Termes utilisés

Interruption

La durée qui s’écoule du moment où un concourant cesse d’exécuter son programme jusqu’au moment où il le poursuit.

Interruptions

La durée qui s’écoule du moment où un concourant cesse d’exécuter son programme jusqu’au moment où il le poursuit.

adhérent

Une personne qui est inscrite par un club ou une école de patinage à Patinage Canada et qui est assujettie à tous les règlements et politiques de Patinage Canada, mais qui n’est pas un membre; et (ii) une personne qui participe à une activité donnée, commanditée, soutenue, sanctionnée ou reconnue par Patinage Canada et qui est inscrite directement à Patinage Canada, mais qui n’est pas un membre;

1. Admissibilité à exercer les fonctions d’officiel

L’exercice des fonctions d’officiel, lors d’une compétition sanctionnée par Patinage Canada, exige ce qui suit :

  • les juges (sauf les juges de STAR 1-4), les arbitres, les spécialistes de données et les évaluateurs doivent être des adhérents en règle;
  • les juges de STAR 1-4, les officiels techniques de niveau de base, les contrôleurs techniques et les spécialistes techniques doivent être des adhérents ou des membres en règle;
  • tous les officiels doivent être âgés de seize ans ou plus;
  • ils doivent être qualifiés conformément aux Critères de désignation et de qualifications des officiels.

2. Nomination des officiels

Les nominations et les qualifications de tous les officiels doivent se conformer aux Critères de désignation et de qualifications des officiels.

2.1. Délimitation des fonctions

Un évaluateur, un juge, un arbitre, un officiel technique de niveau de base, un contrôleur technique ou un spécialiste technique peut exercer ses fonctions à son niveau de qualification précisé ou à un niveau inférieur, dans les disciplines applicables.

Les juges de niveau primaire sont qualifiés pour juger toutes les épreuves d’une compétition de club.

Les juges de STAR 1-4 sont qualifiés pour juger toutes les épreuves évaluées en fonction de la norme.

Les juges de niveau juvénile sont qualifiés pour juger les épreuves juvéniles ou de niveaux inférieurs dans la discipline applicable à toutes les compétitions jusqu’aux Championnats de section inclusivement, de même que les épreuves STAR 8 (Senior argent) et de niveaux inférieurs, à des compétitions interclubs et invitation.

Les juges de niveau Pré-novice sont qualifiés pour juger les épreuves Pré-novice ou de niveaux inférieurs dans la discipline applicable à toutes les compétitions jusqu’aux Championnats de section inclusivement, de même que les épreuves Or et de niveaux inférieurs à des compétitions interclubs et invitation.

Les juges de niveaux Novice, Junior et Senior sont qualifiés pour juger les épreuves des niveaux correspondants ou inférieurs dans la discipline applicable, à toutes les compétitions jusqu’aux Championnats de section ou régionaux inclusivement, de même que toutes les épreuves des compétitions interclubs et invitation. Un juge de niveau Senior peut être invité à compléter un jury dans la discipline applicable à une compétition Défi Patinage Canada. Un juge Senior de patinage synchronisé peut être invité à compléter le jury de Championnats canadiens de patinage synchronisé.

Les juges des compétitions Défi sont qualifiés pour juger toutes les épreuves dans la discipline applicable à toutes les compétitions jusqu’aux compétitions Défi Patinage Canada inclusivement. Ils peuvent être invités à compléter un jury dans la discipline applicable aux Championnats canadiens de patinage artistique.

Les juges des Championnats canadiens sont qualifiés pour juger toutes les épreuves dans la discipline applicable à toutes les compétitions jusqu’aux Championnats canadiens de patinage artistique inclusivement.

Les juges des compétitions internationales et de l’UIP sont qualifiés pour juger toutes les épreuves à toutes les compétitions jusqu’aux Championnats canadiens de patinage artistique inclusivement, de même que les compétitions internationales ou de l’UIP, conformément aux lignes directrices de l’UIP.

Un arbitre ne peut arbitrer une épreuve que s’il est aussi qualifié pour juger cette même épreuve.

Un arbitre d’épreuve peut arbitrer des épreuves de niveau STAR 6 (Senior bronze) ou de niveaux inférieurs à des compétitions interclubs et invitation.

