À venir bientôt! Patinage Canada se prépare à relancer le Centre d’info avec une meilleure structure, de nouvelles fonctions et des articles faciles à trouver, sur tout ce que vous devez savoir à propos des règlements administratifs et généraux ainsi que des politiques et procédures de Patinage Canada.

Centre d'info

S’abonner

B - Lignes directrices techniques générales pour tous les championnats et compétitions de patinage synchronisé

1.0 DÉFINITIONS


1.1 PATINAGE SYNCHRONISÉ

Le patinage synchronisé est une discipline spécialisée du patinage dans laquelle des équipes de douzehuit patineurs ou plus exécutent différentes manoeuvres et formations en groupe. Les membres de l’équipe se déplacent tous ensemble et essaient de donner une impression d’unité. Les patineurs exécutent des cercles, des blocs, des lignes, des roues et des entrecroisements, à l’unisson et en musique, sur des courbes de qualité avec puissance et évolution.


2.0 DESCRIPTION DES ÉLÉMENTS TECHNIQUES


2.1 TERMES GÉNÉRAUX

Vous trouverez ci-dessous les définitions des termes du patinage synchronisé :

 

    1. TRAIT ADDITIONNEL : Un terme utilisé pour décrire le contenu technique qui augmente la difficulté d’un élément par rapport à un groupe de difficulté précisé pour un élément. Les traits additionnels sont des caractéristiques tels que séquences de pas, des mouvements de style libre, des éléments de style libre et des points d'entrecroisement, qui sont divisées en groupes selon leur niveau de difficultéqui peuvent faire partie des groupes de difficultés des éléments et des séquences de pas. Certains traits additionnels sont exigés dans le programme court alors qu’ils sont facultatifs dans le programme libre. Exemples de traits additionnels : mouvement du corps, changement d’axe, changement de configuration, change de la direction de la rotation, pivot, déplacement, etc. Les traits additionnels pour chaque élément seront et qui peuvent être mises à jour et publiées annuellement dans des communications de Patinage Canada et de l’UIP.
    2. AXE (PATINAGE SYNCHRONISÉ) : L’axe est la ou les lignes imaginaires qui divisent la surface glacée (axe long, axe court, axe diagonal et axe continu). Un virage ou un tracé est exécuté sur un axe.
    3. AXE D'ENTRECROISEMENT : L'axe où passent ou s'entrecroisent les patineurs. Dans le cas d'un entrecroisement avec rupture de la formation (boîte, triangle, etc.), l'axe d'entrecroisement est la zone à l'intérieur de la forme une fois que les coins ont commencé à s'entrecroiser et avant que les patineurs quittent l'entrecroisement et traverse les derniers coins.
    4. CONFIGURATION (ARRANGEMENT ET FORME) : La configuration est l’arrangement et la forme d’un élément. Un changement de configuration suppose un changement dans l’arrangement des patineurs qui patinent un à côté de l’autre. Un changement de forme comprend un changement dule nombre de lignes, d'ailes et de cercles dans l’élément (par exemple, le bloc, la roue ou autre formation).
    5. CHANGEMENT DE CONFIGURATION: Changement du nombre de lignes, d'ailes ou de cercles dans l'élément.
    6. GROUPES DE DIFFICULTÉS DES ÉLÉMENTS : Tous les éléments du patinage synchronisé sont divisés en groupes de difficultés en fonction du nombre de traits additionnels qu’ils comprennent. Les listes des groupes de difficulté pour les éléments sont établies chaque année ou tous les deux ans et sont publiées dans des communications de Patinage Canada et de l’UIP.
    7. ÉLÉMENT : Un élément est une partie du programme court et du programme libre de patinage synchronisé. Les éléments sont divisés en groupes de difficulté.
    8. CHUTE : Une chute est définie comme la perte de maîtrise par le patineur de sorte que la plus grande partie du poids de son corps se trouve sur la glace, soutenue par une partie autre que la lame, par ex., par la main ou les mains, le genou ou les genoux, le dos, une fesse ou les fesses, ou une partie du bras.
    9. TRAITS SAILLANTS : Un terme utilisé pour décrire le contenu technique qui accroît la difficulté d’un élément. Des traits saillants tels que le pivot, le déplacement, les mouvements du corps, etc. sont mis à jour annuellement et publiés dans des communications de Patinage Canada et de l'UIPdes séquences de pas, des mouvements de style libre, des éléments de style libre et des points d’entrecroisement sont divisés en groupes selon leur niveau de difficulté.
    10. MISE EN RELIEF : Un terme utilisé lorsqu'un patineur exécute un mouvement à distance et qui se démarque du reste de l'équipe.pour décrire un mouvement au cours duquel un ou des patineurs détournent l’attention des spectateurs de la performance du reste de l’équipe. Les mises en relief sont des mouvements interdits en patinage synchronisé.
    11. PRISES : La prise entrelacée, au vol, par la main, par le coude ou par l'épaule de même que le patinage sans contact quelques exemples des différentes prises qui peuvent être utilisées.
    12. EMBOîTEMENT :
      1. Roue : Une aile d'une roue doit passer entre au moins deux ailes de toute autre roue
      2. Cercle : Un patineur dans un cercle doit passer entre au moins deux autres patineurs de l'autre cercle.
    13. INTERACTION ENTRE LES PATINEURS : Les patineurs se croisent, s'entrecroisent, s'encerclent, exécutent des tracés en miroir, passent l'un près de l'autre ou sont liés les uns aux autres.
    14. TRACÉ EN MIROIR : (s’applique aux mouvements de transition pour le programme libre seulement.) Un (1) seul mouvement de style libre peut être exécuté sur un tracé en miroir. On observe un tracé en miroir quand la moitié (1/2) de l’équipe combine le simultanément le patinage dans le sens des aiguilles d’une montre et dans le sens contraire.
    15. MOUVEMENT DE PATINAGE EN COUPLE : Un mouvement de style libre au cours duquel deux (2) patineurs sont joints l’un à l’autre par une main ou les deux.
    16. POINT D’ENTRECROISEMENT : Le point d’entrecroisement est un trait additionnel de l'élément d'entrecroisement.exécuté sur une distance d’environ un (1) mètre avant et après le point exact où les patineurs se croisent. Dans le cas d’un entrecroisement avec rupture de la formation (boîte, triangle, etc.) le point d’entrecroisement est la zone où la majorité des patineurs sont environ à mi-chemin du point de cet entrecroisement.
    17. RÉTROGRESSION : L’équipe fait un mouvement dans la direction opposée à la direction initiale. L’équipe doit inverser la première direction avant de revenir à la direction initiale.et à l’axe originaux (une légère déviation de l’axe original est permise).
    18. DIRECTION DU PATINAGE : La direction du patinage est le patinage avant ou le patinage arrière (par ex., une arabesque avant et une arabesque arrière).
    19. CRÉATION DE SOUS-GROUPES : Des sous-groupes sont des petits groupes ou des groupes secondaires sans relation étroite avec le reste de l’équipe; c’est la division de l’équipe en plusieurs petits groupes.
    20. CHORÉGRAPHIE SYNCOPÉE : Chorégraphie ou éléments qui ont un délai rythmique dans le mouvement.

