. Est-ce que nous récompensons suffisamment les pures performances? Quand un patineur suit l’évolution du mouvement et ne peut rien faire de mal (et est un plaisir absolu à regarder), ceci est rare et doit être récompensé. Combien faudrait-il le récompenser? Y a-t-il des niveaux d’équilibre entre la performance et l’exécution? Les meilleures performances s’accompagnent toujours d’une bonne exécution? Est-il possible d’avoir une performance « au-dessus de la moyenne » ou une « bonne » performance sans une bonne exécution?

Idées de sujets pour l’interprétation 

Mouvement musical - Comment est-ce que le patineur a rendu compte du style, du caractère et du phrasé de la musique? A-t-il réussi? S’est-il fié à des mouvements répétitifs? Dans l’affirmative, étaient-ils efficaces ou sans intérêt?

Mouvement expressif / nuancé - Est-ce que le patineur ou l’équipe a rendu les détails de la musique? À quel point étaient-ils « détaillés »? Est-ce que ces mouvements étaient sporadiques ou cohérents dans tout le programme? A-t-il compris le concept d’une nuance?

Mouvement sans effort apparent - Le programme semblait-il exécuté sans effort? Si le mouvement a cessé de sembler sans effort apparent, à quel moment et comment est-ce que ceci a affecté la note de composante?

Danse - Synchronisation et rythmeEn danse, en particulier, patinaient-ils au rythme de la musique? En danse courte, ont-ils exprimé le caractère des rythmes de façon appropriée? En danse, ont-ils pu exprimer, en ne faisant qu’un, le style et le caractère de la musique?

L’interprétation, c’est la façon dont le patineur vous montre les détails de la musique par le mouvement. Sans mouvement, comment peut-il montrer l’interprétation musicale? Lorsque les mouvements et les nuances du mouvement effectué par le patineur nous montrent la texture ou les éléments de la musique que nous ne pouvions autrement entendre, nous devons les récompenser!

L’évolution des mouvements qui expriment la musique devrait être exécutée sans effort apparent et fluide, non chorégraphiée et robotique. Les mouvements devraient intégrer l’engagement total du corps pour exprimer les riches textures musicales, tant rythmiques que mélodiques. Une gamme et une variété de mouvements du corps entier sont probablement nécessaires pour exprimer la complexité musicale – changements d’intensité, phrasé musical, crescendos, etc. L’utilisation de nuance reflète les niveaux d’habiletés plus élevés. Plus on est capable de voir la musique par le biais de mouvements du patineur exécutés sans effort, plus on devrait récompenser ce volet du programme.  

Exercices d’interprétation possibles

  1. Qu’est-ce qui serait classé comme étant moyen, supérieur à la moyenne, bon, très bon, mémorable/exceptionnel?
  2. Est-ce que les chutes interrompent le mouvement musical – comment en prendre note et en tenir compte?
  3. Quand est-ce que les mouvements chorégraphiques deviennent des mouvements musicaux en dehors de la performance et des mouvements de style?
  4. Est-ce que les patineurs de niveau novice peuvent avoir une interprétation bonne à très bonne? Pourquoi?
  5. D’après vous, quand est-ce que l’interprétation est d’un niveau très bon à exceptionnel ? Comment le savez-vous?

Exercice possible (peut être fait ensemble ou divisé en partie – les caractères abrégés peuvent être n’importe quoi) :

  1. Déterminez le chronométrage de rupture/lien en ce qui concerne le mouvement musical. Quel pourcentage du programme est reflété dans la musique ? (____D_____)
  2. Notez le nombre de fois où vous voyez le patineur exprimer la musique par le biais de nuances du mouvement. Est-ce seulement en position debout / durant les transitions de phrasé ou ces nuances se trouvent-elles dans le corps principal du programme ? (N)
  3. Inscrivez le nombre de mouvements qui reflètent et expriment les crescendos évidents et les points saillants. (M)
  4. Notez lorsque les mouvements sont effectués avec le corps entier (mouvements de base ou niveaux élevés/bas). (F)
  5. Regardez votre feuille de travail... y a-t-il des lignes partout et des D ou surtout des M ou y a-t-il beaucoup de N et F. 
  6. Comment classeriez-vous ce programme au point de vue de l’interprétation? Quelles notes accorderiez‑vous?
    • Mauvais mouvement musical; le patineur pouvait patiner sur n’importe quelle musique.
    • Interprétation du caractère de base (assez de mouvements pour avoir une idée de ce que représente la musique, mais sans complexité) ou caractère de base avec des points saillants musicaux excitants (au moyen d’éléments bien synchronisés ou de transitions intéressantes isolées?)
    • Certains ressentent la musique par le mouvement (nuances dispersés et plus de liens que de ruptures)
    • Oreille musicale (lien à 75 % avec des nuances en plus des points saillants et utilisation du corps entier)
    • Très bon à exceptionnel, surtout des liens, et riche en mouvements musicaux qui font ressortir les textures