Un arbitre de compétitions interclubs peut arbitrer des épreuves jusqu’au niveau Senior et toute épreuve Or ou de niveaux inférieurs, dans la discipline applicable à des compétitions interclubs et invitation.

Les arbitres de Championnats de section ou régionaux, de compétitions Défi et de Championnats canadiens peuvent arbitrer des épreuves à toutes les compétitions dans la discipline applicable jusqu’au niveau le plus élevé auquel ils sont qualifiés.

Les officiels techniques de niveau de base peuvent exercer les fonctions de spécialiste technique adjoint ou de contrôleur technique, aux épreuves de patinage en simple, aux compétitions pour lesquelles les éléments ne sont pas désignés d’un niveau supérieur au niveau de base.

Les contrôleurs techniques de Championnats de section ou régionaux, de compétitions Défi et de Championnats canadiens peuvent exercer les fonctions de contrôleurs techniques dans les disciplines applicables, à des épreuves de compétitions, jusqu’au niveau le plus élevé auquel ils sont qualifiés. Les contrôleurs techniques peuvent, dans des cas particuliers, aussi servir de spécialistes techniques ou de spécialistes techniques adjoints (consulter Composition du jury d’officiels pour des détails précis).

Les spécialistes techniques de Championnats de section ou régionaux, de compétitions Défi et de Championnats canadiens peuvent exercer les fonctions de spécialistes techniques dans les disciplines applicables, à des épreuves de compétitions, jusqu’au niveau le plus élevé auquel ils sont qualifiés.

Les spécialistes de données de n’importe quel niveau peuvent agir à titre de spécialistes en chef de données au niveau auquel ils sont qualifiés ou à tout niveau inférieur. Toute personne peut agir en qualité de spécialiste de données adjoint (y compris les spécialistes de données stagiaires) jusqu’au niveau immédiatement supérieur à sa qualification actuelle.

2.2. Annulation de nominations

Sauf raison valable, les évaluateurs, les juges, les arbitres, les contrôleurs techniques, les spécialistes techniques, les officiels techniques de niveau de base et les spécialistes de données qui restent inactifs pendant plus de 24 mois consécutifs seront rayés de la liste par le comité de section pertinent.

Le Comité d’affectation et de promotion des officiels, de concert avec le comité de section pertinent, peut à tout moment rétrograder ou destituer les arbitres, les évaluateurs, les juges, les contrôleurs techniques, les spécialistes techniques, les officiels techniques de niveau de base et les spécialistes de données pour une raison valable et suffisante.

2.3. Renouvellement de nomination des officiels

Les évaluateurs, les juges, les arbitres, les contrôleurs techniques, les spécialistes techniques, les officiels techniques de niveau de base et les spécialistes de données qui ont été rayés des listes pour des raisons autres que l’incompétence peuvent être réintégrés à un niveau qui n’est pas supérieur à leur niveau antérieur après avoir fait les activités de mise à jour pertinentes.

Toute demande de renouvellement de la nomination à titre d’évaluateur (tous les niveaux), de juge au niveau de la section et de niveau inférieur, d’arbitre, de contrôleur technique, de spécialiste technique, d’officiel technique de niveau de base, de spécialiste de données de niveau d’introduction ou de niveau 1 sera considéré par le comité pertinent de la section d’appartenance de l’officiel.

Toute demande de renouvellement de la nomination à titre de juge au niveau du Défi et de niveau supérieur, d’arbitre, de contrôleur technique, de spécialiste technique, de spécialiste de données de niveau II ou III sera prise en considération par le Comité d’affectation et de promotion des officiels.

3. Rémunération

Les officiels peuvent recevoir une rémunération directe pour leurs tâches et leur expertise.

4. Conflit d’intérêts

Un spécialiste de données en chef, un spécialiste de données, un juge, un arbitre, un contrôleur technique ou un spécialiste technique ne peut exercer ses fonctions d’officiel à une compétition, sauf s’il s’agit d’épreuves évaluées en fonction de la norme, et un évaluateur ne peut exercer ses fonctions à un test Senior bronze/STAR 6, dans une des situations suivantes :

