À venir bientôt! Patinage Canada se prépare à relancer le Centre d’info avec une meilleure structure, de nouvelles fonctions et des articles faciles à trouver, sur tout ce que vous devez savoir à propos des règlements administratifs et généraux ainsi que des politiques et procédures de Patinage Canada.

Centre d'info

S’abonner

Manuel des normes des tests de patinage d'interprétation

Remerciements

Patinage Canada est reconnaissant du temps, des efforts et de l’expertise des personnes suivantes qui ont rédigé et assemblé le présent manuel :

 

Directrice de la rédaction :
Renee Eldershaw

Collaborateurs et examinateurs :
Bill Bridel
Vesna Markovich
Paul MacIntosh
Heather Frasher

Un grand merci aux collaborateurs du
Manuel sur la patinage artistique précédent :
Ellen Burka
Suzanne Francis
Jane Garden
Mary Claire Heintzman
Joyce Hisey
Benoit Lavoie
Pay Naylor
Frank Nowasad

 

Introduction

Le programme d’interprétation permet aux patineurs de développer leur habileté d’interpréter la musique sans la pression que crée l’exigence de difficultés techniques d’autres programmes. Les patineurs peuvent subir des tests individuels ou en couple (patineur/patineuse, patineuse/patineuse et patineur/patineur) aux niveaux suivants :

  • introduction;
  • bronze;
  • argent;
  • or.

Ce programme encourage les patineurs à développer :

  • la compréhension de la relation entre le mouvement et les différents rythmes (musique);
  • la prise de conscience de leur créativité chorégraphique innée;
  • la capacité d’utiliser les habiletés de base du patinage comme moyen d’expression;
  • un vaste répertoire de mouvements expressifs;
  • une confiance accrue en leurs habiletés de performance.

Ce programme exige que les personnes qui jugent cette discipline possèdent une compréhension de la structure musicale et des principes de base de la chorégraphie. L’annexe A contient des définitions de termes qui pourraient être utiles dans ce manuel.

 

But des normes des tests de patinage d’interprétation

Ce manuel est un outil de ressources tant pour les officiels que pour les entraîneurs. La première partie présente une introduction au Programme de patinage d’interprétation, une vue d’ensemble des théories sous-jacentes au mouvement créatif et quelques lignes directrices pour le maintien à l’étude. La dernière partie du manuel porte sur la notation du programme d’interprétation et le déroulement des tests et des compétitions.

Les sujets suivants seront traités :

  • création d’un programme d’interprétation;
  • rôle de l’entraîneur et du chorégraphe ainsi que du patineur dans le développement du patinage d’interprétation;
  • sélection de musique et de costumes;
  • introduction des principes du mouvement créatif;
  • exigences pour devenir un évaluateur de tests d’interprétation;
  • critères d’évaluation et conditions de réussite;
  • normes des tests.

Le programme d’interprétation (comparé au programme des tests du patinage artistique) présente, entre autres, les caractéristiques suivantes :

  • un évaluateur jugera les tests d’interprétation;
  • tous les tests d’interprétation seront évalués par des évaluateurs de patinage d’interprétation;
  • les programmes de tous les niveaux dureront un minimum de 2 minutes et un maximum de 3 minutes (+ ou – 10 secondes);
  • il n’y a pas de limite d’âge. L’âge a peu d’impact sur l’habileté du patineur d’interpréter la musique. Les habiletés de patinage et les autres composantes de base ne reflètent pas nécessairement l’âge de la personne mais plutôt les habiletés acquises;
  • le test pour adultes est supprimé et les patineurs adultes sont intégrés dans le programme d’interprétation. Le test artistique pour adultes est équivalent au test bronze d’interprétation. Par exemple, si un patineur a réussi le test artistique pour adultes, il peut passer au programme d’interprétation en commençant par le test argent d’interprétation;
  • un candidat peut se qualifier plus d’une fois pour le même test en utilisant un thème et un programme différents à chaque fois;
  • un candidat à un test d’interprétation doit avoir réussi le test précédent;
  • les tests d’interprétation sont ouverts aux patineurs de patinage en simple ou en couple.

 

Composantes d’un programme d’interprétation

Un juge qui regarde un programme d’interprétation devrait prendre en considération les divers éléments de mouvement expressif que le patineur a utilisé pour communiquer le thème choisi.

