Centre d'info

S’abonner

A - Aperçu du programme de compétition

1.0 COMPÉTITIONS INTERNATIONALES (règlement 5305)

 

  1. SÉLECTION DES ÉQUIPES :
    1. PATINEURS AYANT PARTICIPÉ AUX DERNIERS CHAMPIONNATS CANADIENS : Les critères généraux de sélection seront basés sur les performances du patineur lors des derniers Championnats canadiens ou compétitions équivalentes. Cependant, le conseil d’administration peut considérer tout autre facteur en prenant sa décision.
    2. PATINEURS N’AYANT PAS PARTICIPÉ AUX DERNIERS CHAMPIONNATS CANADIENS : Le conseil d’administration peut également prendre en considération les patineurs qui, pour des raisons qu’il juge valables, n’ont pas participé aux derniers Championnats canadiens. Les patineurs ainsi considérés :
      1. CHAMPIONNATS CANADIENS AYANT IMMÉDIATEMENT PRÉCÉDÉ LES DERNIERS : Les patineurs doivent s’être classés parmi les quatre premiers dans les épreuves seniors ou premiers dans les épreuves juniors aux Championnats canadiens ayant immédiatement précédé les derniers; ou,
      2. COUPLES DE PATINAGE OU DE DANSE AYANT CHANGÉ DE PARTENAIRE : Dans le cas des couples de patinage ou des couples de danse, ils doivent être des patineurs dont la fiche de compétition avec d’anciens partenaires dans des compétitions de moindre importance, de l’avis du conseil d’administration, est du calibre approprié.
    3. COMPÉTITIONS PRÉLIMINAIRES : Le conseil d’administration peut tenir des compétitions préliminaires pour faciliter le choix des membres d’une équipe. La date, le lieu et les conditions de la compétition, comme par exemple l’élimination de concurrents à toute étape de la compétition, l’admissibilité, etc., sont déterminés par le conseil d’administration.
  2. NOMINATIONS DES ÉQUIPES :
    1. NOMMÉES PAR LE CONSEIL D’ADMINISTRATION : Le conseil d’administration nomme les équipes qui doivent représenter l’Association à toute compétition internationale.
    2. ADMISSIBILITÉ : Tous les concurrents et les officiels doivent être membres de l’Association. Les concurrents doivent également se conformer aux dispositions du règlement 5401.
    3. ÉQUIPE DONT LE NOMBRE DE MEMBRES EST INFÉRIEUR À CELUI AUTORISÉ : Le conseil d’administration peut choisir une équipe dont le nombre de membres peut être inférieur à celui autorisé, pour participer à toute compétition.
    4. MEMBRES REMPLAÇANTS : Le conseil d’administration peut envoyer des membres remplaçants, s’il le juge nécessaire.
    5. RETENUE OU RETRAIT DES NOMINATIONS D’UNE ÉQUIPE : Le conseil d’administration peut retenir ou retirer la nomination de quiconque pour conduite préjudiciable à l’Association.
    6. ANNONCE DES MEMBRES DÉSIGNÉS D’UNE ÉQUIPE : Les noms des membres formant l’équipe doivent être annoncés, suite à l’approbation du conseil d’administration.
  3. DIRECTION DE L’ÉQUIPE : Le Conseil d’administration a les pouvoirs de désigner les gérants d’équipe, les gérants adjoints, les médecins et les chaperons et tout autre membre non officiel d’une équipe, s’il le juge nécessaire.