TRANSITION : Un terme utilisé pour décrire les sections du programme qui se produit dans les éléments, durant l'entrée dans les éléments et la sortie des éléments et pour lier les éléments et exécuté entre les éléments prescrits et facultatifs.

  1. Dans le programme court, les transitions peuvent prendre la forme de jeux de pieds variés ou compliqués ou les deux, de pas de liaison, de formations et d'autres mouvements de liaison qui servent à unir les éléments prescrits et qui comprennent également l’entrée dans les éléments et la sortie des éléments. Aucun autre élément de liaison n’est permis pour lier les éléments prescrits du programme court autre que les formes de base des éléments (niveau de base).

Dans le programme libre, les transitions peuvent prendre la forme de jeux de pieds variés ou compliqués ou les deux, de pas de liaison, de mouvements, de formations et autres éléments de liaison qui unissent tous les éléments prescrits d’un programme bien équilibré qui comprennent aussi les entrées et les sorties des éléments. D'autres éléments de liaison sont permis pour lier tous les éléments prescrits et facultatifs du programme bien équilibré.


2.2 PAS, ET VIRAGES ET PAS DE LIAISON

PAS

Méthode de virage exécutée sur deux (2) pieds, comme le choctaw et le mohawk.

  1. Choctawpas d’un pied à l’autre, au cours duquel la courbe de sortie est dans la direction opposée à la courbe d’entrée. Le changement de pied s’effectue d’une carre extérieure à une carre intérieure ou vice-versa. Les courbes d’entrée et de sortie doivent être de profondeur égale.
  2. Mohawkpas d’un pied à l’autre, au cours duquel les courbes d’entrée et de sortie sont continues et de profondeur égale. Le changement de pied s’effectue d’une carre extérieure à une carre extérieure ou d’une carre intérieure à une carre intérieure.

VIRAGES

Un mouvement rotatif dans lequel le patineur se déplace de l’avant vers l’arrière ou de l’arrière vers l’avant, sur un pied et une carre et un axe.

  1. Accolade – un virage exécuté sur un pied, d’une carre extérieure à une carre intérieure ou d’une carre intérieure à une carre extérieure. La courbe de sortie du virage continue sur le même lobe que la courbe d’entrée. Le patineur tourne dans la direction opposée à la courbe.
  2. Contre-trois – un virage exécuté sur un pied, d’une carre extérieure à une carre extérieure ou d’une carre intérieure à une carre intérieure. La courbe de sortie du virage n’est pas exécutée sur le même lobe que la courbe d’entrée. Le patineur tourne dans la direction opposée à la courbe d’entrée (p. ex., dans la direction de la courbe de sortie).
  3. Boucleun mouvement sur un pied au cours duquel le patineur patine sur un tracé en ovale, sans changer de carre. L’entrée et la sortie de la boucle doivent se croiser. La boucle doit être définie nettement et ne pas présenter d’éraflures ou de points.
  4. Contre-accolade – un virage exécuté sur un pied, d’une carre extérieure à une carre extérieure ou d’une carre intérieure à une carre intérieure, la courbe de sortie sur une courbe différente de la courbe d’entrée. Le patineur tourne dans la direction opposée à la courbe.
  5. Virage trois un virage sur un pied en partant d’une carre extérieure à une carre intérieure ou d’une carre intérieure à une carre extérieure, les courbes d’entrée et de sortie du virage étant toutes deux sur le même lobe. Le patineur tourne dans la direction du virage.
  6. Volte un virage en mouvement sur un pied d’une ou de plusieurs rotations, exécutées rapidement dans un mouvement continu (sans interruption). Le poids est maintenu sur le pied traceur et le pied libre est tenu dans n’importe quelle position durant le virage. Une série de virages trois bloqués n’est pas acceptable puisqu’il ne s’agit pas d’un seul mouvement. Si le mouvement est interrompu durant l’exécution de la volte, l’élément devient une pirouette individuelle.

PAS DE LIAISON

Le tracé visible sur la glace qui est exécuté sur un (1) pied ou les deux (2) pieds. Il peut s’agir de courbes, de changements de carre, de chassés, de roulés croisés, de pas progressifs, de pas piqués en déplacement, de sauts de danse et de petits sauts. Les pas de liaison peuvent être utilisés pour lier des virages dans la séquence de pas, les traits additionnels et les traits. 