Ceux-ci sont résumés brièvement ci-dessous :

 

thème
  • signification symbolique + musique – pertinence des mouvements en fonction de la musique et des habiletés du patineur
motivation
  • raison qui produit le mouvement
conception
  • deux aspects – temps et espace
  • phases (temps) – succession des mouvements
  • symétrie/asymétrie (espace)
  • niveaux et direction (espace)
  • utilisation de la surface (espace tridimensionnel)
dynamique
  • variation du tempo et de la tension
gestes
  • mouvements stylisés fondés sur des éléments sociaux, fonctionnels, rituels ou émotionnels.
style
  • langage de l’expression, structure du mouvement
composition
  • continuité, rythme, développement, répétition, tension dramatique

 

Principes du mouvement créatif

Le concept du programme d’interprétation tire ses origines de la danse créative. Les gens ont depuis toujours composé des danses. L’instinct d’utiliser le mouvement est un élément fondamental de la nature humaine.

Au fil du temps, trois formes principales de danse se sont développées :

  • danse folklorique – habituellement rurale, de classe inférieure, exubérante;
  • danse sociale – habituellement urbaine, classe supérieure, formelle;
  • performances à la cour – principalement du ballet, stylisé.

Au cours de la première moitié du XXe siècle, la danse à titre de discipline a développé ses nombreuses facettes techniques, du style, de la forme et du contenu, alors qu’elle est devenue un divertissement populaire.

Pendant de nombreux siècles, les danses ont été composées instinctivement par des personnes talentueuses. Ce n’est pas avant les années trente que des théories sur la composition de danses ont été élaborées et enseignées. Ceci a mené à l’élargissement et à l’examen continus de la capacité humaine de communiquer au moyen de mouvement au son de musique. Ce sont ces théories que nous devons prendre en considération comme base du développement et de l’évaluation des programmes d’interprétation.

La composition n’est pas simplement une inspiration; elle est fondée sur la conception d’un thème et la manipulation de ce thème ne peut se produire ou changer sans la connaissance des règles de la composition.

La forme d’art la plus instinctive est le A B A : un début, un milieu et une fin.

La danse est conçue selon deux aspects : l’espace et le temps. À n’importe quel moment donné, la danse occupe un espace. (Pensez à une photo d’une danse.) Le temps qu’occupe la danse se reflète dans la séquence des mouvements et est plus complexe que l’espace occupé. Il va de la simple transition d’un mouvement à l’autre à la phrase plus prolongée et, finalement, à la structure entière. Il est beaucoup plus difficile de percevoir le temps que l’espace occupé. L’oeil doit être formé pour qu’on se souvienne de l’enchaînement des mouvements.

Le temps occupé est souvent structuré par unités, appelées phrases, qui correspondent aux rythmes biologiques naturels. Chaque phrase a une forme reconnaissable avec un début et une fin et, habituellement, des hauts et des bas. Les différences de longueur et de forme des phrases créent de la variété dans la performance. Pour des raisons pratiques, les phrases peuvent être considérées en trois catégories : le point culminant au début, le point culminant au milieu ou proche du milieu et le point culminant à la fin ou proche de la fin. Le point culminant peut être atteint en tempo ou par un autre élément de mouvement.

La dynamique est la clé qui ajoute de l’intérêt à la danse. Elle varie de la douceur de la crème au tranchant du couteau. Une dynamique tranchante à laquelle s’ajoute de la vitesse a un effet stimulant; la dynamique douce accompagnée de mouvement modéré ou lent est apaisante. Une bonne danse n’est pas construite pour conserver longtemps la même dynamique parce que trop de tranchant énerve tandis que trop de legato est ennuyeux. Des danses intéressantes comprennent des dynamiques simultanées. Par exemple, un bras peut continuer avec le thème principal alors que l’autre bat ou frémit. Ceci peut être varié en utilisant d’autres parties du corps. Les pieds peuvent être staccato tandis que les bras et le corps sont legato. Ceci donne une structure très riche au programme.

 

Rôle de l'entraîneur/chorégraphe

Pour le programme d’interprétation, l’entraîneur/chorégraphe devrait faire fonction de mentor, guidant les patineurs à développer leurs propres habiletés chorégraphiques plutôt que d’être un créateur de mouvements à imiter. Après avoir choisi le thème et la musique, l’entraîneur devrait les discuter avec le patineur, afin de faire ressortir et d’accroître sa compréhension du thème. Ceci est particulièrement important dans le cas d’un patineur d’interprétation inexpérimenté.