 


2.0 CONDITIONS EXIGÉES POUR LA PARTICIPATION AUX COMPÉTITIONS


2.1 ADMISSIBILITÉ À LA PARTICIPATION À UNE COMPÉTITION (règlement 5401)

Les participants aux épreuves des Championnats canadiens et aux épreuves de qualification des Championnats canadiens doivent :

 

  1. PERSONNE ADMISSIBLE : être des personnes admissibles telles que définies à la section 2100.
  2. MEMBRE ASSOCIÉ : être membres associés de l’Association.
  3. CITOYENNETÉ CANADIENNE : être citoyens canadiens selon la loi de L.R. 1985 sur la citoyenneté, Si le participant n’est pas un citoyen canadien, il doit avoir un statut de résident permanent et résider au Canada depuis au moins un an avant la tenue des championnats auxquels il désire participer. Si le participant est également d’âge légal, il doit signer, en toute bonne foi, son intention de devenir citoyen canadien. Si le participant n’est pas canadien et qu’il est mineur, lui-même et ses parents (ou le tuteur si ses parents sont décédés) doivent signer, sous serment, auprès du directeur administratif de Patinage Canada une déclaration indiquant son intention de devenir citoyen canadien dès que ce sera légalement possible. Dans le cas d’un couple de patinage ou de danse sur glace, au moins un des deux partenaires doit avoir la citoyenneté canadienne. L’autre partenaire peut être un citoyen ou un résident de n’importe quel autre pays membre de l’UIP et n’est pas tenu de résider au Canada.
  4. POLITIQUE ANTIDOPAGE ET PROGRAMME DE CONTRÔLE ANTIDOPAGE : accepter d’observer les règlements de l’Association concernant les contrôles antidopage effectués avec ou sans préavis, comme le détermine régulièrement le conseil d’administration. Ces règlements s’intitulent « Politique antidopage et Programme de contrôle antidopage de Patinage Canada » et seront mis à la disposition des participants éventuels qui en font la demande à leur section ou au bureau national. (Consulter les Politiques et procédures de Patinage Canada.)

 


3.0 LIGNES DIRECTRICES TECHNIQUES POUR TOUTES LES COMPÉTITIONS DE PATINAGE ARTISTIQUE UTILISANT LE SYSTÈME DE NOTATION 6,0


3.1 NOTATION DES COMPÉTITIONS

 

  1. BARÈME DE NOTATION : Pour juger toutes les compétitions, on utilise le barème suivant :
    • 0 - non patiné
    • 1 - très mauvais
    • 2 - mauvais
    • 3 - médiocre
    • 4 - bien
    • 5 - très bien
    • 6 - performance exceptionnelle
    • Il est permis d’utiliser une décimale pour les valeurs intermédiaires (par exemple, 1,2, 3,4, 5,4).
  2. ÉLÉMENTS EXÉCUTÉS ISOLÉMENT : Une seule note est attribuée.
  3. DANSE SUR TRACÉ: Deux notes sont attribuées aux danses sur tracé exécutées en compétition : la première note pour la technique et la seconde pour le synchronisme et l’expression.
  4. PROGRAMME COURT : Deux notes sont attribuées pour le programme court, une pour les éléments prescrits et l’autre pour la présentation.
  5. DANSE COURTE : La danse originale junior et senior a été remplacée par la danse courte. Veuillez consulter le site Web et les communications de l’UIP pour plus de renseignements ainsi que pour en connaître les exigences techniques.
  6. STYLE LIBRE, PATINAGE EN COUPLE, PROGRAMME D'INTERPRÉTATION, DANSE LIBRE ET PATINAGE SYNCHRONISÉ : Deux notes sont accordées : la première note est pour la valeur technique et la deuxième note est pour la présentation. Ces termes sont définis dans les paragraphes qui concernent ces disciplines.
  7. PROGRAMME D’INTERPRÉTATION : Le programme d’interprétation est jugé conformément aux dispositions de la section 4000 du Manuel technique.
  8. MOUVEMENTS EXÉCUTÉS SUR DEUX PIEDS : Les mouvements inutiles ou prolongés qui sont exécutés sur deux pieds ne doivent pas être évalués mais plutôt pénalisés par les juges.
  9. SAUTS DE TYPE PÉRILLEUX : Les sauts de type périlleux sont interdits et les juges sont tenus de les pénaliser.

