Centre d'info

S’abonner

Section A - Règlements officiels - 150 Méthodes de notation

Lorsque cela est possible, les résultats des compétitions de patinage artistique doivent être calculés à l’aide d’un ordinateur. Tous les calculs des résultats électroniques faits à des compétitions sanctionnées par Patinage Canada doivent être effectués à l’aide de logiciels approuvés par Patinage Canada.

  1. Notation en ligne
    1. Le système de notation électronique est composé des éléments suivants :
      1. Un écran tactile, un ordinateur portatif ou autre périphérique similaire d’entrée compatible pour chaque juge et pour l’arbitre.
      2. Un écran tactile, un ordinateur portatif ou autre périphérique similaire d’entrée compatible pour le jury technique. Un second périphérique peut également être utilisé qui reproduit l’écran d’entrée aux fins de vérification par le jury technique.
      3. Un ordinateur équipé de la version la plus récente du logiciel de pointage des compétitions de Patinage Canada (au niveau de la patinoire). Un second ordinateur équipé comme ce dernier peut être utilisé pour l’impression des résultats, pour l’entretien général de la base de données et à titre d’ordinateur de secours de l’ordinateur de calcul des résultats.
      4. Un routeur/unité du contrôleur pour faciliter le fonctionnement harmonieux de tout le matériel du système de pointage.
      5. Un écran tactile, un ordinateur portable ou autre périphérique similaire compatible peuvent être utilisés pour les reprises vidéo, si possible. Voir le paragraphe 5 pour les spécifications.
      6. Lorsque possible, le jury technique devrait être équipé d’une ligne partagée, d’un interphone bidirectionnel. Un micro-casque devrait être fourni au contrôleur technique, au spécialiste technique, au spécialiste technique adjoint, au responsable de l’entrée des données et au responsable des reprises vidéo (s’il est présent). On pourrait également fournir un micro-casque à l’arbitre s’il a aussi accès à la ligne partagée. Les communications par interphone peuvent être enregistrées.
    2. Les écrans individuels des officiels affichent l’information suivante et permettent la saisie des données, comme suit :
      1. L’écran de chaque juge affiche les éléments identifiés par le jury technique/le juge technique (sans les niveaux de difficulté) et permet l’entrée des scores PE pour chacun de ces éléments. L’écran permet également l’entrée du score pour chaque composante de programme.
      2. L’écran de l’arbitre affiche toute l’information et contient toutes les données entrées des écrans des juges en plus des entrées pour toutes les déductions faites à la discrétion de l’arbitre. L’écran peut également avoir un dispositif permettant à l’arbitre d’indiquer aux juges de terminer leur notation.
      3. L’écran du jury technique permet l’entrée de tous les éléments et des niveaux de difficulté relatifs à la discipline et à la partie de l’épreuve qui est patinée. Il affiche également les entrées de toutes les déductions qui sont effectuées à la discrétion du jury technique.
    3. Le processus de jugement est comme suit :
      1. Durant la performance, le spécialiste technique indique le nom et le niveau de difficulté (le cas échéant) de chaque élément exécuté durant le programme, en plus d’identifier les chutes ou les éléments interdits. Le responsable de l’entrée des données entre simultanément chaque élément, chute ou élément interdit dans le système de notation.
      2. Chaque juge et l’arbitre attribuent un score de PE pour chaque élément entré par le responsable de l’entrée des données.
      3. À la fin de la performance, le jury technique examine au besoin les éléments. Le contrôleur technique informe les juges et l’arbitre des changements, ajouts ou suppressions de la liste des éléments. Les changements de même que les déductions ou bonifications figurent sur la feuille de travail du contrôleur technique.
      4. Le contrôleur technique vérifie si le programme satisfait aux règlements concernant le programme bien équilibré pour l’épreuve, ce qui sera également vérifié plus tard par le logiciel.
      5. Le contrôleur technique lit à voix haute la liste des éléments, les déductions et les bonifications. Aidé du spécialiste technique et du spécialiste technique adjoint, le contrôleur technique confirme l’exactitude de la liste. À la fin de la vérification, le contrôleur technique autorise les éléments.
      6. Parallèlement à l’examen par le jury technique à la fin de la performance, chaque juge et l’arbitre écrivent individuellement les quatre ou cinq composantes de programme sur leurs feuilles standard, comme il se doit.
      7. L’arbitre fait la liste des déductions dont il a la responsabilité sur sa feuille récapitulative, comme il se doit.
      8. Les juges et l’arbitre peuvent terminer leurs scores après que le contrôleur technique a autorisé les éléments. Le contrôleur technique, l’arbitre et les juges signent leurs feuilles avant que l’arbitre ne les recueille et les remette aux spécialistes des données pour la détermination des résultats. Les notes enregistrées sont les notes officielles pour l’épreuve.
      9. En cas d’écart entre le résultat de la vérification concernant le contenu de programme bien équilibré effectuée par le contrôleur technique et le calcul effectué par le logiciel, le spécialiste des données confirme le résultat correct avec le contrôleur technique.