  1. Changement de carre – le tracé visible sur la glace qui passe d’une courbe distincte à une autre courbe distincte, sans changement de pied.
  2. Chasséune série de deux courbes (habituellement extérieure, intérieure) dans laquelle sur la seconde courbe, le pied libre est placé sur la glace à côté du pied traceur, mais non en avant de ce dernier, et le pied libre est soulevé, la lame parallèle à la glace.
  3. Roulé croiséun roulé qui débute par le mouvement du pied libre qui s’approche du pied traceur, par le côté, de manière à ce que le pied libre soit posé sur la glace presque à angle droit par rapport au pied traceur, amorcé en avant, les pieds croisés en avant, ou en arrière, les pieds croisés derrière.
  4. Croisé – un pas ou une séquence de pas (poussée + croisé) pour lequel le pied libre croise complètement le pied traceur avant d’être placé sur la glace.
  5. Saut de danse un petit saut d’une demi-rotation au plus, utilisé pour changer de pied ou la direction du patinage.
  6. Courbe le tracé visible sur la glace, produit par un patineur qui patine sur un pied et qui est sur une courbe qu’on peut distinguer.
  7. Plat – le tracé double visible et visible, en ligne droite sur la glace (imprimé par le patinage sur un (1) pied, sur les deux carres de la lame).
  8. Pas progressif (course) – un pas ou une séquence de pas où le pied libre, juste avant de devenir le pied traceur, dépasse le pied traceur initial, amenant ainsi le nouveau pied libre à quitter la glace derrière le nouveau pied traceur.
  9. Petits sauts petits sauts sans rotation.
  10. Pas piqué un pas au cours duquel le patineur passe d’une pointe de patin à l’autre pointe sans sauter avec ou sans rotations durant le déplacement sur la glace.

TERMES UTILISÉS POUR DÉCRIRE LES VIRAGES, LES PAS ET LES PAS DE LIAISON

  1. Différents virages/pas – chacun des types énumérés de virages et de pas plus les quatre (4) différentes méthodes d’exécution.
  2. Différents types de virages et de pas – chacun des virages et des pas énumérés.
  3. Virages difficiles – composés de contre-accolades, contre-trois, accolades, voltes avec au moins une rotation et demie.
  4. Virages et pas énumérés – virages trois, mohawks, choctaws, voltes, contre-accolades, contre-trois, accolades, boucles.
  5. Méthode d’exécution – quatre différentes manières dont chaque virage ou pas peut être exécuté, compte tenu de la carre d’appel : a) avant intérieure, b) avant extérieure, c) arrière intérieure et d) arrière

 

Voir les pas et les virages suivants :

  1. PAS
    1. CARRES (Voir 4.0 (1) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    2. PLAT (Voir 3.4 (c) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    3. CHANGEMENT DE CARRE (Voir 3.4 (b) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    4. CHASSÉ (Voir 3.4 (5) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    5. ROULÉ CROISÉ (Voir 3.4 (7) (a) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    6. PAS PROGRESSIF/COURSE (Voir 3.4 (6) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    7. PAS PIQUÉS EN DÉPLACEMENT : Un pas au cours duquel le patineur passe d’une pointe d’orteil à l’autre sans faire un saut, tout en se déplaçant le long de la patinoire.
    8. PAS DE LIAISON : Le tracé visible sur la glace qui est exécuté sur un pied ou les deux pieds. Il peut s’agir de courbes, de changements de carre, de chassés, de roulés croisés, de pas progressifs, de pas piqués en déplacement, de sauts de danse et de petits sauts. Les pas de liaison peuvent être utilisés pour lier des virages dans la séquence de pas prescrite.
    9. COUP OUVERT (Voir 3.4 (1) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    10. COUP CROISÉ (Voir 3.4 (2) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    11. PAS CROISÉ AVANT (Voir 3.4 (3) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    12. PAS CROISÉ ARRIÈRE (Voir 3.4 (4) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    13. CHASSÉ CROISÉ (Voir 3.4 (5) (b) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    14. ROULÉ (Voir 3.4 (7) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    15. ROULÉ SWING (Voir 3.4 (7) (b) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    16. PAS GLISSÉ (Voir 3.4 (8) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    17. VIRAGES TROIS TOURNOYANTS (Voir 3.5 (6) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
  2. VIRAGES
    1. VIRAGE (Voir 3.5 Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    2. VIRAGE TROIS (Voir 3.5 (1) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    3. ACCOLADE (Voir 3.5 (7) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    4. CONTRE-ACCOLAGE (Voir 3.5 (8) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    5. CONTRE-TROIS (Voir 3.5 (9) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    6. CONTRE-ACCOLADE SWING OU CONTRE-TROIS SWING (Voir 3.5 (10) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    7. VOLTE (Voir 3.8 (1) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    8. CHOCTAW (Voir 3.7 (1) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    9. MOHAWK (voir 3.6 Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
    10. BOUCLE (PATINAGE SYNCHRONISÉ) : Un mouvement sur un pied au cours duquel le patineur patine sur un tracé en ovale, sans changer de carre. L’entrée et la sortie de la boucle doivent se croiser. La boucle doit être définie nettement et ne pas présenter d’éraflures ou de points.
    11. MÉTHODE DE VIRAGE : Un technique de rotation sur le même/seul lobe (accolade, virage trois, volte) ou sur deux lobes différents (contre-trois, contre-acolade) durant l’entrée et la sortie de chaque virage.
    12. PETITS SAUTS (Voir 3.12 (3) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).

 


2.3 ÉLÉMENTS DE STYLE LIBRE

Les sauts, les combinaisons de sauts, les séquences de sauts, les pirouettes, les sauts assistés, les levées, les spirales de la mort, les pivots en couple et les mouvements d’envol sont des exemples de mouvements de style libre permis en patinage synchronisé. Les éléments de style libre sont permis durant l’exécution d’éléments comme les mouvements isolés et les éléments en couple ou à titre de mouvements de transition entre des éléments pour en augmenter la difficulté et rendre le programme plus varié et complexe. Chaque élément de style libre doit toutefois être exécuté correctement pour que des points lui soient attribués.