  • si l’officiel est actuellement ou a été, au cours des douze derniers mois, l’entraîneur ou le chorégraphe régulier du concurrent ou du candidat;
  • si le gagne-pain de l’officiel dépend ou est perçu comme dépendant des résultats du concurrent à une compétition ou du candidat à un test;
  • si, en raison de sa relation personnelle avec le concurrent ou le candidat, ou avec l’entraîneur ou le chorégraphe du concurrent ou du candidat, il est raisonnable de croire que l’officiel est en conflit d’intérêts;
  • si l’officiel a une relation étroitement apparentée avec le concurrent ou le candidat;
  • si l’officiel a une relation étroitement apparentée avec un entraîneur, qui a entraîné le concurrent ou le candidat au cours des douze derniers mois;
  • si l’officiel a une relation étroitement apparentée avec un partenaire d’un couple de danse ou de patinage en couple qui subit un test, il ne peut exercer ses fonctions d’officiel à moins d’avoir obtenu une permission préalable du président du comité des officiels de la section concernée;
  • Lorsque l’officiel a une relation étroitement apparentée avec un autre officiel du jury dans une épreuve de qualification;
    • En ce qui concerne les compétitions non qualificatives, les personnes qui ont une relation étroitement apparentée peuvent faire partie du même jury, pourvu que pas plus d’une de ces personnes soit membre du jury technique (CT, ST, STA) et pas plus d’une de ces personnes fasse fonction de juge;
    • toute personne qui fait fonction d’arbitre ne peut avoir une relation étroitement apparentée avec tout juge ou tout autre membre du jury technique;
  • si l’officiel a été partenaire de patinage du concurrent ou du candidat au cours des vingt-quatre derniers mois dans une compétition sanctionnée ou durant les douze derniers mois à un test;
  • si, en raison de circonstances atténuantes, un spécialiste de données ou un spécialiste de données en chef est appelé à exercer ses fonctions en dépit des situations de conflit d’intérêts décrites ci-dessus, l’arbitre doit se charger de vérifier les procédures employées ou les résultats calculés à la compétition où le conflit d’intérêts existe;
  • Lorsque l’officiel est un employé à plein temps de Patinage Canada ou d’une section de Patinage Canada aux compétitions suivantes :
    • Défi Patinage Canada;
    • Championnats canadiens de patinage artistique;
    • épreuves de qualification aux Championnats régionaux de patinage synchronisé;
    • Championnats canadiens de patinage synchronisé.

Veuillez noter que ces règlements sur les conflits d’intérêts ne s’appliquent pas aux responsables de l’entrée des données ou aux responsables de la reprise vidéo.

5. Fonctions des officiels

5.1. Généralités

Se tenir parfaitement informés de toutes questions concernant l’exercice de leurs fonctions en vertu des règlements, des politiques et des procédures en vigueur de Patinage Canada ainsi que des règlements généraux, spéciaux et techniques de l’UIP, de même que les communications, manuels, guides et livrets de l’UIP et toutes les mises à jour publiées sur le site Web de l’UIP, et selon leur niveau de qualification.

Avoir une vue, une ouïe et un état de santé général satisfaisant afin de bien remplir leurs fonctions.

Se conformer au Code de déontologie de Patinage Canada.

Se comporter de façon digne dans l’exercice de leurs fonctions d’officiels de Patinage Canada.

Ne pas avoir de préjugés favorables ou défavorables à l’endroit d’un ou des concurrents, pour quelque motif que ce soit.

Demeurer impartiaux et neutres en tout temps.

Ne pas tenir compte des applaudissements ou de la désapprobation du public.

Les notes et les décisions doivent être fondées sur la performance seulement, sans être influencées par la réputation ou les performances passées des concurrents

Ne pas discuter de ses propres notes ou décisions ou des notes ou décisions des autres officiels durant la compétition avec toute autre personne que l’arbitre ou, pour les membres du jury technique seulement, les autres membres du jury technique de la partie de la discipline pour laquelle ils exercent leurs fonctions.

Avoir une bonne connaissance de la langue anglaise ou de la langue française parlée, ou des deux.

Posséder de bonnes aptitudes à communiquer.

Ne pas exercer la fonction de commentateur de télévision à une compétition où ils exercent leur rôle d’officiel, ni n’entretenir des communications avec les médias, la télévision ou autres, sauf par l’intermédiaire de l’arbitre ou du contrôleur technique de la partie de l’épreuve qu’ils jugent.

N’apporter aucun dispositif de communication électronique à la tribune des officiels.

