À venir bientôt! Patinage Canada se prépare à relancer le Centre d’info avec une meilleure structure, de nouvelles fonctions et des articles faciles à trouver, sur tout ce que vous devez savoir à propos des règlements administratifs et généraux ainsi que des politiques et procédures de Patinage Canada.

Centre d'info

S’abonner

Clinique Jugement - Clinique primaire - Manuel des juges de niveau primaire

REMERCIEMENTS

Patinage Canada désire remercier les évaluateurs et les juges suivants dont le temps, les efforts et le savoir-faire ont permis de rédiger et d’assembler les différentes parties du présent manuel.

Auteur : Reaghan Fawcett
Rédacteur :

Collaborateurs et réviseurs :

Ron Conacher
Michelle Kho
Sabrina Wong
Sylvain Guibord
Mary Rose Weir

Nous remercions également les personnes qui ont collaboré à la rédaction des versions précédentes des manuels des évaluateurs et des juges.

 

Bienvenue parmi les officiels du patinage artistique du Canada

Bienvenue parmi les juges et les évaluateurs! Nous sommes ravis que vous ayez décidé de poursuivre une carrière d’officiel à la suite de votre carrière de patineurs. Nous espérons que vous vivrez une expérience gratifiante et agréable!

Le programme de formation des nouveaux juges et évaluateurs se fait par étapes, tant pour le volet de jugement des épreuves que pour celui de l’évaluation. Les stages que vous suivrez au cours des semaines et mois à venir vous aideront à acquérir des compétences solides en tant qu’évaluateurs et juges et serviront d’introduction et de base sur lesquelles viendra s’appuyer votre expérience de juges et d’évaluateurs.

Le manuel des juges de niveau primaire a été conçu de manière à présenter des connaissances importantes que vous devez acquérir au début de vos activités de juge. Vous découvrirez progressivement en quoi consistent les « premières » expériences dans l’exercice de votre nouveau rôle. Nous espérons que ces lectures préparatoires vous permettront de vivre de façon plus détendue votre première expérience d’officiel à une compétition. Ayant déjà participé à des compétitions en tant que patineur, vous vous souvenez sans doute à quel point la première compétition peut être terrassante et effrayante. En tant que juge débutant au niveau primaire, vous devez faire en sorte que les patineurs vivent leurs premières compétitions de manière positive et agréable afin de les encourager à poursuivre le patinage et la compétition.

Les juges jouent un rôle important, tant pour ce qui est des résultats d’une compétition que de l’ambiance qui y règne. Aussi, ils devraient créer une ambiance détendue tout en reconnaissant que ces compétitions peuvent revêtir pour les patineurs et leurs parents autant d’importance à leurs yeux que les Jeux olympiques pour les athlètes d’élite. Il n’est pas facile de détendre l’atmosphère quand on est soi-même aussi nerveux que les patineurs. Toutefois, après avoir suivi le présent stage et avoir lu le manuel, vous serez tout à fait à l’aise de commencer à juger des épreuves. Enfin, il est surtout important d’encourager tous les jeunes patineurs enthousiastes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Les commentaires constructifs et les mots d’encouragement des juges comme vous sont d’une importance cruciale.

Patinage Canada aimerait vous remercier du temps bénévole que vous consacrez pour permettre aux patineurs de participer au patinage, que leur but soit le plaisir, la forme physique ou la réalisation d’exploits.

 

Qu’est-ce qu’un juge?

Un juge de Patinage Canada est un officiel qui exerce ses fonctions aux compétitions de patinage artistique au Canada. Son rôle est de travailler avec d’autres juges à la détermination des résultats des différentes épreuves qui se déroulent durant une compétition. On désigne souvent le groupe de juges de jury des juges. Dans le système de notation de 6,0 points, il y a au moins trois juges membres du jury. Il peut y en avoir plus, mais leur nombre est toujours impair.

 

Qui peut juger des épreuves?

Toute personne qui satisfait aux critères suivants est admissible à suivre la formation de juge :

  • Être âgée d’au moins 16 ans.
  • Avoir une expérience de patinage (avoir réussi deux tests juniors bronze ou un test senior bronze ou de niveau supérieur).
  • Être patineur amateur (ne peut pas être un patineur « professionnel »).

Il est interdit de cumuler les fonctions d’entraîneur et de juge. Toutefois, si un ancien entraîneur désire devenir juge, il doit suivre la procédure suivante pour être réintégré au statut de personne admissible :

  • Ne pas avoir reçu depuis au moins trois mois de l’argent en paiement de services d’entraîneur.
  • Demander par écrit au chef de la direction générale d’être réintégré au statut de personne admissible.
  • Payer les cotisations appropriées (consulter le tableau d’information dans le manuel des règlements de Patinage Canada).

Les demandes sont étudiées à une réunion du conseil d’administration, deux fois par année, soit au printemps et en automne.

 

En quoi consiste le rôle de juge?

Les juges ont la responsabilité de déterminer les résultats d’une compétition. Les patineurs sont regroupés par niveau de tests, généralement en groupes de cinq à dix patineurs. Les juges observent la performance individuelle de chaque patineur, font des commentaires sur leur exécution et attribuent deux notes à la fin de leur performance. Ces notes représentent le « classement » ou « l’ordinal « de chaque patineur. À la fin de la compétition, on combine les ordinaux des juges, ce qui donne le résultat de la compétition.

 

La mécanique du jugement

Essentiellement, les juges accomplissent quatre tâches principales lorsqu’ils jugent :

  1. Observation des patineurs – ça peut sembler à première vue la partie facile, mais il faut tenir compte de quelques petits détails importants.
    1. Vous ne pouvez pas juger ce que vous ne voyez pas – surveillez donc continuellement le patineur dans la mesure du possible et évitez de regarder vos feuilles trop longtemps.
    2. D’autres personnes vous observent également. Évitez de discuter avec les autres juges, même durant la période d’échauffement – car les personnes penseront que vous discutez de la compétition.
  2. Prise de notes de vos commentaires – on pourrait comparer cette tâche à l’apprentissage d’une nouvelle langue. Mettez au point une méthode qui vous permettra la prise rapide de notes précises sur les éléments que le patineur exécute et sur sa façon de les exécuter.
    1. Vous devrez mettre au point une méthode de signes abréviatifs… plutôt que d’écrire les mots au long.
    2. Trouvez une méthode qui vous permettra d’utiliser des symboles et des lettres pour prendre en note les éléments, ainsi que de noter la QUALITÉ d’exécution des éléments.
  3. Évaluation de la qualité et groupement des patineurs – Cette méthode facilite l’attribution des notes. Pendant que vous observez un patineur, vous le classez mentalement dans un des trois groupes, selon la qualité des différents aspects du patinage. Ensuite, il vous reste à comparer entre eux les patineurs de chaque groupe pour déterminer vos notes relatives.
    1. Groupe supérieur – les patineurs les plus habiles qui exécutent généralement les éléments techniques les plus forts.
    2. Groupe intermédiaire – combinaison de patineurs forts et de patineurs faibles, et combinaison d’éléments techniques forts et faibles.
    3. Groupe inférieur – les patineurs les plus faibles qui exécutent généralement les éléments techniques les plus faibles.
  4. Attribution des notes – c’est la tâche qui consiste à réfléchir au sujet de la performance du patineur et des notes qu’il mérite.
    1. Vous devez tenir compte de l’échelle appropriée pour le niveau de performance.
    2. Vous devez attribuer des notes qui correspondent à la performance et qui classeront donc le patineur par rapport aux autres concurrents.