Il est important que la communication du thème du programme se fasse à travers le patineur et non pas à travers les mouvements et la chorégraphie conçue par l’entraîneur/chorégraphe. L’entraîneur devrait encourager les patineurs à participer à des cours d’introduction au théâtre et à la danse moderne comme moyen d’approfondir leurs connaissances du mouvement. Ces cours pourraient accroître la compréhension des thèmes et de l’ambiance dans la musique. L’acquisition d’expérience à cet égard encouragera le patineur à avoir moins d’inhibitions.

 

Élaboration de programmes de patinage d'interprétation

Des programmes de patinage d’interprétation exigent une approche chorégraphique différente des programmes de compétition ou de revue sur glace. Pour les tests ou les compétitions, la musique est choisie en fonction de sa capacité de mettre en évidence les sauts difficiles, les pirouettes et autres éléments du répertoire du patineur. Un programme de revue sur glace est conçu dans le but de divertir le public en présentant des exemples des mouvements spectaculaires du patineur.

Les programmes de patinage d’interprétation sont créés en commençant soit par un morceau précis de musique, soit par un thème particulier. Les patineurs peuvent commencer par choisir le morceau de musique qu’ils aimeraient interpréter en utilisant leurs habiletés de patinage, en écoutant la musique et en comprenant son histoire ou son thème abstrait qui pourrait assurer la continuité des mouvements. Réciproquement, les patineurs pourraient commencer avec le thème qu’ils aimeraient exprimer et ensuite choisir la musique qui est appropriée. Dans l’un ou l’autre cas, il est essentiel que le thème et la musique forment un tout duquel les mouvements évoluent.

Pour des patineurs d’interprétation inexpérimentés, le thème devrait être clair et simple. Un programme court ne donne pas le temps nécessaire pour explorer un thème élaboré et ils ne disposent pas des habiletés d’interprétation nécessaires. Les patineurs de niveau argent peuvent développer une plus grande gamme de mouvements, de gestes et d’expressions corporelles qui leur donne la possibilité d’utiliser une grande variété d’habiletés pour exprimer des thèmes complexes exigeant des changements d’ambiance, de caractère ou de style.

Après avoir choisi le thème et la musique, la prochaine étape consiste à adapter à la musique les mouvements que suggère le thème.

Il y a quatre éléments de base du mouvement :

 

1. temps
  • un mouvement peut être rapide ou soutenu dans sa durée
  • le temps qu’il faut pour exécuter un mouvement doit être fondé sur la motivation de ce mouvement, le sentiment qu’il donne à l’ensemble du tableau;
2. poids
  • un mouvement peut être d’une texture forte ou légère
3.évolution
  • un mouvement peut être contenu (limité) ou fluide dans son exécution (tranchant et staccato par rapport à fluide et languissant)
4. espace
  • un mouvement peut aller directement de A à B ou, de manière flexible, remplir l’espace entre A et B.

 

La variation de ces styles de mouvement permet au patineur d’exprimer une gamme de sentiments durant le programme.

Bien que le rythme soit l’élément le plus fondamental de la musique et de la danse, la dissonance ainsi que le temps et l’espace occupés de façon étrange sont à la base d’une bonne partie de la danse moderne. Le fait d’ignorer les notions préconçues de ce que devrait être la danse a entraîné à une exploration considérable des éléments de ligne, de rythme et de structure. De tels mouvements ne sont pas grotesques, mais représentent plutôt un état de conscience physique pleine d’action potentielle. La tension ne peut pas être indiquée, elle doit être réelle. Cependant, pour que ces mouvements soient efficaces, un niveau élevé de technique est exigé. Les patineurs inexpérimentés ne seront pas plus efficaces s’ils essaient des mouvements qu’ils ne peuvent contrôler, mais moins efficaces.

 

Composition d'un programme de patinage d'interprétation

Le programme d’interprétation se compose d’une variété de mouvements de patinage, choisis pour leur capacité de rehausser l’interprétation de musique du patineur, plutôt que pour leur difficulté technique. Des sauts peuvent être compris, mais leur difficulté technique ne sera pas reconnue. Les notes pour les sauts et les pirouettes sont uniquement basées sur le thème choisi, non seulement sur une collection de mouvements agréables ou spectaculaires, réunis pour divertir une audience (programme de démonstration ou de revue sur glace).

