Centre d'info

S’abonner

2014/05/30 - L’officielle de patinage très respectée Laura Carr apprend les rouages d’un nouveau sport

Laura Carr recommence son apprentissage.

Juge et contrôleure très respectée de patinage artistique au niveau national, depuis plus de 17 ans, Laura a reçu le Prix d'excellence de Patinage Canada aux bénévoles de section bien mérité de 2014, au CAAG et à la Conférence nationale des entraîneurs tenus cette semaine, à Québec. Elle amorce son apprentissage en patinage de vitesse, un sport qui lui est essentiellement inconnu. La fille aînée de Laura, Rosalyn, âgée de 15 ans, est passée du patinage artistique à la courte piste en décembre et a déjà laissé sa marque, avançant au Championnat canadien de l’Ouest courte piste, plus tôt cette année.

Comme l’explique Laura, Rosalyn ne voulait pas quitter le patinage artistique, mais comme beaucoup d’athlètes de son âge, elle s’est simplement désintéressée du sport.

« Elle (Rosalyn) m’a dit qu’elle aimait le patinage artistique, mais le patinage artistique n’aimait pas son corps », a signalé Laura en riant.

Et, ainsi, Laura commence à zéro et apprend la base. Compte tenu de l’expérience de longue date de Laura à titre d’officielle de patinage artistique, on lui a récemment demandé d’être formée en tant qu’officielle de patinage de vitesse de niveau I.

« Inscrire un enfant à un sport dont je ne connais rien a été vraiment révélateur », admet-elle. « Lorsque le patinage artistique occupe toute votre vie, vous tenez pour acquis beaucoup de ce que vous savez. »

« Je pense que mes questions ont rendu tout le monde fou au patinage de vitesse. »

Le succès semble être une affaire de famille pour les Carr. La fille cadette, Daria, a gagné le titre pré-juvénile (moins de 11 ans) de la Super Série de C.-B./Yn.

« C’est superbe d’avoir des enfants dans différents sports », soutient Laura.

« Elles ont leurs passions individuelles et toutes deux ont trouvé quelque chose qu’elles font très bien. Elles aiment toutes deux concourir. Il m’appartient de les suivre. »

Remporter un prix national de Patinage Canada devient un peu une habitude pour Laura, qui est vice‑présidente de la section de C.-B./Yn. Il y a deux ans seulement, elle a reçu le Prix d’excellence de Patinage Canada aux officiels.

« Être reconnue de la sorte par mes pairs me donne un sentiment de grande humilité », a avoué Laura. « C’est bien d’être reconnue, mais ce n’est pas la raison pour laquelle on fait ce qu’on fait. C’est un honneur, mais on le fait par amour du sport. »

« On voit où on peut aider et on prête assistance et accomplit les tâches nécessaires. À mesure qu’on découvre où se trouvent nos points forts et nos compétences, on peut canaliser notre énergie de façon à essayer de faire une différence. »

Laura est un atout vital de la section de C.-B./Yn et a joué un rôle clé dans l’établissement de critères et de normes de programmes tout en surveillant la mise en œuvre du projet pilote de Patinage STAR dans sa section d’appartenance.

« Laura est une incroyable ressource pour cette organisation, non seulement ici en C.-B., mais dans tout le pays », a déclaré le directeur administratif de C.-B./Yn, Ted Barton. « Comme tous nos excellents bénévoles, Laura est essentiellement une extension du personnel en raison de la quantité du travail qu’elle fait. Elle partage le genre de vision qui nous aide à croître. Je ne peux penser à aucune personne qui soit plus méritante de ce prix. »

Il y a un an, Laura a été invitée à exercer ses fonctions de juge à Skate Detroit et elle y retournera cet été. En ce qui concerne ses aspirations professionnelles sur la scène internationale, Laura se garde de les révéler.

« Je verrai où ça m’amène. Si je sens que j’ai les compétences et le soutien nécessaires, je le ferai. Pour l’instant, je prends les choses une journée et un événement à la fois. »

Laura attribue rapidement le mérite aux autres personnes avec lesquelles elle a travaillé et lancé des idées, dont Patricia Chafe, Sally Rehorick, Janice Hunter, Susan Heffernan et Ted Barton, soulignant que leur raisonnement progressiste et leur analyse de données complexes aident à faire croître le sport au niveau de la section et au niveau national.

« Les connaissances que j’ai acquises des personnes autour de moi sont inestimables », signale Laura. « Si vous pouvez vous transformer en éponge, le résultat sera positif. Ne craignez pas de mettre quelque chose en doute ou d’essayer quelque chose de nouveau. Si vous pouvez faire quoi que ce soit pour faire une différence, ce sera préférable pour le patinage et l’environnement s’en trouvera amélioré pour tous.

« C’est ce qui me motive. Nous nous demandons tous « qu’est-ce que je peux faire? Où est-ce que je peux aller? ». Nous ne disons pas « c’est impossible » – mais plutôt « pourquoi pas? » »

« Vous trouverez le succès si vous vous engagez dans cette voie. »

Cet article vous a-t-il été utile ?
0 sur 0 ont trouvé cela utile.
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

Réalisé par Zendesk