 

  1. SAUT DE DANSE (Voir 3.12 (2) Définitions des termes de patinage artistique dans le manuel technique).
  2. SAUT (PATINAGE SYNCHRONISÉ) : Un type de mouvement de rotation d’au moins une (1) révolution au cours duquel les deux pieds quittent la glace. Pour le style libre seniors et juniors,, les sauts d‘une rotation et demie au maximum (1 ½) sont permis, mais pour toutes les autres catégories, seuls les sauts d’une (1) comptant tout nombre de rotations sont permis.
  3. SAUTS ASSISTÉS : Un saut d’une (1) rotation tout au plus au cours duquel un ou des patineurs aident de façon passive un autre ou d’autres patineurs, sans lui ou leur servir de support. L’appel est exécuté par le patineur qui effectue le saut. Il s’agit d’un mouvement ascendant et descendant continu. Les mains du ou des patineurs qui procurent le soutien passif ne doivent pas être élevées au-dessus des épaules. Les sauts assistés sont permis pour les programmes libres seulement.
  4. PAPILLON (EN COUPLE OU INDIVIDUEL) : Le corps est déjà presque en position horizontale lors de l’appel. La jambe libre effectue un large mouvement puissant de rotation vers le haut de sorte qu’elle est plus élevée que la partie supérieure du corps et la tête. Durant la trajectoire dans les airs et à la réception, le corps reste en position horizontale. Il n’y a pas de nombre de révolutions prescrit après l’atterrissage.
  5. SÉQUENCE DE SAUTS (patinage synchronisé) : La séquence est formée d’un nombre indéterminé de sauts d’une à une révolution et demie (1 à 1 ½)comptant tout nombre de révolutions qui peuvent être liés par des petits bonds et des sauts de danse, qui se suivent immédiatement, pendant que le patineur maintient le rythme de saut (genou); les croisés ou les poussées-élans entre les sauts sont interdits durant la séquence de sauts.
  6. COMBINAISON DE SAUTS (patinage synchronisé) : Un nombre indéterminé de sauts d’au plus 1 ½ révolutiond'au moins 1 révolution qui peuvent être liés par des virages, des pas ou un léger toucher du pied.
  7. LEVÉES (patinage synchronisé) : Un mouvement au cours duquel un ou des patineurs sont soulevés à une certaine hauteur et déposés sur la glace par des patineurs qui le soutiennent ou un mouvement au cours duquel un ou des patineurs s’élèvent eux-mêmes à une certaine hauteur en s’appuyant sur le corps d’autres patineurs. Les levées exécutées sur place ou pendant des glissés compteront lorsqu'elles sont maintenues sur la glace pendant plus de trois (3) secondes, tandis que les levées avec rotations compteront comme levée peu importe le temps dans les airs.Les levées peuvent être exécutées sur place ou pendant des glissés. Les rotations et les positions et changements de position sont permis durant la levée. Les patineurs qui assurent le soutien peuvent faire des rotations de deux révolutions et demie (2 ½) au maximum. Les levées servent à rehausser la musique choisie et à en exprimer le caractère, mais elles ne doivent pas être des mouvements acrobatiques. Les mouvements et les poses qui manquent de dignité sont interdits. Les levées sont permises pour les programmes libres de la catégorie ouverte et senior seulement.
    1. La levée en couple en patinage synchronisé est un mouvement au cours duquel un patineur est soulevé et déposé sur la glace par un autre patineur. Les levées en couple exécutées par un seul patineur de soutien qui étend complètement les bras au dessus de la tête sont interdites.
    2. La levée en groupe en patinage synchronisé est un mouvement au cours duquel un ou plus d’un patineur est élevé à une certaine hauteur par deux ou plus de deux patineurs, puis déposé sur la glace. Le ou les patineurs de soutien doivent garder au moins un patin sur la glace en tout temps.
      • Levée en groupe effectuée par deux patineurs de soutien
      • Levée en groupe effectuée par trois patineurs de soutien 
      • Levée en groupe effectuée par quatre patineurs de soutien
    3. Types de levées (en groupe ou en couple) utilisées en patinage synchronisé :
      1. Levée stationnaire exécutée sur place (endroit fixe) par le ou les patineurs de soutien.
      2. Levée qui se déplace durant la préparation, la levée comme telle et la sortie.
        • Tous les patineurs de la levée en groupe/les deux patineurs de la levée en couple doivent patiner ou glisser durant la phase de préparation de la levée. 
        • Le ou les patineurs de soutien doivent continuer à glisser durant la levée.
        • Tous les patineurs de la levée en groupe/les deux patineurs de la levée en couple doivent continuer à glisser durant la sortie de la levée. La levée comprend une phase « d’atterrissage » au cours de laquelle les patineurs doivent continuer à glisser.
        • Si la glisse est arrêtée à un moment quelconque durant la levée avec glisse, la glisse ne sera pas comptée.
      3. Levée avec rotation stationnaire qui fait une rotation sur placed’au moins 180 degrés par les patineurs de soutien dans une levée en groupe ou par le patineur de soutien dans une levée en couple.
        • Une levée qui reste stationnaire pendant qu’elle fait une rotation. 
        • Tous les patineurs de soutien dans une levée en groupe ou le patineur de soutien dans une levée en couple doivent faire une rotation d’au moins 180 degrés après que le patineur a pris la position d’élévation.
        • Les patineurs de soutien dans une levée en groupe ou le patineur de soutien dans une levée en coupleeffectuentpeuvent effectuer une rotation de l’avant vers l’arrière ou vice versa à l’aide de pas comme le mohawk
      4. Levée avec rotation qui glisse et tourne en même temps – Une levée avec rotation est une levée au cours de laquelle le ou les patineurs de soutien font une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens contraire tout en glissant ou en se déplaçant sur la glace.
        • Tous les patineurs d’une levée en groupe ou les deux patineurs d’une levée en couple doivent glisser ou faire une rotation durant la phase de préparation de la levée. La levée doit glisser durant la rotation. Il n’y a pas de distance minimale à parcourir sur la glace en glissant, que ce soit avant, pendant ou après la rotation.
        • Les patineurs de soutien d’une levée en groupe ou le patineur de soutien d’une levée en couple doivent faire une rotation en effectuant un virage de l’avant vers l’arrière ou vice versa, en exécutant des pas tel un mohawk sur deux pieds.
        • Tous les patineurs de la levée en groupe et les deux patineurs de la levée en couple doivent continuer à glisser durant la sortie de la levée. La levée comprend une phase « d’atterrissage » au cours de laquelle les patineurs doivent continuer à glisser. Si la glisse est arrêtée à un moment quelconque durant la levée avec glisse, on ne tiendra pas compte de la glisse dans l’attribution des points.
    4. Les levées acrobatiques ne sont pas permises en patinage synchronisé. On entend par levée acrobatique un mouvement au cours duquel le patineur est tenu seulement par la ou les lames, le ou les pieds, la ou les jambes, le ou les bras, et tournoie dans les airs.
      • Toutes les levées au cours desquelles le ou les patineurs soulevés dans une longue position entièrement à la verticale, la tête en bas, sont considérées comme des levées acrobatiques interdites. 