 

Prise de notes

Il existe une très bonne raison d’élaborer une méthode rapide et exacte de prises de notes. En effet, il est nécessaire de consulter rapidement vos notes après l’exécution de chaque patineur afin de prendre une décision juste sur les points forts et les points faibles relatifs de chaque programme et d’attribuer les notes en conséquence.

Cela vous semble difficile? Eh bien, ça peut l’être la première fois, mais après quelques compétitions, vous trouverez la tâche nettement plus facile!

De façon générale, vous devez prendre en note deux types d’information :

  1. Information concernant la technique – les éléments de sauts, de pirouettes et de jeux de pieds.
  2. Information concernant la présentation – la composition harmonieuse, la variation de la vitesse, le style et la tenue, et la musicalité.

Première étape : Décidez de la méthode que vous utiliserez pour prendre en note LES ÉLÉMENTS que le patineur a exécutés. Par exemple, vous pourriez prendre en note un double Salchow de différentes façons : 2S, S, DS, S2. Utilisez la méthode que vous préférez. Toutefois, rappelez-vous que vous devrez pouvoir adapter votre méthode aux différents niveaux. Par exemple, si vous écrivez seulement la lettre « S » pour Salchow, comment saurez-vous en relisant vos notes si le patineur a exécuté un saut simple ou double?

Vous devez ensuite décider de comment vous inscrirez les pirouettes. Trouvez des signes abréviatifs vous permettant de noter rapidement les positions principales des pirouettes – arabesque, debout, dos cambré et assise. Comment noterez-vous les pirouettes combinées? Par exemple, si vous inscrivez « PC », comment saurez-vous s’il s’agit d’une pirouette arabesque assise sur un pied ou d’une pirouette arabesque assise arrière avec changement de pied? Vous pourriez utiliser une barre oblique pour représenter un changement de pied. Par exemple, « ArDc/ArAsD indiquerait une pirouette combinée arabesque-dos cambré « changement de pied »-arrière-assise-debout.

Enfin, pensez à la façon dont vous enregistrerez les jeux de pieds et les pas de liaison qui sont habituellement plus difficiles à prendre en note. Déterminez d’abord le tracé du jeu de pieds. Par exemple, si une patineuse exécute une séquence de jeux de pieds en ligne droite, vous pourriez écrire JP et tracer une flèche droite pour indiquer que le jeu de pieds est en ligne droite. Pour une séquence de pas circulaire, vous pourriez écrire JP et dessiner un cercle.

Pour ce qui est des éléments de présentation, vous devriez mettre au point une méthode de signes abréviatifs qui vous permettra de commenter cet aspect du programme. Si vous estimez que la patineuse a une bonne musicalité, vous pourriez écrire, par exemple, « B mus. » Si l’extension de la jambe libre n’est pas de bonne qualité, vous pourriez écrire « Style faible ». Habituez-vous à écrire des commentaires relatifs à la note pour la présentation, car vous devez pouvoir justifier autant votre note pour la présentation que votre note technique, tâche qui sera difficile à faire si vous n’avez pas pris en note des commentaires sur la présentation du patineur!

 

Exercice de prise de notes

Remplissez le tableau suivant à l’aide de votre méthode de prise de note des éléments d’un programme en prévoyant pouvoir l’utiliser pour les différents niveaux (c’est-à-dire pour les sauts simples autant que pour les sauts doubles). Pensez également à la façon dont vous noterez les combinaisons et les séquences de sauts, de même que les pirouettes individuelles et combinées.

Élément de saut Signe abréviatif Élément de saut Signe abréviatif
Saut de valse   Axel simple  
Salchow simple   Salchow double  
Boucle piquée simple   Boucle piquée
double
 
Boucle simple   Boucle double  
Flip simple   Flip double  
Lutz simple   Lutz double  
Axel simple   Axel double  
Combinaison de sauts  
Combinaison de sauts  
Séquence de sauts  
Séquence de sauts  
Élément de pirouette Signe abréviatif
Pirouette debout  
Pirouette assise  
Pirouette arabesque  
Pirouette dos cambré  
Pirouette arrière assise  
Pirouette arrière arabesque  
Pirouette pieds croisés  
Pirouette combinée (sans changement de
pied)
 
Pirouette combinée (sans changement de
pied)
 
Pirouette combinée (changement de pied)  
Pirouette combinée (changement de pied)  
Séquence de pas  
Séquence de pas en position arabesque  
Commentaires sur la présentation  
Tenue, ligne et forme  
Musicalité  
Habiletés de patinage  

 

Deuxième étape : Décidez de la méthode de prises de notes de la FAÇON dont le patineur a exécuté les éléments. La partie suivante de l’apprentissage d’une méthode de signes abréviatifs est cruciale. Maintenant que vous savez comment vous enregistrerez la technique et la présentation, il vous reste à décider comment vous prendrez en note la FAÇON dont le patineur exécute ces éléments. 

Si les 10 patineurs inscrits à la compétition exécutent un Axel, une pirouette arabesqueassise et une séquence de jeux de pieds en ligne droite, mais que vous n’écrivez que les lettres « A », « ArAs. » et « JP », comment réussirez-vous à comparer le patineur no 10 au patineur no 1?

Patineur Sauts Pirouettes Jeu de pieds Présentation
No 1 A ArAs. JP OK
No 2 A ArAs. JP OK
No 3 A ArAs. JP OK

Il vous faut trouver des symboles qui vous aideront à enregistrer comment chaque élément a été exécuté. Examinez l'exemple ci-dessous qui contient des symboles et des abréviations qui pourraient vous être utiles.

En relisant vos notes, vous aurez un portrait global de chaque patineur, même s’ils ont tous exécuté les mêmes éléments.

Patineur no 1 – Faible réception de l’Axel (la flèche montre qu’il est « penché »). La pirouette arabesque-assise contient cinq révolutions et bien qu’elle soit lente, les positions sont bonnes (remarquez la coche). Les pas dans le jeu de pieds sont bien, mais la séquence est lente. La musicalité est généralement bien et le style et la tenue sont adéquats – ni faibles ni forts.

Patineur no 2 – Des pas précèdent l’Axel (voir les trois points de suspension); bonne évolution et position solide à la réception du saut. La pirouette arabesque-assise contient cinq révolutions (3 en position arabesque et 2 en position assise) et les positions sont bien. Le jeu de pieds est exécuté avec vitesse et, dans l’ensemble, le style et la tenue sont bien. Bon sens musical.

Patineur no 3 – Chute lors de l’Axel (remarquez le « x ») – et rotation incomplète (le « tr. » signifie triché). La pirouette arabesque-assise contient trois révolutions; les positions sont faibles. La séquence de jeu de pieds est lente et les carres sont de faible qualité. Dans l’ensemble, le style et la tenue sont faibles et le patineur n’a pas de sens musical.

En utilisant une méthode de symboles et de signes abréviatifs, vous aurez une vue d’ensemble de la performance de chaque patineur et vous pourrez comparer les patineurs entre eux.