Bien que le mouvement créatif ait normalement un thème comme point de départ, chaque mouvement ne doit pas forcément faire partie d’une « histoire » cohérente. Le mouvement exprime dans sa forme esthétique la motivation, les désirs et réactions d’un être humain vivant. Il ne comprend pas des animaux, des fées, des fantômes ou des jouets animés, sauf de la manière qu’ils pourraient exister dans l’esprit d’un patineur.

Bien que de nombreux programmes exprimeront, sans aucun doute, des thèmes déjà connus de ballets, d’opéras, d’opérettes ou de productions musicales du théâtre ou du cinéma, les patineurs devraient être encouragés à passer outre pour explorer des concepts plus personnels et originaux. Les patineurs qui choisissent un thème inconnu seront récompensés. Les programmes peuvent explorer des conceptions de mouvements abstraits, suggérés par des styles de son, des ambiances ou des concepts choisis.

Les patineurs doivent présenter à leur évaluateur ou juge un court énoncé sur le thème sélectionné. Ceci devrait servir à stimuler l’intérêt des juges en ce qui concerne le programme et leur fournir un cadre dans lequel il peut être évalué. L’énoncé ne doit pas dépasser 70 caractères.

 

Sélection de musique pour le patinage d'interprétation

Pour ce programme, n’importe quel genre de musique peut être utilisé, pourvu que le thème et la musique forment un tout. Dans certains cas, la musique peut fournir l’inspiration pour le thème; dans d’autres, un thème peut être choisi, ensuite la musique appropriée est sélectionnée afin d’exprimer le thème. La musique vocale est permise à tous les niveaux.

Le rythme est l’élément le plus puissant de la danse, mais sa valeur est rarement appréciée ou utilisée. Le rythme infiltre tous les aspects de la vie, offrant de l’organisation et des formes à l’existence. Les êtres humains ont quatre rythmes innés :

  • la respiration, le chant et la parole, ce qui mène au phrasé;
  • les muscles et actions automatiques, comme le battement du coeur et le péristaltisme;
  • la propulsion – la marche, la course et le saut;
  • les rythmes émotionnels – les émotions, les humeurs et les passions.

Si les mouvements sont organisés en fonction de ces modèles de rythme, ils suscitent une réaction parce qu’ils établissent un rapport avec l’expérience de tous.

Si la structure du rythme est facilement ressentie par l’audience, les spectateurs ne seront pas distraits de la performance par l’effort nécessaire pour la comprendre. Les êtres humains ne ressentent pas des sentiments avec une intensité uniforme et, de ce fait, des modèles de rythme dramatiques doivent présenter des variantes pour être convaincants. La motivation et les gestes doivent être compris par les patineurs s’ils veulent transmettre les modèles de rythme effectivement.

Par conséquent, il faut prendre soin de sélectionner une musique qui permet au patineur d’explorer pleinement tous les aspects du thème choisi. Les patineurs doivent ensuite étudier intensément la musique choisie de manière à totalement comprendre et développer ses modèles de rythme.

Trois formes de musique qui sont les mieux adaptées aux programmes d’interprétation sont les formes mélodiques, rythmiques et dramatiques. Ceci supprime les formes comme la composition intellectuelle, la pièce de bravoure, la composition impressionniste, la « grande » pièce, la pièce bien connue exécutée par programme, la composition trop complexe, les clichés et le stéréotypé. Il y a toute une gamme de musique à considérer, même après ces exclusions.

Une fois les choix préliminaires du sujet et de la musique faits, il reste l’aspect le plus important, c’est-àdire joindre le mouvement à la musique.

 

Sélection de vêtements pour le patinage d'interprétation

Les vêtements choisis pour les programmes d’interprétation doivent être simples et de bon goût. Leur but est de permettre au patineur de vivre plus intensément le thème qui est présenté. Des costumes élaborés peuvent nuire au mouvement et ont tendance à distraire du patinage proprement dit. On doit prendre soin d’assurer une présentation claire du thème, par séquences de mouvement, sans dépendre des vêtements choisis pour rendre le concept clair.

Le maquillage et la coiffure peuvent aussi aider au patineur à rendre l’ambiance. Ils devraient être utilisés discrètement, plutôt que d’être extrêmes.