      • Les levées au cours desquelles le patineur soulevé fait une rotation autour de lui-même sont permises, à condition qu’elles ne soient pas assorties d’une longue position entièrement à la verticale, la tête en bas.
      • Les levées exécutées par un seul patineur de soutien qui étend complètement les bras au-dessus de la tête sont interdites. Toutefois, les levées auxquelles participent deux ou plus de deux patineurs de soutien (levées en groupe) qui lèvent les bras en extension complète sont permises.
  8. PIVOT EN COUPLE : Dans le pivot en couple, un des patineurs pivote, en piquant les dents de pointe dans la glace tandis que le patineur soutenu glisse autour du pivot. Les deux patineurs doivent effectuer une rotation d’au moins 360 degrés. Toutes les variations sont permises (arrière ou avant) pourvu que la position de pivot soit conservée (les dents de pointe dans la glace). Le patineur soutenu peut prendre des positions variées pendant la glisse, par exemple, les positions debout, arabesque ou autre position que la position debout. La difficulté de la position détermine le niveau de difficulté du pivot en couple.
    1. Spirale de la mort – Le patineur qui exécute une spirale de la mort doit patiner sur une carre nette, le corps et la tête le plus près possible de la surface glacée, mais sans que ceux-ci ne touchent la glace. En outre, il ne doit pas se soutenir à l’aide de la main libre ou d’une autre partie du corps. Les variations de la prise par le bras ou de la position de pivot (arrière ou avant) sont permises.
  9. PIROUETTES : Un mouvement de pirouette d’au moins trois (3) révolutions ininterrompues, exécuté sur un pied, sur place (sauf pour la pirouette pieds croisés) et dans la bonne position.
    1. Types de pirouettes 
      1. Pirouettes individuelles : Les patineurs font une pirouette individuelle ininterrompue sur un pied.
      2. Pirouette avec changement de pied ou de position. Une pirouette avec changement de pied ou de position doit se composer d’un (1) changement de pied ou d’un (1) changement de position et d’au moins trois (3) révolutions sur chaque pied dans chaque position.
      3. Pirouette combinée. La pirouette combinée doit se composer d’de seulement un (1) changement de pied et d’au moinsd'un minimum de deux (2) changements de positions différentes (assise, arabesque, debout ou leurs variantes) ainsi que d’au moins trois (3) révolutions sur chaque pied. Le nombre minimum de révolutions prescrit dans chaque position est de deux (2) révolutions ininterrompues. Le changement de pied et le changement de position peuvent être faitsdoivent être faits en même temps par tous les patineursou séparément. Le changement de pied peut prendre la forme d’un pas, mais ne peut consister en un saut.
      4. Pirouette en couple. Une pirouette exécutée par deux (2) patineurs sur place, autour d’un axe commun, simultanément, durant trois (3) révolutions ininterrompues. La pirouette commence et se termine sur un pied. Un ou les deux partenaires peuvent prendre des positions différentes de pirouette et la prise de leur choix. Si plus d'un (1) couple exécute la pirouette, les mêmes positions de pirouettes doivent être exécutées en même temps.
    2. Types de position de pirouette 
      1. Pirouette arabesque. Le patineur est en position arabesque durant la rotation. La jambe libre (y compris le genou et le pied) doit être maintenue à la hauteur de la hanche ou plus haut.
      2. Pirouette assise. Le patineur reste en position assise durant la rotation. La jambe de soutien doit être fléchie dans un angle minimum de 90 degrés. Le mollet de la jambe traceuse doit être parallèle à la surface glacée.
      3. Pirouette debout. En position debout, le patineur accomplit au moins trois (3) révolutions. Les bras et le pied libre peuvent prendre des positions variées.
    3. Variations de la pirouette en position debout 
      1. Pirouette pieds croisés. Une position debout au cours de laquelle les pieds des patineurs sont sur la glace durant la pirouette. Les pieds sont croisés par-devant ou par-derrière.
      2. Pirouette dos cambré : Le patineur a le dos cambré, la tête penchée et éloignée de l’axe central du corps. Le corps doit présenter une cambrure claire du dos.
      3. La pirouette avec inclinaison latérale doit former un angle d’au moins 45 degrés par rapport au torse pour qu’elle reçoive des points en conséquence.
      4. Pirouette avec inclinaison latérale: Le patineur doit former un angle d'au moins 45 degrés par rapport au torse pour qu'elle reçoive des points en conséquence.
      5. Pirouette en A: Une pirouette au cours de laquelle le corps du patineur est incliné vers l'avant à la hauteur de la taille, de sorte que sa tête se trouve près du genou traceur. La jambe libre est maintenue près de la jambe de soutien. La jambe libre et la jambe de soutien peuvent être maintenues ou non.
    4. Variation difficile de la pirouette debout. Une variation difficile est un mouvement de la jambe libre qui exige une plus grande force et flexibilité de la pirouette debout et qui affecte donc l’équilibre central du corps.
      1. Pirouette Biellmann (position Biellmann durant la pirouette). Une pirouette au cours de laquelle le pied libre du patineur est élevé par une ou les deux mains, par en arrière, plus haut que la tête, en direction du haut de la tête et proche de l’axe central du corps.
      2. Arabesque de 135 degrés. Une pirouette au cours de laquelle le corps du patineur reste droit, la jambe libre maintenue dans un angle de 135 degrés par rapport à la jambe traceuse. La jambe libre peut être en avant, ou sur le côté ou en arrière. La jambe libre et la jambe traceuse doivent être tendues. La jambe libre peut être ou ne pas être soutenue.
    5. Pirouette sautée : La pirouette est sautée au moment de l’entrée de la pirouette. Les rotations antérieures sur la glace avant l’appel sont interdites. La « position sautée » peut être exécutée dans n’importe quelle position, mais tous les patineurs doivent avoir la même position dans les airs. Un virage trois accompli avant la trajectoire dans les airs n’est pas une démonstration de la pirouette sautée. Après l’atterrissage, tous les patineurs doivent garder la même position correcte de pirouette durant trois (3) révolutions pour que la pirouette soit acceptée.
  10. SAUT LANCÉ : Le saut lancé est un saut assisté au cours duquel un des patineurs est lancé dans les airs par un autre patineur lors de l’appel et atterrit, sans l’aide d’un partenaire, sur une carre arrière extérieur. Un saut lancé peut compter tout nombre de rotations. Ce saut est considéré comme un élément interdit.
  11. MOUVEMENT D’ENVOL : Un mouvement d’envol d’une (1) révolution au maximum, au cours duquel un ou des patineurs fournissent une aide passive à un ou d’autres patineurs, sans le ou les soulever. L’appel doit être effectué par le patineur qui fait le mouvement d’envol. Au cours de ce mouvement, il y a un mouvement ascendant et descendant continu. Les mains du ou des patineurs qui procurent une aide passive peuvent être élevées au-dessus des épaules. Deux (2) mouvements d’envol sont permis dans le programme libre des catégories intermédiaire, ouverte, junior et senior.