S’abstenir d’afficher dans tout média social tout renseignement concernant l’événement, les athlètes, les officiels ou toute personne jouant tout rôle à l’événement pendant l’exercice de ses fonctions à la compétition.

Partager ses connaissances techniques et expérientielles avec ses collègues en voie de devenir des officiels de Patinage Canada.

Respecter la confidentialité de toutes les décisions du jury technique.

Remplir les fonctions particulières de leurs rôles.

5.2. Fonctions particulières de l’arbitre

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Mener tous les tirages au sort intermédiaires en collaboration avec le spécialiste en chef des données.

Gérer le jury des juges (s’assurer que les juges n’ont pas apporté avec eux, à la tribune des juges, des résultats de notes accordées dans le passé ou toute forme de dispositif de communication électronique, ni qu’ils ne communiquent entre eux ou indiquent des erreurs par des gestes ou des sons, ni ne regardent les notes qu’accordent les autres juges assis à leurs côtés) et agir à titre de porte-parole du jury des juges, le cas échéant.

Communiquer avec le contrôleur technique, au besoin.

Tenir une courte réunion avec les juges avant chaque partie d’une épreuve.

Vérifier la conformité des périodes d’échauffement.

Indiquer, par un signal à la personne responsable de la musique, qu’il faut annoncer le ou les concurrents suivants.

Chronométrer le temps exigé par le ou les concurrents pour se mettre en position de départ et décide ensuite de tout retrait ou de toute déduction possible.

Prendre les mesures nécessaires relativement au départ retardé ou à la reprise, y compris demander à la personne responsable de la musique d’arrêter ou de recommencer la musique d’un ou des concurrents.

Décider si l’état de la glace permet la tenue de l’épreuve.

Trancher toute contestation durant une épreuve.

Chronométrer, avec l’aide d’un chronométreur bénévole (le cas échéant), le programme tel qu’il a été exécuté, les interruptions possibles, les levées de danse (danse sur glace, avec l’aide d’un deuxième chronométreur).

Dans les épreuves de danse sur glace, chronométrer le tempo des éléments de danse sur tracé de la danse courte (le cas échéant).

Décider de toutes les déductions pour les infractions suivantes : durée du programme, interruptions dans l’exécution du programme, interruption du programme avec autorisation de reprise à partir du point d’interruption, infractions relatives à la musique (patinage synchronisé), chute sur la glace d’une partie du costume ou d’ornements, levées de danse excédant la durée permise (danse sur glace seulement) et spécifications pour le tempo (danse sur glace seulement).

Conjointement avec le jury, déterminer les déductions pour les infractions relatives aux exigences ou aux restrictions suivantes : costumes et accessoires, chorégraphie et musique (danse sur glace seulement). Ces déductions sont appliquées en fonction de l’opinion de la majorité du jury, composé de tous les juges et de l’arbitre. Aucune déduction n’est faite dans le cas d’un vote partagé moitié-moitié.

Juger toute l’épreuve à titre d’information et à des fins de rapport.

Suspendre le patinage jusqu’au rétablissement de l’ordre, si le public interrompt la compétition ou nuit à sa bonne tenue.

Exclure des concurrents de la compétition, au besoin.

Retirer un ou des juges du jury, au besoin, pour des raisons importantes et fondées.

Complètement contrôler la surface de la glace et ordonner à quiconque qui s’y trouve sans autorisation de quitter la glace.

Interdire aux entraîneurs, en tout temps, l’accès à n’importe quelle partie de la surface glacée de la patinoire où se déroulent les championnats ou les compétitions.

S’assurer que tous les règlements applicables à la compétition sont respectés. Lorsqu’une situation ne traitant pas d’un règlement en particulier se présente, trancher la question en conformité avec un règlement existant s’appliquant le mieux à ce cas.

Régler toute question relative à une infraction aux règlements de l’UIP ou de Patinage Canada, ou des deux.

Participer, s’il le désire, à la cérémonie de la victoire.

Agir à titre d’animateur de la table ronde (le cas échéant) conjointement avec le contrôleur technique (dans le but d’obtenir des commentaires de juges sur l’application et la validité des règlements et de discuter de la qualité générale du patinage); l’arbitre commente surtout le pointage de l’exécution des éléments et la note des composantes de programme.

Autoriser la publication des résultats de l’événement. Les résultats ne seront pas diffusés avant que l’arbitre et le contrôleur technique ne l’autorisent.