Enfin, chaque juge a sa propre méthode. N’hésitez pas à l’améliorer au fur et à mesure que vous jugez des épreuves. Envisagez la chose comme un projet en cours que vous terminerez après de nombreuses années. N’hésitez pas à demander à des juges expérimentés comment ils prennent en note les programmes. Ils vous donneront sûrement des conseils utiles – et pourraient même trouver vos idées intéressantes et les utiliser!

 

Qu’est-ce que la qualité?

La qualité est un aspect du patinage artistique qui confère à notre sport une dimension
autre qu’une course contre la montre ou à la ligne d’arrivée. C’est par le critère de la
qualité que nous classons les patineurs qui, autrement, sont difficiles à distinguer sur
papier. La qualité est présente dans tous les aspects de la performance d’un patineur – son
exécution des éléments techniques, sa tenue et sa forme durant l’interprétation de la
musique et son habileté à exécuter les courbes et les virages.

 

Exécution des habiletés de patinage de base

Les habiletés de base du patinage sont l’aspect fondamental du patinage de « qualité ». On considère que le patineur qui fait preuve d’excellentes habiletés de base du patinage présente une qualité supérieure de patinage. De la même façon, on considère que le patineur qui exécute mal les habiletés de base du patinage a une qualité inférieure de patinage. Les critères suivants servent à évaluer les habiletés de base du patinage :

  • La qualité des courbes
  • La capacité d’effectuer des virages
  • La capacité d’effectuer des poussées-élans

Dans la partie suivante, nous décrivons les critères qui vous aideront à évaluer et à comparer la qualité du patinage de base de patineurs de niveau préliminaire.

  1. Les courbes
    • Les courbes ou les plats sont-ils prédominants durant la performance?
    • Le patineur est-il capable de patiner toutes les courbes de base?
    • Le patineur réussit-il à incliner la carre à partir de la poussée?
    • Le patineur change-t-il facilement de carre?
    • Le patineur réussit-il à maîtriser aisément la rotation de la carre?
    • Le patineur garde-t-il l’inclinaison voulue durant la courbe?
    • La courbe est-elle bruyante ou silencieuse?

      Le patineur qui ne patine pas sur des carres fermes, comparativement à d’autres patineurs de ce niveau, ne maîtrise pas les habilités de base nécessaires à l’apprentissage des éléments techniques plus difficiles.

  2. Les virages
    Au niveau préliminaire, la plupart des virages sont exécutés dans la direction de la courbe de la carre – tels le virage trois et le mohawk. Aux niveaux supérieurs, les patineurs ajoutent habituellement des virages plus compliqués comme des accolades, des contreaccolades, des contre-trois, des choctaws, etc. Peu importe le calibre de la compétition, vous devriez avoir une idée des capacités de virages des patineurs de chaque niveau de développement. Afin de vous aider à en tenir compte durant votre évaluation, posez-vous continuellement les questions suivantes en observant l’exécution des virages.
    • Le contenu des virages du programme est-il équilibré?
    • Le patineur amorce-t-il les virages avec assurance?
    • Y a-t-il une direction (G à D ou D à G) prédominante?
    • Le patineur maîtrise-t-il la rotation, à l’entrée et à la sortie du virage?
    • Le patineur reste-t-il en équilibre du début à la fin du virage?
    • La profondeur de la carre est-elle approximativement égale avant et après le sommet du virage?
    • La rotation du haut du corps correspond-elle au jeu de pieds? 
    • Le patineur reste-t-il suffisamment longtemps sur la carre après le virage?

      Les patineurs qui n’ont pas encore maîtrisé les fondements du virage auront une grande difficulté à exécuter les habiletés plus avancées.

  3. Les poussées-élans
    Tenez compte des critères suivants pour évaluer les poussées-élans des patineurs :

    Le patineur exécute-t-il correctement les poussées à l’aide du côté de la lame?
    • La force de la poussée est-elle approximativement égale sur chaque pied?
    • La poussée-élan est-elle puissante, compte tenu de la taille et du poids du patineur?
    • Le patineur fléchit-il le genou pour absorber la puissance de la poussée-élan?
    • Le mouvement du genou est-il doux et uniforme?
    • Le patineur montre-t-il qu’il peut glisser en restant en bon équilibre?
    • Le transfert de poids d’un pied à l’autre est-il maîtrisé et coulant?
    • Le patineur passe-t-il fermement sur le nouveau pied traceur?
    • Observez-vous une posture droite ou une flexion à partir des hanches lors de chaque poussée-élan?
    • Le patineur a-t-il une maîtrise suffisante pour pouvoir exécuter les poussées-élans en synchronisation avec la musique?

      Les croisés sont une forme particulière de poussées-élans pour lesquels vous pouvez vous poser les mêmes questions. Toutefois, il est rare que les jeunes patineurs produisent de bonnes poussées sur chaque pied en exécutant des croisés. En général, le patineur qui présente une qualité inférieure de poussées-élans a aussi un patinage de qualité inférieure.

Vue d’ensemble

Évidemment, il est impossible de mémoriser et de vous poser toutes ces questions durant la performance de chaque patineur. Par ailleurs, vous pouvez vous exercer à enregistrer ces aspects de la performance de manière presque automatique. Ce sont ces habiletés de base qui vous permettront de classer dans un premier temps les patineurs dans les groupes supérieur, intermédiaire et inférieur. Les points saillants techniques de même que le style sont les critères qui vous aideront par la suite à classer les patineurs à l’intérieur de chaque groupe.

 

Qualité pour la première note

Bien que la réussite de sauts difficiles soit comme telle une réalisation merveilleuse pour le patineur - elle n’est pas le seul critère dont vous tenez compte pour établir la « première note » ou la « note technique ». Dans la partie suivante, nous exposons en quoi la qualité peut servir à distinguer les éléments techniques.

Vous devez observer tous les éléments (les éléments de saut, les éléments de pirouette et les éléments de jeu de pieds) tant du point de vue de leur « exécution complète » que de la qualité de leur exécution. En fait, la séquence des phases des éléments est importante. Pour évaluer la qualité des éléments, vous devez observer le point culminant de ces phases, le but étant la réussite de l’élément. Toutefois, un élément incomplet ne signifie pas nécessairement qu’il est de mauvaise qualité. De la même façon, l’exécution complète d’un élément ne garantit pas sa bonne qualité. Nous examinerons dans les parties suivantes des critères importants qui permettent de juger de la qualité des éléments techniques en patinage en simple.

 

Phases des éléments de saut

  1. Préparation
    1. a. Le saut est-il amorcé avec vitesse, sur une carre ferme?
    2. b. La carre d’entrée a-t-elle un rayon uniforme et est-elle exécutée avec vitesse?
  2. Appel
    1. Le saut est-il propulsé facilement dans les airs?
    2. La carre d’appel est-elle nette (elle n’est pas dérapée, trichée ou changée)?
  3. Trajectoire dans les airs
    1. Le patineur prend-il la position correcte de pirouette arrière?
    2. La tenue et la ligne du corps est-elle droite dans les airs?
    3. Le patineur maîtrise-t-il les différentes parties du corps durant la trajectoire?
  4. Réception
    1. La réception est-elle fluide?
    2. La réception est-elle sur une carre nette ou trichée?
    3. La courbe de la réception est-elle égale à celle de l’appel?