Il n’est pas permis d’utiliser des accessoires dans les programmes d’interprétation. Tout objet tenu dans les mains ou enlevé durant la performance est considéré être un accessoire. Ainsi, par exemple, un chapeau porté pendant la performance n’est pas considéré un accessoire, mais en devient un s’il est intentionnellement enlevé pendant la performance. Tout objet qui tombe par accident n’est pas considéré comme accessoire.

La sécurité du patineur doit être une considération majeure dans la sélection de vêtements. Des queues, des housses de patin et des morceaux de tissus pendants, qui pourraient faire trébucher le patineur, devraient être évités.

 

Qualités d'un juge ou d'un évaluateur de patinage d'interprétation

Tous ceux qui ont décidé de devenir juges ou évaluateurs de programmes d’interprétation doivent être prêts à accroître leur compréhension du mouvement et de la danse moderne dans de nombreuses directions. Ces personnes devraient saisir toute occasion qui s’offre de voir des performances en direct, des films, des émissions de télévision et du matériel vidéo qui montrent des périodes et styles de danse différents.

Une bonne ouïe pour la musique est essentielle afin d’évaluer les programmes d’interprétation. Une compréhension du rythme et des modèles de mélodie est nécessaire afin de pouvoir visualiser leur potentiel pour l’interprétation. Bien qu’il soit souvent utile pour le juge de connaître le thème original pour lequel la musique a été composée, cela ne devrait pas l’empêcher de comprendre un thème différent que le patineur peut avoir choisi d’interpréter au son de cette musique.

Les juges de cette discipline doivent être capables de mettre de côté leur interprétation personnelle de la musique, de manière à être capable d’apprécier l’interprétation présentée par le patineur. L’analyse doit porter sur le contexte établi par le patineur. Enfin, il faut de l’imagination afin de pouvoir absorber rapidement et d’évaluer un programme artistique dans le temps imparti.

Nota: Tous les tests d’interprétation seront jugés par un évaluateur de patinage d’interprétation.

ÉVALUATEUR DE TESTS D’INTERPRÉTATION (tiré de la Politique sur les définitions, les désignations et les qualités des officiels)

Conditions préalables : les conditions préalables pour une promotion au niveau des tests d’interprétation sont :

  • certification minimale à titre d’évaluateur de niveau or en style libre, habiletés de patinage ou danse
  • antécédents de patinage tels que définis comme suit :
  • deux des tests suivants au choix : style libre, habiletés de patinage, danse de niveau junior bronze; ou
  • un test de niveau supérieur.

Stage : avoir participé avec succès au stage de patinage d’interprétation

Composante pratique : effectuer avec succès les travaux du Cahier d’exercices de patinage d’interprétation, incluant au minimum les exercices pratiques suivants :

  • module des normes (en situation réelle ou sur bande vidéo)
  • rapport d’une séance d’évaluation supervisée comprenant trois tests d’interprétation
  • rapport sommaire d’une séance d’observation à un spectacle de danse ou une pièce de théâtre (en situation réelle ou sur bande vidéo)

 

Critères d'évaluation

Les programmes d’interprétation doivent être évalués au moyen des critères suivants :

 

Patinage

  1. Qualité des courbes et des virages
  2. Vitesse, évolution et puissance
  3. Mouvement créatif avec précision
  4. Tenue et ligne

Performance

  1. Interprétation de la musique
  2. Communication du thème
  3. Utilisation du corps en entier
  4. Utilisation des niveaux et de l'espace
  5. Originalité et créativité
  6. Interaction (couples seulement)

Les habiletés particulières seront évaluées selon le barème suivant : excellent, bien, satisfaisant et besoin d’améliorations.

Patinage

  1. Qualité des courbes et des virages – qualité des courbes et des virages de base (p. ex. virages trois, accolades, Choctaws, etc.) intégrés dans la chorégraphie du programme.
  2. Vitesse, évolution et puissance – accroître et maintenir sa vitesse, évolution facile et continue, puissance qui reflète l’habileté du patineur et la musique ou le thème choisi.
  3. Mouvement créatif avec précision – intégration de mouvements nouveaux et créatifs, présentés avec précision et contrôle.
  4. Tenue et ligne – la tenue du haut du corps et la ligne du corps reflètent la musique ou le thème choisi, mais intègrent toujours un bon style (p. ex. le patineur peut avoir choisi une musique de danse tribale africaine; on pourrait s’attendre à des lignes angulaires et un éloignement des positions de patinage « normales », mais cela ne devrait pas être confondu avec une mauvaise forme de base. Autrement dit, il y a une différence entre une chorégraphie intentionnelle et une forme et ligne de base mauvaises).