Rédiger le rapport de la compétition, aidé du contrôleur technique (le cas échéant).

5.3. Fonctions particulières de l’arbitre adjoint au niveau de la glace (patinage synchronisé)

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Autoriser la première équipe et les équipes suivantes à se rendre sur la glace pour leur échauffement.

Vérifier l’état de la glace et rendre compte de tout problème à l’arbitre.

Demander à un remplaçant inscrit sur la liste de se rendre sur la glace expressément pour ramasser les objets qui présentent un risque pour la sécurité des patineurs.

Ne pas juger les performances des équipes ni ne prendre de notes à leur sujet. Pour des raisons de sécurité, l’arbitre adjoint de la glace doit consacrer toute son attention aux équipes.

Aider l’arbitre de l’épreuve comme demandé par l’arbitre.

5.4. Fonctions particulières de l’arbitre adjoint (danse sur glace)

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Appuyer l’arbitre comme demandé au cours d’une brève réunion avec les juges, avant chaque partie d’une compétition.

Surveiller le moment des interruptions possibles et communiquer les déductions appropriées à l’arbitre.

Surveiller le moment de toutes les levées dans la danse courte et la danse libre, pour vérifier les levées prolongées possibles et communiquer les déductions appropriées à l’arbitre.

Chronométrer les éléments de la danse sur tracé dans la danse courte.

Conseiller et appuyer l’arbitre en décidant de toutes les déductions qui relèvent de l’entière discrétion de l’arbitre, p. ex., les infractions de durée, les interruptions du programme, la reprise, les levées d’une durée plus longue que permise, etc.

Parcourir des yeux la surface de la glace, à la fin de chaque programme et avant le début du programme de la prochaine équipe, pour s’assurer qu’aucun objet ou débris ne se trouve sur la glace.

Être un arbitre qualifié au niveau de l’affectation.

Pouvoir être appelé à remplir un rôle de mentorat pour un arbitre nouvellement qualifié ou faire fonction d’évaluateur à un candidat à l’examen tout en remplissant les fonctions d’arbitre adjoint. Aider l’arbitre à évaluer le jury et à remplir le rapport d’arbitre de l’événement au besoin.

Aider l’arbitre de la compétition comme demandé par l’arbitre.

5.5. Fonctions particulières du juge (de niveau Juvénile et de niveaux supérieurs)

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Utilise la gamme complète des valeurs du pointage de l’exécution et des notes de composantes de programme.

Noter indépendamment et pendant la notation, ne pas converser avec un autre juge ou indiquer les erreurs commises par toute action ou tout bruit.

Ne pas utiliser de notes préalablement préparées.

Prendre des notes adéquates afin de fournir des explications concernant les notes attribuées, le cas échéant.

Les juges ne doivent pas écrire sur papier les notes attribuées par les autres juges au cours de n’importe quelle partie d’un championnat ou d’une compétition.

Conjointement avec l’arbitre, déterminer les déductions pour les infractions relatives aux exigences ou aux restrictions suivantes : costumes et accessoires, musique et chorégraphie (danse sur glace seulement). Ces déductions sont appliquées en fonction de l’opinion de la majorité du jury, composé de tous les juges et de l’arbitre. Aucune déduction n’est faite dans le cas d’un vote partagé moitié-moitié.

Assister aux réunions initiales des juges et à la réunion dirigée par l’arbitre avant chaque partie d’une épreuve (le cas échéant).

Participer à la table ronde animée par l’arbitre (le cas échéant).

5.6. Fonctions particulières du juge de STAR 1-4

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Identifier l’élément exécuté et le niveau d’évaluation associé.

Identifier le niveau d’évaluation pour les composantes de programme.

Vérifier les critères d’un programme bien équilibré.

Noter les éléments et les évaluations sur la feuille de notation officielle (officiels 2 et 3 seulement).

5.7. Fonctions particulières du contrôleur technique

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Autoriser ou corriger la suppression des éléments.

Superviser les spécialistes techniques et les responsables de l’entrée de données et, au besoin, proposer des corrections concernant les éléments exécutés et leur niveau de difficulté identifié par le spécialiste technique et le spécialiste technique adjoint.

Autoriser ou rectifier l’identification des éléments ou des mouvements interdits (patinage en simple, patinage en couple et danse), de même que les éléments interdits et les éléments, les traits saillants, les traits saillants supplémentaires et les mouvements non permis (patinage synchronisé).