 


3.2 ARRÊTS ET CHUTES

Un mouvement gâché par une chute est considéré comme incomplet. Un toucher de la glace involontaire doit se refléter dans les notes, en proportion de sa gravité. Une chute, en soi, ne doit pas empêcher le patineur de gagner une compétition ou de réussir un test. Lorsqu’un patineur tombe par sa faute, sa chute doit se refléter aussi bien dans la note pour la valeur technique que dans la note pour la présentation du programme si la chute interrompt l’harmonie de la composition. Lorsqu’un patineur s’arrête ou tombe pour quelque raison que ce soit, sauf les cas d’obstruction, les mesures suivantes s’appliquent :

 

  1. EXERCICES DES HABILETÉS DE PATINAGE ET DANSES SUR TRACÉ : Dans les exercices des habiletés de patinage et les danses sur tracé, le patineur doit continuer à partir du premier point techniquement possible suivant le point d’interruption et pas nécessairement à partir du point où l’interruption s’est produite. Dans le cas d’une danse sure tracé, le couple ne peut pas reprendre les pas manqués pendant l’interruption.
  2. ÉLÉMENTS EXÉCUTÉS ISOLÉMENT : Pour les éléments exécutés isolément, l’élément en question sera considéré comme ayant été accompli.
  3. STYLE LIBRE, PROGRAMME D'INTERPRÉTATION, DANSE LIBRE, PATINAGE EN COUPLE OU EN GROUPE : En style libre, en programme d'interprétation, en danse libre, en patinage en couple ou en groupe, le patineur doit reprendre le programme le plus rapidement possible. Aucune prolongation de temps ne sera accordée. Les exercices de poussées-élans doivent être repris à partir du point où l’interruption s’est produite.
  4. ACCIDENTS PERSONNELS : Les juges ne doivent pas tenir compte des accidents personnels attribuables à la faute du patineur.
  5. DÉDUCTION DES POINTS POUR LES TRÉBUCHEMENTS, LES CHUTES ET LES INTERRUPTIONS EN DANSE SUR GLACE : Lorsqu’une chute ou une interruption se produit pendant l’exécution d’une danse, les juges doivent déduire des points de la première note, comme suit, et également de la deuxième note si la chute ou l’interruption nuit au synchronisme ou à l’expression de la danse. 
    1. DANSES SUR TRACÉ :
      1. TRÉBUCHEMENT OU CHUTE DE MOINS DE 5 SECONDES : Il faut effectuer les déductions suivantes dans le cas d’un trébuchement ou d’une chute qui survient à n’importe quel moment de l’exécution de la danse sur tracé :
        • Moins de 5 secondes :
          • Trébuchement ou brève interruption 0,1
          • Chute d’un partenaire (petite chute et relèvement immédiat) 0,2
          • Chute des deux partenaires (petite chute et relèvement immédiat) 0,3
      2. TRÉBUCHEMENT OU CHUTE DE PLUS DE 5 SECONDES : Lorsqu’un trébuchement ou une chute interrompt la prestation pendant plus de 5 secondes et qu’une partie de la séquence ou la séquence au complet est omise, il faut effectuer les déductions suivantes :
        • Plus de 5 secondes :
        • DANSES DE : Moins de 1/2 séquence Plus de 1/2 séquence Séquence complète (la séquence)
          2 séquences 0,4 à 1,0 1,1 à 1,5 3,0
          3 séquences 0,3 à 0,7 0,8 à 1,0 2,0
          4 séquences 0,3 à 0,5 0,6 à 0,8 1,5
          6 séquences 0,2 à 0,3 0,4 à 0,5 1,0
               