 

Phases des éléments de pirouette

  1. Préparation
    1. La préparation de la pirouette est-elle faite avec vitesse et la tenue est-elle ferme?
    2. La vitesse d’entrée est-elle adéquate et maîtrisée?
  2. Entrée
    1. La carre spiralée se transforme-t-elle rapidement en carre sur la plante du pied?
  3. Rotation
    1. La position de la pirouette est-elle ferme et maîtrisée?
    2. La rotation est-elle rapide et bien centrée?
    3. Y a-t-il de nombreuses positions dans une position ferme?
  4. Sortie
    1. La fin de la rotation est-elle bien maîtrisée, en position solide du corps?

 

Qualité pour la seconde note

On peut également évaluer la qualité dans la seconde note. À bien des égards, la capacité de patiner des éléments techniques de haute qualité a pour effet direct d’améliorer la qualité des critères de la seconde note. C’est la présentation des éléments du patinage artistique qui font de ce sport une discipline unique – c’est un des rares sports qui allie la performance sportive et la qualité artistique. Les patineurs qui réussissent à combiner ces deux aspects donnent des performances inoubliables.

Pour évaluer la note pour la présentation, il faut tenir compte des éléments suivants. Ces composantes sont décrites dans le manuel technique de Patinage Canada. Vous trouverez ci-dessous des détails additionnels sur l’évaluation de la qualité de chaque composante.

  1. Composition harmonieuse et en accord avec la musique choisie
    Il s’agit essentiellement de « l’allure et de l’impression » globales que dégage le programme. Les juges doivent déterminer si le patineur patine en synchronisation avec la musique. Tient-il parfaitement compte de la musique pour placer les points saillants de son programme? La chorégraphie convient-elle à la musique et au patineur?
  2. Variation de la vitesse
    Bien que la vitesse soit évaluée dans la note pour la valeur technique et les éléments prescrits, on tient compte de la variation de la vitesse dans la note pour la présentation. Les juges observent le changement de vitesse des mouvements (long, soutenu, court et contracté), l’aisance et la variation de l’accélération et de la décélération, qui sont dictés par la musique choisie. Les patineurs doivent s’efforcer de varier la vitesse de patinage et des mouvements.
  3. Utilisation de la surface glacée et de l’espace
    Le programme devrait couvrir la totalité de la surface glacée, à l’aide de tracés, de directions et de niveaux d’espace variés (inférieur, intermédiaire et supérieur). Les patineurs devraient éviter de concevoir des programmes composés surtout de tracés circulaires ou en ligne droite. Les points saillants devraient être répartis équitablement sur toute la surface glacée (c’est-à-dire non seulement entre les lignes bleues ou aux extrémités). Encore ici, les tracés, les directions, les niveaux de l’espace et le placement des points saillants doivent être dictés par la musique ou le thème choisis ou les deux.
  4. Mouvements aisés, en synchronisation avec la musique
    Pour cette composante, les juges regardent essentiellement l’aisance d’exécution du patineur ou du couple. Ils évaluent l’équilibre, la force, le rythme, la synchronisation et l’évolution. Les patineurs qui exécutent une chorégraphie et des points saillants sans effort apparent seront récompensés en conséquence dans la note pour la présentation.
  5. Tenue et style
    Les patineurs doivent patiner leur programme en conservant une tenue droite et une ligne du corps ferme. Les variations dans la ligne du corps et la tenue qui correspondent à la musique ou au thème sont acceptables, pourvu qu’elles soient agréables à l’oeil et qu’elles présentent un alignement correct. On tient également compte de la flexibilité dans cette composante.
  6. Originalité
    Idéalement, lorsque les patineurs et les entraîneurs font la chorégraphie d’un nouveau programme, ils essaient quelque chose de nouveau – quelque chose qui fera en sorte que le sport atteindra de nouveaux sommets. L’originalité se traduit par l’innovation sur le plan du mouvement, de la conception du programme (thème ou morceau musical choisi) ou de la chorégraphie. Le champion canadien Toller Cranston, médaillé du monde et des Jeux olympiques, est sorti des « sentiers battus » pour propulser le patinage dans une nouvelle direction.
  7. Expression du caractère de la musique
    Les juges évaluent si le patineur comprend le caractère de la musique et utilise toutes les parties du corps pour interpréter le thème musical. Ils doivent déterminer si la chorégraphie est exécutée selon les instructions seules de l’entraîneur qui a indiqué quoi faire à son patineur à tel endroit du programme ou si le programme est patiné avec émotion. La chorégraphie et les mouvements devraient trouver leur inspiration à partir des propres sentiments du patineur.

 

Aperçu de la qualité pour la seconde note

Les juges tiennent compte de nombreux facteurs dans l’attribution de la seconde note au patineur ou au couple – et les critères sont étroitement associés à la qualité de l’exécution du programme. Ce n’est pas un calcul simple à faire! Toutes ces composantes doivent être gravées dans le subconscient des juges. Étudiez la danse, le théâtre, les arts visuels et la musique, comme le font de nombreux entraîneurs et patineurs en créant leurs programmes, pour approfondir vos connaissances artistiques.

 

 Groupement des patineurs

Maintenant que nous avons étudié la mécanique du jugement des épreuves et que nous avons déterminé certains critères d’évaluation de la qualité de la performance, comment faisons-nous pour comparer cela au contenu technique réussi dans un programme? Pour comparer ces points forts apparemment opposés dans le processus de jugement des épreuves, on a recours à la notion de « groupement » des patineurs. En groupant les patineurs d’une épreuve, vous serez à même de comparer des pommes avec des pommes et des oranges avec des oranges au moment de déterminer les classements.

 

Groupement

Dans toute compétition il y a une ventilation naturelle des performances. Il est utile de considérer la compétition du point de vue des performances des groupes « supérieur », « intermédiaire » et « inférieur ». Cette méthode facilite le jugement des épreuves parce qu’elle permet de réduire le nombre de patineurs que vous devez comparer pour établir les classements.

Par exemple, imaginez que vous jugez une épreuve à laquelle sont inscrites 10 patineuses. À la fin de la performance de chaque patineuse, vous pouvez déterminer si son exécution correspond aux critères de performance du groupe supérieur, intermédiaire ou inférieur. Après cette évaluation sommaire, il vous reste à déterminer si vous considérez que sa performance est supérieure ou inférieure à celle des autres patineuses que vous avez classées dans ce groupe. En plus d’évaluer plus rapidement les patineuses, cette méthode facilite l’attribution des notes de la deuxième patineuse, car la notion de « groupe » vous aide à décider de l’écart que vous laisserez entre vos notes. Rendu à la neuvième patineuse, vous pourriez avoir placé trois patineuses dans le groupe supérieur, trois patineuses dans le groupe intermédiaire et trois patineuses dans le groupe inférieur. Après la performance de la patineuse no 10, il vous reste à décider dans quel groupe la classer et de la comparer aux trois patineuses de ce groupe plutôt que d’avoir à la comparer à chacune des neuf patineuses qui ont patiné avant elle.

Vous vous demandez peut-être comment classer les patineurs dans un groupe en particulier. Le critère le plus important pour grouper les patineurs est la qualité du patinage. Dans la partie précédente, nous avons donné une liste détaillée des critères servant à déterminer la qualité du patinage. L’évaluation des habiletés de base de patinage du patineur est la première étape pour déterminer la qualité du patinage de ce patineur. N’oubliez pas que la qualité concerne autant la première que la seconde note!