 


2.4 MOUVEMENTS DE STYLE LIBRE

Les mouvements de style libre tels l’allongée, l’arabesque, l’Ina Bauer, le grand aigle, l’aéroglisse, l’arabesque Biellmann, la Charlotte et le tir au canard sont des exemples de mouvements de style libre permis en patinage synchronisé. Les mouvements de style libre sont permis lors de l’exécution d’éléments comme les éléments créatifs, les éléments de transitionmouvements exécutés isolément, les éléments en couple et les mouvements de transition, ou à titre de mouvements de transition entre des éléments, ou pendant l’exécution d’un élément, afin d’accroître la difficulté des transitions et de varier le programme ou de le rendre plus complexe. Pour que les points soient accordés pour l’exécution de mouvements de style libre, chaque mouvement doit être accompli dans la bonne position et sur la bonne carre, et durer au moins trois (3) secondes. Un mouvement de style libre qui comporte un changement de carre doit durer quatre (4) secondes. Dans ce cas, le ou les patineurs de tête doivent maintenir le mouvement de style libre au moins deux (2) secondes sur chaque carre. Un mouvement de style libre exécuté vers l'avant est considéré différent du même type de mouvement de style libre exécuté vers l'arrière.

 

  1. AÉROGLISSE : Les patineurs doivent prendre une position de type assise très basse qui n’est pas en équilibre, la jambe de soutien fléchie dans un angle d’au moins 90 degrés (parallèle à la glace), sans poser la jambe libre et les mains sur la surface glacée. Le torse du patineur, y compris les épaules, est incliné fortement à l’intérieur du cercle et la jambe libre est placée à l’extérieur du cercle. Le mouvement est exécuté sur une carre et sur un pied.
  2. INA BAUER : L’Ina Bauer est un mouvement réalisé sur les deux pieds au cours duquel le patineur se déplace sur un pied, sur une carre et un tracé avant tandis que l’autre pied est sur une carre correspondante arrière, sur une courbe/un tracé différent, mais parallèle. L’Ina Bauer intérieur est considéré comme un élément différent de l’Ina Bauer extérieur. Un Ina Bauer extérieur n’est pas considéré comme étant un mouvement de style libre différent de l’Ina Bauer extérieur ou intérieur avec changement de carre.
  3. ALLONGÉE (AVANT OU ARRIÈRE) : Une allongée est un mouvement au cours duquel le patineur se déplace sur la glace, une jambe fléchie (dans un angle d’au moins 90 degrés par rapport à la cuisse et au tibia de la jambe traceuse), l’autre jambe derrière, la botte ou la lame touchant la glace. Le torse du patineur peut être droit, incliné vers l’avant, incliné vers l’arrière ou encore sur le côté. La jambe libre peut être droite ou fléchie, et peut rester en arrière ou sur le côté. La jambe libre peut également prendre n’importe quelle position.
  4. TIR AU CANARD : Le patineur doit être en position basse, la jambe de soutien fléchie dans un angle d’au moins 90 degrés (parallèle à la glace) et la jambe libre ne touchant pas la glace. Le torse du patineur peut être droit ou incliné en avant. La jambe libre est droite ou fléchie et peut être placée en avant ou sur le côté. Le mouvement est exécuté sur une carre et sur un pied.
  5. ARABESQUES : L’arabesque est un glissé sur une longue carre avant ou arrière, intérieure ou extérieure, en position arabesque. Pour que le mouvement soit considéré comme une arabesque, la jambe libre (y compris le genou et le pied) doit être maintenue au moins à la hauteur des hanches ou plus haut que la hauteur des hanches. La jambe libre peut être placée en arrière, en avant ou sur le côté. Les arabesques exécutées sur une carre avant sont considérées comme différentes des arabesques exécutées sur une carre arrière.
    1. Biellmann : Pour que la position soit désignée de Biellmann, le pied libre du patineur doit être tiré par en arrière, à une hauteur plus élevée que la tête, en direction du haut de la tête et proche de l’axe central du corps. La position doit être maintenue durant au moins trois (3) secondes. L’arabesque Biellmann patinée sur une carre avant est considérée comme différente de l’arabesque Biellmann patinée sur une carre arrière.
    2. Charlotte : Une Charlotte est un glissé avant ou arrière, sur une carre ou sur le plat de la lame. Le corps du patineur doit être incliné vers l’avant de manière à ce que la tête et la poitrine soient « proches » de la jambe de soutien. La jambe libre et la jambe de soutien doivent être droites, la jambe libre en extension arrière et tenue à au moins 135 degrés de la jambe droite. La jambe libre peut être soutenue (par le patineur ou un autre patineur) ou non soutenue.
    3. Arabesque avec changement de carre et de position de la jambe libre : Lors d’une arabesque avec changement de carre et de position de la jambe libre, la jambe libre doit être maintenue à la hauteur des hanches ou plus haut que la hauteur des hanches pendant son changement de position. La position de la jambe libre peut passer de l’avant au côté ou à l’arrière ou combiner ces positions.
    4. Arabesque de 135 degrés : Une arabesque de 135 degrés est un glissé sur une carre avant ou arrière, intérieure ou extérieure. Le corps du patineur reste droit, la jambe libre tenue dans un angle de 135 degrés par rapport à la jambe traceuse. La jambe libre est placée en arrière, enavant ou sur le côté. La jambe libre et la jambe de soutien sont droites. La jambe libre peut être soutenue (par le patineur ou par un autre patineur) ou ne pas être soutenue.
    5. Variante de l’arabesque : Une position arabesque avant, de côté ou arrière au cours de laquelle la jambe libre est soutenue (par le patineur ou par un autre patineur) ou n’est pas soutenue. La jambe libre doit être maintenue plus haut que la hanche (y compris le genou et le pied).
    6. Grand aigle : Un grand aigle est un mouvement effectué sur les deux pieds, sur une courbe, au cours duquel le patineur patine en posant un pied sur une carre avant et l’autre pied sur une carre arrière correspondante, sur la même courbe (par ex., extérieure et extérieure). Un grand aigle intérieur est considéré comme différent d’un grand aigle extérieur. Un grand aigle extérieur n’est pas considéré comme un mouvement différent d’un grand aigle extérieur ou intérieur avec changement de carre.
  6. POINT D’ENTRECROISEMENT : Le point d’entrecroisement couvre une zone d’environ un mètre avant et après le point exact où les patineurs s’entrecroisent. Dans le cas d’une entrecroisement avec rupture de la formation (boîte, triangle, etc.) le point d’entrecroisement est la zone où la majorité des patineurs sont environ à mi-chemin du point d’entrecroisement. Il y a plusieurs groupes de difficultés qui sont mis à jour dans les communications de l’UIP et de Patinage Canada.