Performance

  1. Interprétation de la musique – une interprétation claire de la musique choisie.
  2. Communication du thème – l’habileté du patineur de représenter le thème choisi à travers l’interprétation de la musique, des habiletés de patinage et du mouvement, plutôt que du mime et de la pose. L’évaluation actuelle du « développement du thème » pose des problèmes parce que de trop nombreuses personnes essaient de raconter (ou de deviner à partir de la performance) une histoire complète du début à la fin. Cela limite la créativité et fait passer le point de mire du programme du développement des habiletés d’interprétation à une performance ou un mouvement créatif. L’idée de la « communication du thème » permet moins de subjectivité et plus d’objectivité étant donné qu’il est plus facile de déterminer si le patineur utilise la musique choisie (avec un thème correspondant approprié), un mouvement créatif et de bonnes habiletés de base du patinage, que d’évaluer la capacité du patineur de raconter l’histoire de la « mort de Juliette », par exemple.
  3. Utilisation du corps entier – l’habileté du patineur d’utiliser le corps entier (y compris le torse) pour l’aider à interpréter la musique et à communiquer le thème. Il faut tout particulièrement différencier les mouvements de pose et les gestes.
  4. Utilisation des niveaux et de l’espace – l’habileté du patineur d’utiliser des niveaux bas, moyen et hauts ainsi que l’espace (soit immédiatement autour du corps, ainsi que dans l’aire de performance ou sur la surface de la glace.) Le programme d’interprétation est un moyen parfait d’amorcer l’essai de l’utilisation des niveaux et de l’espace, qui peuvent être idéalement intégrés ensuite dans des programmes de style libre ou de danse sur glace, une fois les habiletés mieux développées.
  5. Originalité et créativité – les patineurs devraient être encouragés à choisir (et être récompensés lorsqu’ils le font) un thème inconnu ou une interprétation originale d’un morceau de musique connu.
  6. Interaction – cela s’applique aux couples seulement et devrait refléter l’interaction entre le couple durant le test, mais encourager une plus grande créativité que ce qui pourrait être intégré dans le sens du terme « unisson ».

NOTA : Étant donné que les chutes peuvent être un choix délibéré de manière à mettre en valeur le développement du thème, des déductions devraient seulement être faites si la chute interrompt clairement ce développement. De telles chutes devraient être pénalisées dans la deuxième note.

 

Conditions de réussite

 

Se reporter à l’annexe C pour des exemples de feuilles d’évaluation de tests de patinage d’interprétation.

 

Notation de compétitions de patinage d'interprétation

Il existe deux points de vue qui sont improductifs en ce qui concerne la comparaison objective de programmes d’interprétation.

  1. La comparaison de la validité des thèmes choisis ne doit pas mener à d’importantes décisions.
  2. Les préférences personnelles du juge ou de l’audience ont peu à voir avec le coté artistique de la performance.

Le juge devrait considérer le programme de façon rationnelle au niveau de la chorégraphie et des habiletés de présentation montrées. Pour la détermination du classement, les critères les plus importants sont les suivants :

  • a présenté une bonne gamme d’habiletés d’expression;
  • à-propos des éléments techniques choisis pour illustrer le thème;
  • sophistication du thème;
  • sens de la conscience physique qui assure la texture du programme;
  • unité de la signification symbolique et de la musique.

Les mêmes normes utilisées dans l’évaluation d’un test de patinage d’interprétation devraient servir lors des compétitions de patinage d’interprétation. Voir l’annexe B pour le document des normes des tests de patinage d’interprétation et l’annexe D pour un exemple d’une feuille de travail du juge de patinage d’interprétation.

 

Références

Horst, Louis and Russell, Carrol. Modern Dance forms
Humphrey, Doris, The Art of Making Dances
Laban, Rudolph, Modern Educational Dance, MacDonald and Evans

Cet article vous a-t-il été utile ?
1 sur 1 ont trouvé cela utile.
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

Réalisé par Zendesk