Les patineurs du groupe supérieur présentent généralement une haute qualité de patinage, tant sur le plan technique que de la présentation. Les patineurs ou les couples du groupe supérieur réussissent généralement à exécuter des éléments techniques de niveau supérieur comparativement aux patineurs ou couples des autres groupes. Règle générale, la qualité du patinage de base de ce groupe est supérieure à celle des autres concurrents.

Les patineurs du groupe inférieur sont « à l’opposé » des patineurs du groupe supérieur. Ils présentent une faible qualité de patinage et ne réussissent pas à exécuter les éléments techniques selon les normes pour ce niveau de compétition. Dans les compétitions interclubs, ce groupe ne satisfait pas généralement aux normes de réussite du test prescrit.

Le groupe intermédiaire est beaucoup plus difficile à définir, si bien que le protocole des compétitions du groupe intermédiaire peut être plus « embrouillé » que celui des groupes supérieur et inférieur – une indication des priorités différentes qui doivent être analysées lors du classement de ces patineurs.

En gros, le groupe intermédiaire est constitué de patineurs (ou de couples) qui ont soit une bonne qualité de patinage mais sont de calibre inférieur sur le plan technique ou soit de patineurs qui présentent une qualité de patinage inférieure mais qui réussissent des éléments techniques plus difficiles.

Bien que le processus de groupement puisse faciliter votre travail de juge, il n’est pas infaillible! Vous jugerez des compétitions où les lignes de démarcation entre les groupes supérieur, intermédiaire et inférieur seront très floues. Il y aura aussi des compétitions où tous les patineurs seront classés dans le groupe intermédiaire – peu importe la précision de vos critères : malheureusement, c’est une question de hasard! Alors, s’il vous arrive d’avoir de la difficulté à répartir les patineurs dans des groupes et de penser que cette méthode n’est pas très utile pour juger les performances des patineurs… rappelez-vous que dans la majorité des cas, c’est le meilleur moyen de juger l’ensemble de l’épreuve et d’être satisfait de vos classements.

 

Récompenser les éléments essayés

À ce niveau de compétition, vous verrez souvent des patineurs essayer d’exécuter des éléments au-delà de leurs capacités. Les arguments pour et contre l’importance de ces essais ont fait et feront toujours l’objet de débats. Mais, ce que vous devez savoir en tant que juge, c’est comment récompenser ces essais. Au niveau primaire de compétition, il est particulièrement important de tenir compte du caractère « raisonnable » des essais. En même temps qu’ils acquièrent de nouvelles habiletés, les patineurs subissent de grands changements physiques. C’est ce qui explique pourquoi il est courant de juger des épreuves de ce niveau où plusieurs patineurs (voire la plupart) ratent des éléments. Il est donc crucial de comparer également les éléments ratés.

Vous verrez peut-être des patineurs en simple de niveau préliminaire essayer l’Axel de même que des sauts doubles plus simples. De nombreux patineurs de cette catégorie réussissent à faire ces sauts, même en combinaison. Toutefois, certains patineurs se risquent à des sauts qui sont nettement au-dessus de leur habileté. Il est donc important de ne récompenser que les essais raisonnables qui sont à la portée des habiletés du patineur.

Par exemple, un patineur qui exécute un saut complet, atterrit sur un pied et tombe par la suite devrait recevoir un note plus élevée qu’un patineur qui exécute un saut d’une rotation et demie dans les airs et une demi rotation sur la glace, même s’il ne tombe pas. Le premier patineur a clairement maîtrisé la rotation du saut tandis que le second patineur n’a pas encore maîtrisé un aspect clé du saut : la rotation complète. Il appert donc que ce saut est nettement au-dessus de ses capacités. En outre, on devrait attribuer une note pour la valeur technique et une note pour la présentation inférieures au patineur dont le programme contient ce type d’essai non réussi ou non raisonnable, car il nuit à l’équilibre et à la fluidité du programme. Ce dernier point devrait se traduire dans la note pour la présentation.

 

Les notes

Les juges attribuent les deux notes suivantes aux patineurs :

  1. Valeur technique
    1. Difficulté – La difficulté relative des éléments essayés et réussis (les sauts, les pirouettes et les jeux de pieds).
    2. Variété – le programme doit être équilibré sur le plan des sauts, des pirouettes et des pas de liaison.
    3. Netteté et précision – le juge doit évaluer la netteté des sauts (l’appel et la réception sur des carres franches – non « trichées »). Le patineur devrait essayer des éléments qui correspondent à son niveau d’habileté. Les pirouettes doivent être coulantes, leur rotation doit être maîtrisée et avoir une belle présentation.
    4. Vitesse
  2. Présentation
    1. Composition harmonieuse et conformité avec la musique
    2. Variation de la vitesse
    3. Utilisation de la surface glacée et de l’espace
    4. Mouvements aisés et précision en synchronisation avec la musique
    5. Tenue et style
    6. Originalité
    7. Expression du caractère de la musique

 

Quelles notes attribuer?

Après avoir tenu compte des critères de chaque note, il vous reste à décider quelles seront les deux notes que vous attribuerez aux patineurs. Lorsque vous jugez des compétitions sanctionnées, le barème de notation pour les deux notes que vous attribuez est de 0,0 à 6,0, et une seule décimale est permise. Sur la scène internationale, cette échelle correspond à ce qui suit :

0 non patiné
1 très mauvais
2 mauvais
3 médiocre
4 bien
5 très bien
6 sans faute et parfait

 

C’est un barème absolu. Par conséquent, même si un patineur de niveau pré-préliminaire ou préliminaire exécute une « très bonne » performance pour son niveau, vous ne pouvez lui accorder une note de 5,0.

L’échelle de notes typiques pour les compétitions de Patinage STAR est comme suit :

Pré-préliminaire 1,0 à 2,0
Préliminaire et junior bronze 1,5 à 3,0
Senior bronze et junior argent 2,0 à 3,5
Senior argent et or 3,0 à 4,0

Rappelez-vous que vous ne devez pas vous limiter à une échelle de notes prédéterminée pour une compétition. Si une patineuse de niveau préliminaire présente une performance de qualité égale à celle d’une concurrente de niveau senior bronze, vos notes peuvent (et doivent) en tenir compte.

Il est important que vos notes montrent les points forts et les points faibles relatifs entre les patineurs et entre les composantes techniques et de présentation. De nombreux juges débutants n’aiment pas « dissocier » leurs notes et ont tendance à attribuer les mêmes notes pour la valeur technique et pour la présentation.

Cependant, à la fin de la compétition, vous devriez avoir accordé la meilleure note pour la valeur technique au meilleur patineur technique et la meilleure note pour la présentation au patineur qui a exécuté la meilleure présentation… et c’est rarement à la même personne. Aussi, les notes devraient correspondre au niveau de patinage. Si la compétition est de faible calibre, vos notes s’en ressentiront.

Faites donc preuve de bravoure – dissociez les notes quand il le faut! Ne vous en faites pas trop pour les ordinaux; si vous avez bien jugé l’épreuve, les ordinaux ne sont rien d’autre que le reflet de votre travail!

 

Votre première compétition

Vous êtes sans doute nombreux à vous souvenir des différentes phases d’une compétition en tant que concurrent, à partir du moment où vous franchisez la porte d’entrée de l’aréna le jour de la compétition. Après avoir organisé votre sac contenant vos effets de patinage, avoir remis vos enregistrements musicaux et avoir mis votre costume, vous devez penser à de nombreuses choses le jour de la compétition. De même, les juges ont de nombreuses choses à penser et à préparer avant et après leur arrivée à la patinoire pour juger une compétition.