 


2.5 TRAITS ADDITIONNELS

DÉFINITIONS DE TRAITS ADDITIONNELS

 

    1. Préparation et approche dos à dos : Les dos des patineurs (y compris les épaules et les hanches) sont tournés en direction du point de l'axe d’entrecroisement indépendamment de la direction du patinage, durant la fin de la phase de préparation et l'intière phase d'approche. Les patineurs sont en patinage avant ou arrière. Lorsque les patineurs patinent vers l’arrière, mais que leurs épaules sont tournées pour faire face au point d’entrecroisement, la préparation et l’approche ne sont pas considérées comme étant dos à dos. Une entrée qui pivote en patinage arrière est considérée comme une préparation et une approche dos à dos pourvu que les lignes pivotent de plus de 90 degrés.
    2. Mouvement du corps : Le mouvement du corps est l’utilisation visible de parties du corps (les bras, les jambes ou le torse) au rythme de la musique pendant l’exécution de virages et de pas de liaison. Les niveaux de l’espace sont divisés en trois : supérieur, intermédiaire et inférieur. Le torse tronc doit visiblement s’éloigner de son axe vertical et affecter visiblement l’équilibre sur la lame.sa position équilibrée au centre et affecter visiblement la répartition du poids au-dessus de la lame.
      1. Niveau supérieur : L’espace au-dessus des épaules (les coups de pieds élevés et le placement des bras au-dessus de la tête ou l’exécution de petits bonds avec les bras au-dessus de la tête ainsi que les mouvements du torse satisfont à la définition du niveau supérieur).
      2. Niveau intermédiaire : L’espace entre les épaules et la taille (la position arabesque ou une position similaire où la plus grande partie du corps du patineur remplit l’espace intermédiaire en plus des mouvements du torse satisfait à la définition du niveau intermédiaire).
      3. Niveau inférieur : L’espace entre la taille (les allongées, plus les mouvements du torse comme de se pencher à partir de la taille et autres mouvements similaires où la plus grande partie du corps remplit l’espace inférieur) satisfait à la définition du niveau inférieur).
    3. Changement de la direction de la rotation : Le changement de la direction de la rotation se rapporte à des éléments comme la roue ou le cercle qui change de direction, par exemple, du sens des aiguilles de la montre au sens contraire des aiguilles de la montre. Le changement de la direction de la rotation doit être exécuté en même temps par tous les patineurs. Différents pas de liaison, prises et mouvements de style libre peuvent être exécutés durant le changement de la direction de la rotation.
    4. Changement de configurationposition durant un mouvement de style libre : Une action au cours de laquelle tous les patineurs doivent changer de position l’arrangement tout en exécutant pendant l'exécution d'un mouvement de style libre. Si un patineur commence à droite d'un autre patineur, il doit passer à gauche de ce même patineur. Chaque patineur doit tout d'abord se trouver sur une voie ou une courbe individuelle avant de traverser sur la voie d'un autre patineur avec lequel il change de position, puis établir sa propre voie ou courbe après avoir changé de voie.
    5. Changement de position d'un patineur soulevé: Le patineur soulevé doit faire une rotation d'au moins:
      • 180 degrés s'il utilise un axe hoizontal
      • 90 degrés s'il utilise un axe vertical

      Il n'y a aucune exigence particulière si les axes horizontal et vertical sont combinés.

      Difficulté des prises : Un changement de prise qui augmente ou diminue la longueur d’une ligne, d’une aile ou la taille d’un cercle. La prise entrelacée, au vol, par la main, par le coude ou par l’épaule de même que le patinage sans contact sont quelques exemples des différentes prises utilisées durant un programme de patinage synchronisé.