      3. DÉDUCTIONS POUR LA REPRISE DES PAS MANQUÉS : Il faut déduire 0,1 point lorsque les patineurs reprennent les pas manqués pendant le trébuchement, la chute ou l’interruption.
    2. DANSE COURTE ET DANSE LIBRE :
      1. TRÉBUCHEMENT OU CHUTE DE MOINDRE IMPORTANCE : Il faut effectuer les déductions suivantes dans le cas d’un trébuchement ou d’une chute qui survient à n’importe quel moment de l’exécution du programme ou des éléments prescrits :
        • Trébuchement ou brève interruption 0,1
        • Chute d’un partenaire 0,2
        • Chute des deux partenaires 0,3
      2. TRÉBUCHEMENT OU CHUTE D’IMPORTANCE MOYENNE : Il faut effectuer les déductions suivantes lorsqu’un trébuchement ou une chute interrompt la prestation et qu’une partie du programme est omise :
        • Moyenne (6 à 15 secondes) 0,4 à 1,0
        • Importante (plus de 15 secondes) 1,1 à 1,5
      3. APPLICATION DE LA DÉDUCTION : La déduction est faite de la première note. Elle doit aussi s’appliquer à la seconde note, dans le cas des danses sur tracé, si le synchronisme ou l’expression de la danse en souffre, ou, dans le cas de la danse courte, de la danse libre ou de la danse d’interprétation, si cela nuit à la présentation.
    3. DÉTERMINATION DE LA DURÉE DE L’INTERRUPTION : Il revient à l’arbitre d’informer le jury de la durée approximative de l’interruption.

 

3.3 DÉPART RETARDÉ OU POURSUITE DU PROGRAMME

 

  1. Si le tempo ou la qualité de la musique présente une déficience, le concurrent sera autorisé à reprendre le programme du début, pourvu que l’arbitre en ait été informé dans les trente secondes après le début du programme.
  2. S’il se produit une interruption ou un arrêt de la musique ou un problème qui ne concerne pas l’équipement du concurrent, tel un problème relatif à l’éclairage, à l’état de la glace ou autre, le concurrent doit arrêter de patiner dès le signal sonore de l’arbitre. Le concurrent poursuit à partir du point où l’interruption s’est produite immédiatement après que le problème a été réglé. Toutefois, si la durée de l’interruption est supérieure à 10 minutes, le concurrent aura droit à une seconde période d’échauffement, conformément au règlement 7000 G 2.1 (4).
  3. Si un concurrent se blesse pendant sa performance ou a un problème d’équipement (problème de santé ou détérioration inattendue des vêtements ou de l’équipement) qui nuit au patinage, le concurrent doit arrêter de patiner. Si le concurrent ne s’arrête pas de patiner, l’arbitre lui ordonnera de le faire en émettant un signal sonore. Si le problème peut être réglé sur-le-champ, le concurrent poursuit immédiatement à partir du point où l’interruption s’est produite. Si cela n’est pas possible, l’arbitre accorde au concurrent une période maximale de trois minutes afin qu’il puisse continuer à patiner à partir du point où l’interruption s’est produite. Cette période de temps commence immédiatement après que le concurrent a arrêté de patiner ou que l’arbitre lui a ordonné d’arrêter de patiner, selon la première éventualité.
  4. Pour les compétitions de qualification menant à tous les championnats nationaux et incluant ces derniers, si un concurrent ne poursuit pas le patinage du programme dans le délai accordé de trois minutes, le concurrent sera réputé s’être retiré de la compétition. Pour les autres compétitions, l’application de ce règlement est laissée à la discrétion de l’arbitre.
  5. L’arbitre décide à partir de quel point du programme le concurrent doit continuer et communique sa décision au concurrent, aux juges et au jury technique.
  6. Si un concurrent, qui est le premier dans l’ordre de patinage du groupe, se blesse ou a un problème d’équipement qui nuit au patinage pendant la période d’échauffement et n’a pas suffisamment de temps avant le début du programme pour régler le problème, l’arbitre peut lui accorder trois minutes de plus avant qu’il ne soit appelé pour commencer son programme.
  7. Si, entre le moment de son entrée sur la glace et l’annonce de son nom pour commencer le programme, un concurrent se blesse ou a un problème le concernant ou concernant son équipement qui nuit au patinage et n’a pas suffisamment de temps avant le début du programme pour régler le problème, l’arbitre peut lui accorder trois minutes de plus avant qu’il ne soit appelé pour commencer son programme.
  8. Pour ce qui est d’un problème concernant un concurrent ou son équipement, il ne sera accordé au concurrent qu’une seule fois de pouvoir poursuivre son programme. Si la performance est arrêtée une seconde fois en raison d’un problème concernant un concurrent ou son équipement, le concurrent sera réputé s’être retiré de la compétition.
  9. Si un concurrent ne termine pas son programme, aucune note n’est accordée et le concurrent est retiré de la compétition. Si un concurrent est incapable de terminer son programme, aucune note n’est accordée et le concurrent est retiré de la compétition. La même procédure s’applique à un concurrent qui a eu la possibilité de poursuivre son programme à partir du point d’interruption, mais qui est incapable de terminer son programme.