 

Horaire

Prétendons qu’un représentant technique vous a demandé de juger une compétition interclubs locale. Vous n’êtes peut-être pas au courant de ses fonctions à ce type de compétition, mais sachez que le représentant technique joue un rôle de premier plan à toute compétition. Il a la responsabilité d’établir l’horaire de la compétition, de recruter les juges, de leur donner leur horaire de jugement des épreuves et d’être à la disposition de tout le monde le jour de la compétition pour s’assurer que les épreuves se déroulent bien et selon l’horaire prévu. Lorsque le représentant technique vous téléphone, efforcez-vous de lui offrir le plus d’heures possible le jour de la compétition. Il est bien plus facile de planifier l’horaire d’un juge qui est libre de 9 h à 16 h que d’un juge qui ne peut être sur place que de 11 h à 13 h. Si vous disposez de peu de temps libre, vous jugerez un moins grand nombre d’épreuves. Aussi, à moins que vous ne soyez malade ou que vous ayez une urgence familiale, n’annulez pas votre engagement de juger des épreuves. Il est extrêmement difficile de modifier l’horaire des juges à la dernière minute. En plus, les autres juges présents devront redoubler d’effort pour vous remplacer. Ce n’est pas juste pour le représentant technique, pour les autres juges et pour les concurrents.

Après avoir accepté de juger une compétition, informez-vous de l’endroit où est située la patinoire, du temps qu’il vous faudra pour vous y rendre en voiture et de l’heure à laquelle vous commencerez à juger les épreuves? Par prudence, prévoyez arriver à l’aréna au moins 30 minutes avant la première épreuve que vous jugerez. Cela vous donnera le temps nécessaire pour connaître les lieux et vous aurez une marge de sécurité en cas de circonstances inattendues telles un retard dû à la circulation ou à la perte de votre chemin. En outre, cela vous donnera le temps nécessaire pour vous préparer à juger votre première épreuve de la journée. Prenez des dispositions pour ne pas avoir à quitter la patinoire en vitesse à l’heure prévue pour la fin de vos épreuves, car il arrive parfois que la compétition se termine plus tard en raison de circonstances incontrôlables.

 

Arrivée à l’aréna

Lorsque vous arrivez à l’aréna, présentez-vous au bureau d’inscription de la compétition où se trouve généralement la liste des officiels que vous devriez signer de manière que les organisateurs soient informés de votre arrivée. Il se pourrait que les bénévoles en poste au bureau d’inscription vous remettent un insigne d’officiel afin de contrôler l’accès des personnes à certaines parties de l’édifice. Il est important de porter votre insigne en tout temps, particulièrement pour des compétitions où les spectateurs doivent payer des droits d’entrée. Enfin, les bénévoles au bureau d’inscription devraient vous diriger vers la salle des juges si vous ne savez pas où elle est située.

Après avoir repéré la salle des juges, informez le représentant technique de votre arrivée. Si vous ne connaissez pas les autres juges, demandez au représentant technique de vous présenter. Les gens croient généralement que tous les juges se connaissent, ce qui, bien entendu, n’est pas toujours le cas. Si vous avez reçu une feuille de l’horaire ou des épreuves des juges modifiée, prenez le temps de lire le document et de noter les changements qui vous concernent. Si vous avez de la difficulté à vous orienter dans l’édifice, prenez quelques minutes pour situer les principaux endroits tels la salle des repas, les toilettes, le chemin pour vous rendre au niveau de la glace, etc.

Enfin, la dernière chose à faire avant de commencer à juger vos épreuves est de vous assurer que vous disposez des fournitures nécessaires. Les organisateurs de la compétition devraient vous remettre une écritoire à pinces et des crayons. Vérifiez si votre écritoire à pinces contient toutes les feuilles de juge nécessaires pour les épreuves de la journée. Si vous ne trouvez pas les feuilles des juges dans la salle des juges demandez au représentant technique où elles se trouvent. Les feuilles pour toutes les épreuves de la journée sont parfois sur votre écritoire, mais il arrive qu’elles vous soient remises dans des enveloppes durant la journée.

Un arbitre est présent à chaque épreuve que vous jugez. Il s’agit habituellement d’un juge plus expérimenté qui a pour fonction de s’assurer que la compétition se déroule sans accroc. Ce sont les arbitres qui communiquent avec les patineurs et qui prennent les décisions durant la compétition, au besoin. Si le lacet d’un patineur se dénoue, par exemple, l’arbitre demandera au patineur de relacer son patin avant de poursuivre son programme. N’hésitez pas vous adresser à l’arbitre si vous avez besoin de précisions ou s’il vous manque quelque chose. Les juges plus expérimentés sont déjà passés par là. Ils se souviennent de leur première compétition et ils se feront un plaisir de vous aider!

 

Fin de la compétition

Vous avez réussi! Maintenant que la journée de compétition est terminée, vous pouvez prendre une pause et réchauffer vos pieds et doigts glacés! Toutefois, il vous reste encore quelques petites tâches à accomplir à la fin de première journée de compétition. Prenez le temps d’examiner les résultats de toutes les épreuves que vous avez jugées, tant pour vous assurer que les contrôleurs n’ont pas fait d’erreur de calcul de vos points que pour connaître les classements de vos collègues qui diffèrent sensiblement de ceux que vous avez accordés. Bien qu’il vous soit impossible de modifier les résultats de la compétition, vous pourriez demander aux autres juges de vous expliquer pourquoi ils ont classé les concurrents différemment. Cette conversation pourrait vous être utile et les juges plus expérimentés sont habituellement prêts à répondre à toutes vos questions ou à discuter avec vous de la raison pour laquelle vos classements sont un peu différents.

Enfin, au moment de quitter l’aréna, rappelez-vous qu’il arrive souvent que les parents et les entraîneurs désirent s’entretenir avec les membres du jury pour obtenir des conseils sur les meilleurs moyens de favoriser le perfectionnement des patineurs. Par leur encouragement, les juges jouent parfois un rôle de premier plan auprès des différents membres de la communauté du patinage.

Toutefois, évitez d’entrer dans des débats avec les parents ou les entraîneurs sur le classement des patineurs aux épreuves. Tenez-vous-en au patineur en question et soulignez les points forts et les aspects qui nécessitent d’être améliorés. Si, pour les besoins de la discussion, vous aimeriez consulter vos feuilles de juge, adressez-vous aux spécialistes des données (contrôleurs) pour les obtenir.

 

Introduction à l’arbitrage

Rôles et responsabilités de l’arbitre

Comme nous l’avons souligné un peu plus haut dans le manuel, un arbitre en particulier est affecté à chaque épreuve de patinage. Au niveau inférieur des compétitions invitation, l’arbitre est généralement un des juges de la compétition. Il est peu probable que vous soyez désigné arbitre en tant que nouveau juge qui commence à exercer ses fonctions. Toutefois, il se pourrait que vous soyez le juge le plus expérimenté à une compétition invitation et qu’on vous demande d’arbitrer l’épreuve. La partie suivante donne un bref aperçu des fonctions de l’arbitre.

La difficulté tient au fait qu’il faut à la fois arbitrer et juger les épreuves en même temps. En tant que juge, vous devez vous concentrer sur le meilleur classement possible des patineurs. En tant qu’arbitre, vos responsabilités sont plus larges et comprennent ce qui suit.