      Interaction des lignes : Un action au cours de laquelle deux lignes changent de position l’une par rapport à l’autre.

    6. Traits supplémentaires: Courts mouvements de style libre, sauts de danse, pas piqués, petits sauts, etc.
    7. Interaction et pivotement des lignes : Une action selon laquelle deux (2) lignes pivotent et interagissement (changement de position) l'une avec l'autre en tout temps.Les deux lignes doivent pivoter d’au moins 180 degrés. Les lignes doivent effectuer le pivotement en même temps que l’interaction. La ligne doit pivoter de 90 degrés une par rapport à l’autre, à partir de leur angle de départ. Les lignes doivent rester rapprochées l’une de l’autre pendant le changement de position durant l’élément.
    8. Pivotement : Une action continue dans une (1) direction de rotation au cours de laquelle un élément comme une ligne ou un bloc tourne autour du mêmed'un point alors que l'élément de pivot continue à se déplacer au-dessus ou à travers la glace de sorte que l'extrémité lente ne devient pas stationnaire. Tous les patineurs sont tenus d’exécuter les mêmes pas de liaison, virages ou carres, dans la même direction et en même temps durant le pivotement.
      • Changement de point de pivot: Se produit dans l'élément de bloc ou de ligne, lorsque le point de pivot change d'une extrémité à l'autre. Le point de pivot peut progresser d'une ligne à l'autre; la rétrogression n'est pas permise durant le changement de point de pivot et les patineurs ne peuvent croiser leurs anciennes voies lorsque se terminent les changements de point de pivot.Trois tracés différents : Un tracé peut se déployer sur une courbe, en diagonale ou en ligne droite, dans le sens de la longueur ou de la largeur de la surface glacée.
    9. Déplacement : Une action au cours de laquelle un élément de rotation comme un cercle ou une roue doit se déplacer dans une certaine direction ou suivre un certain tracé sur une distance prescrite. La rotation et le déplacement doivent se produire en même temps. Le tracé peut être sur une courbe ou en ligne droite. Tous les patineurs doivent exécuter les mêmes pas de liaison, courbes et carres dans la même direction et en même temps durant le déplacement.
      • Changement de position de chaque aile (roue): Tous les patineurs dans chaque aile doivent changer de position au même moment afin que l'ordre soit inversé par rapport à celui du début (p. ex. les patineurs qui commencent à l'extérieur de l'aile doivent finir par se trouver au centre de la roue, etc.). En cas de nombre impair de patineurs dans une aile (cinq (5) patineurs), le patineur au milieu peut rester au même endroit.
      • Entrelacement durant le déplacement (cercle): Tous les patineurs doivent changer de place au même moment.  S'ils commencent dans le cercle extérieur, ils doivent se rendre dans le cercle intérieur.

Deux (ou trois) configurations différentes : Une action au cours de laquelle les patineurs doivent changer la formation ou l’arrangement tout en exécutant un élément du patinage synchronisé.

3.0 PROGRAMME LIBRE DE PATINAGE SYNCHRONISÉ
MES LIBRES DE PATINAGE SYNCHRONISÉ
3.1 NOTATION DES PROGRAMMES COURTS ET LIBRES DE PATINAGE SYNCHRONISÉ

Dans les programmes courts et libres de patinage synchronisé, la notation sera conforme au Calcul des points cumulatifs (CPC).  Consultez les Règlements officiels > Règlements sur le CPC de Patinage Canada > Section A > 125 Notation des programmes court et libre de patinage synchronisé.

Les juges accordent deux notes pour le programme libre de patinage synchronisé : la première pour la valeur technique et la seconde pour la présentation.

        1. VALEUR TECHNIQUE : Pour noter la « valeur technique », les juges doivent tenir compte de ce qui suit :
          1. LA DIFFICULTÉ DE LA PERFORMANCE;
          2. LA VARIÉTÉ DES ÉLÉMENTS;
          3. LA NETTETÉ ET L'ASSURANCE DES CARRES ET L'EXÉCUTION À UNE VITESSE ET ÉVOLUTION APPROPRIÉES;
          4. LA VITESSE.
        2. PRÉSENTATION : Pour noter la « présentation », les juges doivent tenir compte de ce qui suit :
          1. L’HARMONIE DE LA COMPOSITION : L'harmonie de la composition du programme dans son ensemble et sa conformité avec la musique choisie;
          2. L’UTILISATION DE LA SURFACE GLACÉE : Le placement des formations et des manoeuvres par rapport à l'utilisation de la surface glacée;
          3. L’UNISSON : L'unisson et la synchronisation avec la musique;
          4. LA TENUE ET LE STYLE;
          5. L'ORIGINALITÉ (CARACTÈRE UNIQUE);
          6. LES MOUVEMENTS AISÉS ET EN TEMPS AVEC LA MUSIQUE
          7. EXPRESSION ET VARIÉTÉ DU CARACTÈRE DE LA MUSIQUE
        3. IL NE FAUT PAS ACCORDER UNE IMPORTANCE PRÉDOMINANTE À UNE MANOEUVRE EN PARTICULIER : Les juges doivent considérer tous les éléments d’un programme libre de patinage synchronisé (les manoeuvres et plus particulièrement les séquences de pas, la difficulté et la variété des transitions, de même que la vitesse et l’évolution) au moment d’accorder des points pour la valeur technique et les évaluer en fonction de leur niveau de difficulté. Il ne faut pas accorder une importance prédominante à une manoeuvre en particulier au détriment de l’ensemble du programme.
        4. CHUTES : Lorsqu’un patineur fait une chute due à une erreur de sa part, cela doit se refléter dans la note pour la valeur technique et dans la note pour la présentation si la chute interrompt l’harmonie de la composition. Une chute en soi n’est pas un obstacle à une victoire. Consulter les « Lignes directrices techniques pour les compétitions de patinage artistique – arrêts et chutes ».
Cet article vous a-t-il été utile ?
0 sur 0 ont trouvé cela utile.
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

Réalisé par Zendesk