Autoriser ou rectifier l’identification d’une chute, qui s’est produite durant toute partie du programme, y compris durant les pas et les mouvements d’introduction et de conclusion de la danse sur tracé, comme approprié pour le niveau et la discipline.

Si les deux spécialistes techniques sont en désaccord avec une correction demandée par le contrôleur technique, la décision initiale du spécialiste technique et du spécialiste technique adjoint est maintenue.

En cas de désaccord relatif à un élément ou à son niveau de difficulté, ou aux deux, entre le spécialiste technique et le spécialiste technique adjoint, la décision du contrôleur technique l’emporte.

Vérifier que les éléments exécutés et les niveaux de difficulté identifiés sont entrés correctement dans le système de notation informatisé (s’il est utilisé) par le responsable de l’entrée de données. Les éléments exécutés et leur niveau de difficulté peuvent être validés seulement après que le contrôleur technique confirme officiellement que cette vérification a été effectuée.

Vérifier que le programme respecte les critères d’un programme bien équilibré pour le niveau et la discipline applicables.

Noter les éléments exécutés et les niveaux de difficulté attribués par le jury et prendre des notes adéquates afin de fournir des explications des décisions, au besoin.

Assister à suffisamment de séances d’entraînement de la compétition pour faire les préparatifs nécessaires (le cas échéant).

Diriger une réunion du jury technique avant chaque partie d’une épreuve (le cas échéant).

Si possible, aider l’arbitre à animer la table ronde (le cas échéant) (dans le but d’obtenir des commentaires de juges sur l’application et la validité des règlements en vigueur et de discuter de la qualité générale du patinage); le contrôleur technique commente surtout le contenu technique

Autoriser la publication des résultats de l’événement. Les résultats ne seront pas publiés avant d’être autorisés par l’arbitre et le contrôleur technique.

Aider l’arbitre à rédiger le rapport sur l’événement (le cas échéant).

5.8. Fonctions particulières du spécialiste technique

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Identifier et annoncer les éléments exécutés.

Identifier et annoncer les niveaux corrects de difficulté des éléments exécutés (pour le patinage synchronisé, les groupes de difficulté des éléments ainsi que les groupes de difficulté des traits saillants).

Identifier et annoncer les déductions en patinage synchronisé.

Identifier les éléments et les mouvements interdits (patinage en simple, patinage en couple et danse sur glace) de même que les éléments interdits et les éléments, les traits saillants, les traits saillants supplémentaires et les mouvements non permis (patinage synchronisé).

Identifier une chute, qui s’est produite durant toute partie du programme, y compris durant les pas et mouvements d’introduction et de conclusion de la danse sur tracé, applicable au niveau et à la discipline.

Identifier et supprimer les éléments supplémentaires.

Assister à suffisamment de séances d’entraînement de la compétition pour faire les préparatifs nécessaires (le cas échéant).

Assister à une réunion du jury technique avant chaque partie d’une épreuve (le cas échéant).

5.9. Fonctions particulières du spécialiste technique adjoint

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Aider le spécialiste technique.

Noter les éléments exécutés et les niveaux de difficulté attribués par le jury et prendre des notes adéquates afin d’aider le contrôleur technique à fournir des explications des décisions, au besoin.

Aider au processus décisionnel tel qu’énoncé dans les fonctions du contrôleur technique.

5.10. Fonctions particulières du spécialiste de données et du gestionnaire du système des résultats

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Préparer les listes d’officiels et d’ordres de départ pour leur publication.

Aider à l’installation de l’équipement du système de notation (s’il est utilisé) à la patinoire et dans la salle des spécialistes des données.

Vérifier le calcul correct des résultats.

Préparer le protocole de la compétition.

Imprimer les résultats officiels en vue de leur publication.

Mener le ou les tirages au sort d’une épreuve, conjointement avec l’arbitre.

Autres fonctions du gestionnaire du système des résultats

Faire l’essai de l’équipement du système de notation pour s’assurer de son bon fonctionnement.

Créer et gérer la base de données pour la compétition en utilisant le logiciel du système de notation de compétitions approuvé par Patinage Canada.

Exploiter l’équipement du système de notation durant la compétition et s’assurer du flux correct des données.