 


3.4 PERFORMANCE INCOMPLÈTE LORS D’UNE COMPÉTITION
Cette section concerne les compétitions qui font appel au système de jugement des épreuves UPU.

 

  1. PROGRAMME LIBRE : Il est permis de terminer un programme libre dix secondes après ou avant le temps réglementaire. Si le programme se termine avant ou après le temps prescrit, il faut déduire 0,1 point de la note pour la valeur technique et de la note pour la présentation, pour chaque tranche de dix secondes en plus ou en moins. Si le programme libre est d’une durée de trente secondes ou plus inférieure au temps prescrit, aucune note ne sera accordée.
  2. PROGRAMME COURT : Pour le programme court, il faut déduire 0,1 point de la note pour les éléments prescrits et la présentation pour chaque tranche de dix secondes en plus. Les chronométreurs doivent informer l’arbitre qui doit ensuite informer les juges du nombre de secondes en trop.
  3. CHRONOMÉTRAGE DU PROGRAMME : Le chronométrage du programme débute dès que le patineur commence à patiner ou à bouger et termine dès qu’il arrête de bouger à la fin du programme.

 

 

3.5 HABILLEMENT

Sauf tel que précisé dans le Manuel technique, à la section D – 3.0 concernant le patinage synchronisé, la tenue vestimentaire des patineurs à toutes les épreuves de qualification pour les Championnats canadiens doit respecter les critères suivants :

Les vêtements des concurrents doivent être sobres, dignes et appropriés pour une compétition sportive. Ils ne doivent pas être criards ou théâtraux. Toutefois, la tenue vestimentaire peut refléter le caractère de la musique choisie. Les accessoires ne sont pas permis.

  1. TYPE D’HABILLEMENT :
    • Pour le patinage en simple et le patinage en couple
      • Le costume de la patineuse ne doit pas donner une impression de nudité excessive qui ne convient pas à un sport. Les patineurs doivent porter un pantalon; les collants sont interdits. Les femmes peuvent porter une jupe, un pantalon ou des collants. Les vêtements sans manches sont maintenant permis pour les femmes et les hommes dans les deux disciplines susmentionnées.
    • Pour la danse sur glace
      • Les patineuses doivent porter une jupe. Le costume de la patineuse ne doit pas donner une impression de nudité excessive qui ne convient pas à des épreuves sportives Les patineurs doivent porter un pantalon de pleine longueur, mais les collants sont interdits ainsi que les vêtements sans manches. Les ornements sur les costumes ne doivent pas être détachables.
  2. DÉDUCTION POUR LE NON-RESPECT DES CONDITIONS : Les juges doivent pénaliser les concurrents qui ne respectent pas ces conditions en retranchant 0,1 point de la note pour la présentation.
  3. Consulter également la section sur la composition de chaque épreuve et discipline individuelle.
Cet article vous a-t-il été utile ?
0 sur 0 ont trouvé cela utile.
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

Réalisé par Zendesk