    4. Un spécialiste des données saisit les éléments et les notes de chaque officiel dans l’ordinateur de calcul. Un second spécialiste des données vérifie l’exactitude des notes entrées avant d’autoriser le calcul des scores. Le calcul peut également être fait à la main s’il n’y a pas un ordinateur à la patinoire. Après que chaque officiel a signé sa feuille et l’a remise à l’arbitre, il n’est pas possible de modifier la liste des éléments, les déductions, les scores de PE ou les scores pour les composantes de programme, à moins d’une autorisation expresse stipulée à la Section A – 150.
  2. Notation hors ligne par un jury technique
    1. La méthode de notation manuelle exécutée par un jury technique se déroule comme suit :
      1. Une feuille standard de juge de chaque patineur pour chaque juge et une pour l’arbitre.
      2. Une feuille récapitulative standard des déductions pour l’arbitre.
      3. Deux feuilles standard de chaque patineur pour le jury technique. Une pour le contrôleur technique et une pour le spécialiste technique adjoint. Cette feuille peut également être remise au spécialiste technique lorsque possible et s’il en fait la demande.
      4. Un ordinateur équipé de la version la plus récente du logiciel de pointage des compétitions de Patinage Canada (au niveau de la glace ou dans la salle des spécialistes des données). Un second ordinateur également équipé de la sorte peut être utilisé pour l’impression des résultats, l’entretien général de la base des données et à titre d’ordinateur de secours de l’ordinateur portatif utilisé pour le calcul des résultats. Le calcul des résultats peut également être fait à la main, s’il est impossible d’avoir accès à un ordinateur.
      5. Un ordinateur portable ou autre périphérique compatible peut être utilisé pour les reprises vidéo, si possible. Voir le paragraphe 5 pour les spécifications.
      6. Lorsque possible, le jury des officiels a accès à une ligne partagée, interphone bidirectionnel. Un micro-casque devrait être fourni au contrôleur technique, au spécialiste technique, au spécialiste technique adjoint, au responsable de l’entrée des données, au responsable des reprises vidéo (s’il est présent), à l’arbitre et à tous les juges. L’utilisation de l’interphone par les juges sert à vérifier uniquement l’ordre des éléments. Les communications par interphone peuvent être enregistrées.
    2. Les feuilles standard contiennent l’information suivante :
      1. La feuille des juges contient un champ pour l’identification des éléments et un champ correspondant pour les scores du PE. Il y a quatre ou cinq cases pour les scores des composantes du programme (selon les exigences) et une partie pour la prise de notes personnelles.
      2. La feuille récapitulative des déductions de l’arbitre contient un champ pour chaque patineur et les déductions faites.
      3. La feuille de travail du jury technique contient un champ pour chaque élément exécuté et son niveau de difficulté (le cas échéant) et des champs pour enregistrer le nombre de chutes, le nombre de points de bonification, les éléments interdits, les déductions pour les éléments supplémentaires et les infractions aux exigences de programme bien équilibré. Un champ est également prévu pour les notes personnelles.
    3. Le processus de jugement est comme suit :
      1. Durant la performance, le spécialiste technique indique le nom et le niveau de difficulté (le cas échéant) de chaque élément exécuté durant le programme, en plus d’identifier les chutes ou les éléments interdits. Le contrôleur technique et le spécialiste technique adjoint prennent des notes concernant le travail du spécialiste technique sur leurs feuilles de travail.
      2. Chaque juge et l’arbitre écrivent le nom de chaque élément indiqué par le spécialiste technique sur leur feuille individuelle. Ils attribuent par la suite le score de PE correspondant.
      3. À la fin de la performance, le jury technique examine au besoin les éléments. Le contrôleur technique informe les juges et l’arbitre des changements, ajouts ou suppressions de la liste des éléments. Les changements de même que les déductions ou bonifications figurent sur la feuille de travail du contrôleur technique.
      4. Le contrôleur technique vérifie si le programme satisfait aux règlements concernant le programme bien équilibré pour l’épreuve, ce qui sera également vérifié plus tard par le logiciel.
      5. Le contrôleur technique lit à voix haute la liste des éléments, les déductions et les bonifications. Aidé du spécialiste technique et du spécialiste technique adjoint, le contrôleur technique confirme l’exactitude de la liste. À la fin de la vérification, le contrôleur technique autorise les éléments.
      6. Parallèlement à l’examen par le jury technique à la fin de la performance, chaque juge et l’arbitre écrivent individuellement les quatre ou cinq composantes de programme sur leurs feuilles standard, comme il se doit.
      7. L’arbitre fait la liste des déductions dont il a la responsabilité sur sa feuille récapitulative, comme il se doit.
      8. Les juges et l’arbitre peuvent terminer leurs scores après que le contrôleur technique a autorisé les éléments. Le contrôleur technique, l’arbitre et les juges signent leurs feuilles avant que l’arbitre ne les recueille et les remette aux spécialistes des données pour la détermination des résultats. Les notes enregistrées sont les notes officielles pour l’épreuve.