5.11. Fonctions particulières du spécialiste de données en chef

Communiquer avec le représentant technique de la compétition, au début de la période de planification, afin de discuter de questions d’intérêt commun au sujet du calcul des résultats.

S’assurer que le personnel de soutien, les installations, les fournitures et les formulaires requis sont fournis au comité organisateur et obtenir une confirmation donnant le nom de la personne chargée de s’en occuper.

S’assurer que les spécialistes de données sont bien formés et au courant des règlements et du caractère confidentiel de l’information présentement rédigée.

Lorsque les spécialistes de données ont un conflit d’intérêt, s’assurer que les précautions nécessaires sont prises pour que ces personnes ne prennent pas part aux épreuves concernées et s’assurer que les résultats des tirages au sort ne sont pas divulgués jusqu’à ce qu’ils soient annoncés publiquement.

S’assurer que les formulaires sont appropriés et qu’ils sont remplis correctement et que les procédés sont adéquats de façon à calculer avec précision les notes des officiels dans les résultats et effectuer une vérification de tout le procédé. S’assurer que les résultats sont vérifiés et publiés conformément aux procédures de rapport tel qu’il est énoncé dans les règlements particuliers pour les compétitions et les championnats.

Poser toute question au représentant technique concernant l’éclaircissement d’un règlement ou de situations non précisées dans les règlements.

S’assurer que tous les résultats, données, et rapports requis par les arbitres ou les contrôleurs techniques pour leurs rapports sont préparés et mis à leur disposition rapidement.

5.12. Fonctions particulières de l’évaluateur

Remplir les fonctions générales de tous les officiels.

Connaître à fond les normes des tests applicables aux tests évalués.

Faire des remarques sur les feuilles de test pour faciliter les explications si une explication était demandée par le candidat, le parent, l’entraîneur ou le président du comité des officiels de la section. Les remarques des évaluateurs sur les feuilles de test doivent être rédigées au long, dans l’intérêt des candidats, des parents et des entraîneurs. Les commentaires des évaluateurs ne doivent pas être partagés avec qui que ce soit d’autre que le candidat ou les parents ou l’entraîneur de ce candidat sans l’autorisation du candidat.

6. Évaluateurs et juges stagiaires

Il n’existe aucune limite quant au nombre d’évaluateurs ou de juges stagiaires.

Les évaluateurs et les juges stagiaires sont sous l’entière responsabilité de l’évaluateur, de l’arbitre ou de l’évaluateur, selon le cas. Ils doivent se conformer explicitement à tous les règlements concernant les fonctions des officiels, qui se trouvent dans ces règlements sur les officiels.

Les évaluateurs et les juges stagiaires n’ont aucune autorité quant aux tests ou aux compétitions et devraient discuter de leurs notes seulement avec l’évaluateur, l’arbitre ou l’évaluateur affecté.

Les évaluateurs et les juges stagiaires sont tenus de garder un dossier de leurs activités d’évaluateurs ou de juges stagiaires et de garder des relevés ou des rapports d’activités exigés pour une demande de promotion. Les juges et les évaluateurs stagiaires doivent tenir à jour leurs propres dossiers jusqu’à ce qu’ils soient prêts à présenter leur demande de promotion. À ce moment, ils devront faire parvenir les dossiers pertinents au président du comité des officiels de la section, accompagnés de leur demande de promotion.

7. Officiels nationaux honoraires

Un juge, un contrôleur technique, un spécialiste technique retraité au niveau du Défi ou de niveau supérieur ou un spécialiste de données de niveau II ou III qui a rendu de nombreux et précieux services à Patinage Canada peut être nommé par le conseil d’administration au poste de juge, de contrôleur technique, de spécialiste technique ou de spécialiste de données honoraire. Les juges, les contrôleurs techniques, les spécialistes techniques et les spécialistes de données honoraires ne peuvent exercer leurs fonctions à une compétition. Le Comité d’affectation et de promotion des officiels de Patinage Canada tiendra compte des suggestions des comités des officiels des sections ou d’un comité de Patinage Canada et peut présenter des recommandations au conseil d’administration pour de telles nominations.

8. Officiels d’autres pays

Une personne domiciliée dans un autre pays peut demander une nomination ou une promotion à titre d’officiel de Patinage Canada et, à ce moment, le candidat doit devenir un adhérent ou un membre de Patinage Canada.