  • Vous assurer de la présence de tous les patineurs : Avant le début de la période d’échauffement, demandez à l’annonceur ou au capitaine de glace si tous les patineurs du groupe sont présents et prêts à se rendre sur la glace. Si un patineur n’est pas présent et qu’après vérification, le capitaine vous dit qu’il n’est pas inscrit, vous pouvez supposer que le patineur a décidé de ne pas participer à la compétition. Dans ce cas, vous devez informer les juges du jury du nom des patineurs absents de manière qu’ils rayent leur nom sur leur feuille d’observations personnelles des juges. Si vous utilisez des papillotes, vous devriez également ramasser les papillotes vierges des patineurs absents afin d’éviter les erreurs de calcul des résultats.
  • Vérifier si tous les patineurs sont présents sur la glace pour l’échauffement : Si le capitaine de glace vous informe que tous les patineurs sont présents mais qu’un patineur ne se trouve pas sur la glace, vous devez demander aux patineurs de se rendre à la tribune des juges pour déterminer quel patineur est absent.
  • Bien chronométrer la période d’échauffement : Si vous ne possédez pas un chronomètre, surveillez l’horloge ou le chronométreur pour vous assurer que le temps est bien enregistré.
  • Débuter l’épreuve : Après l’échauffement, vous devez signaler au responsable de la musique ou à l’annonceur d’annoncer le premier patineur.
  • Établir le rythme de déroulement de la compétition : Généralement, les compétitions interclubs ne prévoient pas de temps entre la performance de chaque patineur. Il faut donc que la compétition se déroule assez rapidement. Si vous estimez que l’annonceur prend trop de temps, vous avez le droit de lui demander d’annoncer plus rapidement le nom du prochain patineur, c’est-à-dire de ne pas attendre que le patineur se rende au centre de la patinoire, salue les spectateurs des deux côtés et se rende à la sortie. On perd des secondes précieuses qui risquent de décaler l’horaire de la compétition.
  • Intervenir en cas d’arrêt ou de chute : Conformément aux règlements, les reprises sont interdites, peu importe si l’interruption est causée ou non par le patineur. Si les lacets du patineur se dénouent, vous devez demander au patineur de s’arrêter, de relacer ses patins et de poursuivre le programme à partir du point d’interruption. Si un patineur tombe et se blesse, vous devez décider s’il a besoin de soins médicaux. Dans l’affirmative, du personnel médical devait être sur les lieux pour prendre soin du patineur. Si le problème peut être résolu rapidement (dans un délai de 2 à 3 minutes), vous autorisez le patineur à poursuivre son programme à partir du point d’interruption.
  • Signer la feuille des résultats : À certaines compétitions, les arbitres doivent signer la feuille des résultats officiels. En signant la feuille des résultats de la compétition, vous ne faites qu’autoriser la publication des résultats – sans certifier leur exactitude. Toutefois, quel arbitre signerait une feuille des résultats officiels sans s’être au préalable assuré de l’exactitude des résultats? C’est une des raisons pour laquelle il est important de comprendre le système de comptabilité utilisé pour calculer les résultats. En outre, vos connaissances à ce sujet vous seront utiles si vous devez expliquer à un parent ou à un entraîneur les résultats de la compétition. Si vous remarquez quelque chose d’inhabituel ou que vous soupçonnez qu’une erreur de calcul a été commise, vous devriez en informer immédiatement les spécialistes des données ou le représentant technique. Ils vérifieront les papillotes et apporteront les correctifs nécessaires avant la signature de la feuille des résultats finals.

 

Code de déontologie des officiels

Au cours des dernières années, Patinage Canada a précisé les relations de travail des divers partenaires de l’association par rapport à l’organisation dans son ensemble en élaborant et en mettant en oeuvre des « codes de déontologie » pour chacun des groupes. Un code de déontologie est en quelque sorte une description de poste qui décrit les responsabilités du partenaire de l’organisation à laquelle il appartient. Règle générale, le code de déontologie précise des normes de conduite par rapport à trois secteurs principaux : la compétence technique, la loyauté envers l’association et la conformité avec la mission et les politiques de l’organisation. Ce document a fait l’objet d’un examen approfondi et a été approuvé par l’avocat de l’association qui en garantit la validité.

Conformément à la politique de Patinage Canada, les membres qui désirent porter le titre d’« officiel » sont tenus de reconnaître par écrit qu’ils ont reçu et lu un exemplaire à jour du Code de déontologie (et de tout addendum à ce document) et qu’ils acceptent de respecter ledit code dans leurs fonctions quotidiennes à titre d’officiel de Patinage Canada. Les officiels doivent confirmer leur consentement chaque année d’adhésion afin de conserver leur titre d’officiel. Puisque cette confirmation est nécessaire pour conserver le statut d’officiel, c’est aussi une condition d’exercice des fonctions d’officiel à une journée de tests ou à une compétition au nom de Patinage Canada.

Vous trouverez la dernière édition du Code de déontologie des officiels aux pages suivantes. Si vous ne l’avez pas encore fait, veuillez lire le document, signer formulaire de confirmation et le remettre à l’agent de formation du stage qui le fera parvenir au président du Comité des juges de votre section.

 

Code de déontologie des officiels

 

Forme de code déontologie des officiels attachées

OBJET

Le présent code de déontologie a été rédigé dans le but d’aider à définir le rôle des officiels dans le contexte de Patinage Canada, les principes qu’incarnent les officiels, l’exercice des fonctions de l’officiel à Patinage Canada et à décrire le comportement des officiels. Dans le présent code de déontologie, le terme « officiels » est conforme à la définition fournie dans les règlements de Patinage Canada et englobe tous les évaluateurs, les juges, les arbitres et les contrôleurs.

En général, le code de déontologie expose à grands traits les normes de conduite dans trois secteurs principaux, comme suit :

  • Compétence technique
  • Loyauté envers l’association
  • Conformité avec la mission et les politiques de l’organisation

Pour être désigné un officiel de Patinage Canada, chaque officiel est tenu d’attester par écrit la réception et la lecture d’une copie du Code de déontologie des officiels (et de tout addenda applicable) et d’accepter d’être lié par le Code de déontologie et de s’y soumettre.

 

ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA

Patinage Canada est une association qui a pour mandat de permettre à tous les Canadiens et Canadiennes de patiner au cours de leur vie, que ce soit pour le plaisir, pour rester en forme ou pour réaliser des exploits.

 

ÉNONCÉ DU MANDAT DES OFFICIELS

Les évaluateurs, les juges, les arbitres et les contrôleurs sont des représentants officiels de Patinage Canada et doivent en tout temps se conduire d’une manière qui convient au privilège d’exercer de telles fonctions. Ils sont responsables d’assurer le respect de tous les règlements et politiques de l’association à tout événement auquel ils assistent.

 

INTRODUCTION

Pour réaliser avec succès le mandat de Patinage Canada, toutes les personnes qui s’intéressent au patinage (notamment les patineurs et les parents, les entraîneurs, les officiels et les directeurs des clubs) doivent avoir une vision commune et la même compréhension de leurs rôles respectifs afin d’établir et de maintenir un milieu d’apprentissage positif. Cependant, ce sont les actions de chaque personne qui, en définitive, contribuent à créer un milieu propice à l’apprentissage ou, au contraire, à le détériorer.