      9. En cas d’écart entre le résultat de la vérification concernant le contenu de programme bien équilibré effectuée par le contrôleur technique et le calcul effectué par le logiciel, le spécialiste des données confirme le résultat correct avec le contrôleur technique.
    4. Un spécialiste des données saisit les éléments et les notes de chaque officiel dans l’ordinateur de calcul. Un second spécialiste des données vérifie l’exactitude des notes entrées avant d’autoriser le calcul des scores. Le calcul peut également être fait à la main s’il n’y a pas un ordinateur à la patinoire. Après que chaque officiel a signé sa feuille et l’a remise à l’arbitre, il n’est pas possible de modifier la liste des éléments, les déductions, les scores de PE ou les scores pour les composantes de programme, à moins d’une autorisation expresse stipulée à la Section A – 150.
  3. Notation à la main sans jury technique
    1. Le système de notation manuel sans jury technique est composé des éléments suivants :
      1. Une feuille de travail standard par patineur pour chaque juge.
      2. Une feuille récapitulative standard des déductions pour l’arbitre.
      3. Un ordinateur équipé de la version la plus récente du logiciel de pointage des compétitions de Patinage Canada (au niveau de la glace ou dans la salle des spécialistes des données). On peut utiliser un second ordinateur équipé pareillement pour l’impression des résultats, l’entretien général de la base de données et la sauvegarde des données de calcul de l’ordinateur principal. Il est également possible de faire les calculs à la main si on ne dispose pas d’ordinateur.
    2. Les feuilles standard contiennent les informations suivantes :
      1. Des champs sur les feuilles des juges sont prévus pour l’identification des éléments et l’inscription des scores de PE correspondants. On y trouve aussi quatre ou cinq cases pour les scores des composantes de programme (au besoin) et une partie pour la prise de notes personnelles.
      2. La feuille récapitulative des déductions de l’arbitre compte des champs pour chaque patineur et pour les déductions faites, le cas échéant.
    3. Le jury technique est composé d’au moins trois officiels. S’il y a moins de six officiels présents à la compétition et qu’aucun jury technique n’a été désigné, il faut suivre la procédure décrite ci-dessous.
      1. Un juge assume la fonction de juge technique/contrôleur technique tandis que les autres officiels sont les juges. Si le jury compte plus de trois (3) juges, deux des juges peuvent être des juges techniques et un juge joue le rôle de contrôleur technique. Un des juges qui n’est pas juge technique peut également assumer la fonction d’arbitre.
      2. Le ou les juges techniques identifient tous les éléments et vérifient si les exigences minimales pour chaque élément sont satisfaites. Aucun élément ne peut recevoir un niveau de difficulté supérieur à 1. Le ou les juges techniques attribuent également un score de PE à chaque élément identifié. Les éléments et les scores PE sont inscrits sur une feuille standard de juge. Si deux juges techniques sont présents, ils confirment ensemble l’identification et le niveau de chaque élément. En cas de désaccord entre les deux juges techniques, c’est la décision du contrôleur technique désigné qui l’emporte. Chaque juge technique note les scores de PE indépendamment.
      3. Les autres juges attribuent des scores de PE à chaque élément de même que des scores pour les composantes de programme.
      4. À la fin de la performance, le ou les juges techniques confirment l’identification et l’ordre des éléments aux autres juges.
      5. Les déductions nécessaires sont appliquées par les juges qui remplissent les fonctions d’arbitre et de contrôleur technique.
      6. Les juges signent leurs feuilles avant qu’elle ne soit recueillie par le juge qui assume également les fonctions d’arbitre. Ce dernier la remet aux spécialistes des données pour le calcul des résultats. Les notes enregistrées sont les notes officielles de l’épreuve.
    4. Le spécialiste des données saisit les éléments et les points de chaque officiel dans l’ordinateur de calcul. Un second spécialiste des données vérifie l’exactitude des notes entrées avant d’autoriser le calcul des scores. Le calcul peut également être fait à la main s’il n’y a pas d’ordinateur à la patinoire. Après que chaque officiel a signé sa feuille et l’a remise à l’arbitre, il n’est pas possible de modifier la liste écrite des éléments, les déductions, les scores de PE ou les scores pour les composantes de programme, à moins d’une autorisation expresse stipulée à la Section A – 150.
  4. Les reprises vidéo peuvent être utilisées à toutes les compétitions qui ont recours à des jurys, comme il est décrit aux paragraphes 2 et 3 ci-dessus. Les reprises vidéo sont à l’usage exclusif du jury technique et de l’arbitre. L’appareil de reprises vidéo doit être équipé de la version la plus récente du logiciel de pointage de la compétition de Patinage Canada ou du logiciel « Cutter » de l’UIP. Tout autre logiciel doit être approuvé par le bureau national de Patinage Canada.
Cet article vous a-t-il été utile ?
0 sur 0 ont trouvé cela utile.
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

Réalisé par Zendesk