Il revient aux chefs de file du patinage et il est de leur devoir d’élaborer et de mettre en application des règes de déontologie propices à la poursuite de cet objectif valable. Dans les clubs ou les écoles de patinage sanctionnées, ces chefs de file sont les entraîneurs, les directeurs et les officiels.

 

DÉONTOLOGIE

Pour comprendre les principes fondamentaux de la déontologie, il serait utile de revoir la définition du terme « déontologie » :

  • Qui relève de la moralité ou des principes moraux.
  • Philosophie qui traite du caractère et du comportement humains, de la distinction entre le bien et le mal, et des obligations morales envers la collectivité.
  • Étymologie du mot grec « ethos » qui veut dire moeurs.

 

NORMES D’ÉTHIQUE POUR LES OFFICIELS

Obligations envers les patineurs et les entraîneurs

Tenir à jour ses connaissances techniques du patinage artistique de manière que les performances soient notées avec exactitude.

Exercer ses fonctions avec objectivité et intégrité en notant les performances en fonction de solides connaissances techniques et évaluer seulement le patinage exécuté, sans parti pris ou préjugé et sans se laisser influencer par l’approbation ou la désapprobation des spectateurs ainsi que par la réputation et les performances passées du patineur.

L’officiel doit noter de façon indépendante et, du début à la fin de l’épreuve, ne pas discuter avec qui que ce soit, sauf l’arbitre ou l’arbitre adjoint, de cette épreuve, de sa propre évaluation ou des notes ou des évaluations ou notes d’autres juges.

Partager ses connaissances techniques et son expérience du patinage artistique avec les patineurs, les parents, les entraîneurs et autres officiels afin de favoriser l’avancement du sport.

Déclarer un conflit d’intérêt et s’abstenir d’exercer ses fonctions dans des situations où il y aurait apparence de conflit d’intérêts.

Être continuellement conscient de l’influence qu’il peut exercer sur les patineurs, les entraîneurs et les autres officiels, et ne jamais abuser de leur confiance.

 

Obligations envers le sport, le club et l’école de patinage

Être membre en règle de Patinage Canada.

Promouvoir Patinage Canada, ses programmes et le sport du patinage en général. À cet égard, représenter Patinage Canada d’une manière respectueuse et assurer que les messages véhiculés sont conforme au mandat de l’association et à toutes les règles, les politiques et les procédures de Patinage Canada.

S’abstenir de critiquer publiquement l’association, ses membres et son personnel, et utiliser plutôt les protocoles et les voies de communication internes appropriés, établis par Patinage Canada de temps à autre, pour discuter des préoccupations ou faire des critiques.

Bien connaître et observer les normes régissant la fonction d’officiel définies dans le Manuel des règlements de Patinage Canada (politiques et procédures) et se tenir au courant des amendements aux règlements, politiques, règlements et programmes de l’UIP, de Patinage Canada, de la section et du club afin de fournir des services de patinage de manière professionnelle.

Maintenir sa compétence en poursuivant sa formation technique, élargir ses connaissances des domaines qui offrent un apport au patinage artistique (par ex. les arts de la scène, la science du sport, la psychologie sportive, etc.) et se conformer à toute activité, formation, recyclage ou autre exigence de certification, comme déterminé de temps à autre par Patinage Canada.

Faire preuve des qualités importantes d’honnêteté, de sérieux et de collaboration dans ses rapports avec toutes les personnes évoluant dans le milieu du patinage de manière à faire honneur à la profession.

Partager avec ses collègues officiels, entraîneurs et les officiels du club ou de l’école de patinage la responsabilité d’entreprendre et d’encourager des activités en vue de répondre aux besoins des patineurs, du club, de l’école de patinage et du patinage en général.

Participer à l’élaboration et à la mise en oeuvre de normes souhaitables qui régissent la fonction d’officiel au moyen de communication régulière et continue avec les partenaires chargés de la mise en oeuvre des programmes de patinage artistique.

Immédiatement après avoir pris connaissance de toute infraction réelle ou possible d’un évaluateur, d’un juge ou d’un contrôleur au présent Code de déontologie ou aux règlements, politiques et procédures en vigueur, faire un rapport par écrit à l’arbitre, au contrôleur en chef ou à l’association, comme suit :

  • En ce qui concerne une situation de test – au président du Comité des évaluateurs et des juges de la section.
  • Relativement à une épreuve particulière d’une compétition – à l’arbitre ou au contrôleur en chef de l’épreuve.
  • Pour un incident particulier durant une compétition – à l’arbitre ou au contrôleur en chef qui en informera le président du Comité de coordination des officiels s’il l’estime nécessaire ou justifié.
  • Quant à une question en dehors du contexte de l’épreuve ou si la communication ne peut être faite par l’arbitre ou le contrôleur en chef pour une raison quelconque – directement au président du Comité de coordination des officiels.

 

Obligations envers les collègues évaluateurs, juges et contrôleurs

Partager ses connaissances techniques et pratiques avec ses collègues au cours de leur perfectionnement à titre d’officiels de Patinage Canada.

Juger de façon indépendante et s’abstenir de partager son évaluation ou ses notes avec les autres, sauf avec l’arbitre ou l’arbitre adjoint, avant la fin de l’épreuve. À la réunion d’examen de l’épreuve, présenter son évaluation de façon impartiale et juste au point de vue technique tout en respectant l’évaluation de ses collègues.

Éviter de critiquer le rendement ou l’évaluation d’un autre officiel à moins que ce ne soit fait à la connaissance ou avec la permission de ce dernier. (Lorsque l’évaluation d’un officiel est demandée par l’arbitre ou le Comité de coordination des officiels, utiliser les outils et les protocoles standard pour l’examen qui ont été élaborés par le Comité de coordination des officiels.)

Respecter les exigences de rapport décrites au point (2) ci-dessus.

 

PROCÉDURE RELATIVE AUX PLAINTES

Toutes les plaintes résultant de l’application du Code de déontologie seront traitées conformément à la politique sur les plaintes, les suspensions et les expulsions de Patinage Canada, comme elle est énoncée dans le Manuel des règlements de Patinage Canada.

 

LIGNES DIRECTRICES ET DÉDUCTIONS CONCERNANT LES PROGRAMMES BIEN ÉQUILIBRÉS

Patinage Canada a élaboré des lignes directrices concernant les programmes bien équilibrés pour les compétitions de Patinage STAR des niveaux pré-préliminaire à or. Ces lignes directrices visent à nous assurer que les patineurs exécutent des éléments similaires dans leurs programmes. Les sections organisent chacune des compétitions différentes de Patinage STAR qui ne sont pas nécessairement conformes aux présentes lignes directrices. Par exemple, certaines sections organisent des épreuves supplémentaires qui ont des restrictions différentes pour les sauts de celles proposées par Patinage Canada.

Discutez avec l’agent de formation de votre stage des épreuves qui ont lieu aux différentes compétitions de votre section et des lignes directrices concernant les programmes bien équilibrés de votre section.

En outre, vous devriez également vérifier si des déductions seront appliquées aux programmes des patineurs qui ne sont pas conformes aux lignes directrices sur les programmes bien équilibrés établies par votre section.

Cet article vous a-t-il été utile ?
0 sur 0 ont trouvé cela utile.
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

Réalisé par Zendesk